Bannière Salon Beige

Partager cet article

Philippe Bornet : une analyse approfondie de la dictature

France : Politique en France / Vidéos

Pour commander son livre.

 

Le Salon Beige est visité chaque jour par plusieurs dizaines de milliers personnes qui veulent participer au combat contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme.

Je ne souhaite pas que le Salon Beige devienne une galerie commerciale avec des publicités voyantes, mais au contraire qu’il reste un outil de combat culturel.

Le Salon Beige est un lieu où chacun trouve les informations et les argumentaires dont il a besoin pour sa réflexion personnelle. C’est un lieu gratuit et une bibliothèque de référence vivante.

Si chaque personne lisant ce message donnait, notre levée de fonds serait achevée en une heure.

Aujourd’hui, je vous remercie de faire un don de 5€, 20€, 50€ ou de tout autre montant à votre portée, afin que le Salon Beige puisse poursuivre son combat.

Merci,

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

1 commentaire

  1. Merci Monsieur BORNET :

    Souvent, j’écris ou je dis à mes amis que nous sommes en dictature, une dictature douce mais une dictature. Les choses étant précisées grâce à vous, il faut que je sois maintenant plus clair.

    La dictature actuelle est une dictature de pacotille, une fausse dictature, une dictature sournoise qui se cache tant elle est un ersatz, une parodie de pouvoir. Elle se dissimule faute de charisme, elle a un nez rouge, c’est la dictature des faibles qui a besoin de dire « le chef c’est moi » ou « venez me chercher ».

    Dire « Le chef c’est moi », c’est le contraire de « L’État c’est moi » prononcé par qui l’on sait et qu’en son for intérieur n’aurait pas renié de Gaulle.

    L’autoritarisme, c’est le manque d’autorité, d’autorité naturelle, ce sont ce que sont les montres molles de Dali par rapport au temps, celui du moment en ce lieu. C’est le pays que l’on déconsidère parce qu’on se croit plus intelligent avec dénigrement du pays réel. C’est la mort annoncée, le détricotage de ce qui est, la déconstruction du pays des gens qui ne vaudraient rien au profit d’une idéologie mortifère.

    Si le sens du mot n’avait pas été aussi déformé par l’idéologie, on choisirait vite une vraie personne qui deviendrait un personnage, qui écoute son peuple, est doué d’une autorité naturelle et ne peut se résoudre à autre chose que d’agir pour le bien commun, celui de la France et des Français.

    Pardonnez-moi, j’ai fait un rêve.

    Meltoisan
    24 janvier 2019

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services