Bannière Salon Beige

Partager cet article

Bioéthique / Culture de mort : Avortement

Peut-on encore refuser le dépistage de la trisomie 21 ?

Le docteur Patrick Leblanc, gynécologue obstétricien au CHG de Béziers pose la question  et donne les raisons de craindre un changement radical dans la relation des obstétriciens avec la future mère et le couple. Extrait de la synthèse de Gènéthique :

"Pour le Dr Leblanc, le "consentement éclairé" fait souvent défaut : "une information complète n'est pas toujours possible et nous ne sommes pas toujours bien compris de nos patientes car notre langage n'est pas constamment intelligible". Il cite un récent rapport de l'Inserm qui "fait état d'une particulière mauvaise compréhension par les femmes du test de dépistage. […] 40% d'entre elles n'avaient pas envisagé qu'elles puissent être confrontées à un moment donné à la décision d'interrompre leur grossesse. Plus de la moitié d'entre elles n'avaient pas pensé au fait que le dépistage pût aboutir à une amniocentèse". Dérangeante, cette étude "remet clairement en question le principe du consentement éclairé qui est pourtant la clef de voûte du dispositif règlementaire qui encadre le dépistage" et montre que "la valeur légale du document signé par la patiente peut être discutée". Patrick Leblanc souligne que la Haute autorité de santé (…) ne donne "aucune information sur les conditions de poursuite et de prise en charge de l'enfant porteur de handicap à la naissance".

Le Dr Leblanc revient sur les chiffres officiels : "92% des cas de trisomie 21 sont détectés et 96% d'entre eux donnent lieu à une interruption de grossesse (…)". Il ose poser cette "question essentielle" bien que "politiquement incorrecte" : "La France s'engagerait-elle vers un eugénisme d'Etat pour des raisons économiques ?" (…)

Bien que dépister la trisomie 21 ne soit pas obligatoire, "sommes-nous certains de proposer un véritable libre choix à nos patientes puisqu'aucune alternative réelle n'est offerte aux femmes à l'opposé de ce qui se passe aux USA et dans les pays nordiques ?" On constate qu'avec les interruptions médicales de grossesses (IMG) "la trisomie 21 n'est plus, actuellement en France, la première cause de handicap mental" (…)

La profession ne sert plus l'individu estime-t-il : "la société nous a investis d'une mission très particulière, celle d'interrompre certaines grossesses pour préserver les intérêts de la collectivité". Tout se passe comme si l'enfant à venir devait faire ses preuves sur sa dotation génétique pour être reconnu humain sous peine de perdre son droit à la vie (…)"

Partager cet article

5 commentaires

  1. Ma femme va accoucher à Londres, et à l’hôpital ils ont été très bien, ils informent très bien du risque de l’amniocentèse, qui augmente énormément les chances de fausse couche!!
    j’ai comme l’impression qu’au royaume uni, le fait que les IVG sont possibles jusqu’à très tard a dégouté le corps médical de tout cela… Quand on leur a dit qu’on était contre IVG IMG etc… ils étaient super heureux!! en France je me serait fait regarder comme un abruti!

  2. J’ai assisté à une conférence organisée avec la directrice de l’Agence Française de Bio-médecine (Emmanuelle Prada-Bordenave) organisée par une paroisse parisienne. Cette personne, qui se qualifie de « catholique bon teint » – comprendre ‘pratiquante’ dans sa bouche – refuse :
    1. de considérer que le massacre des enfants trisomiques soit un eugénisme car cela concerne très peu d’enfants en France (elle avance le chiffre d’à peine 400, ce qui m’étonnerait, a-t-on une information à ce sujet ?).
    2. Que sa foi ait une influence quelconque sur ses responsabilités, ce qui est un comble à ce poste précis. Et ce qui signifique qu’elle défend largement le dépistage, la recherche sur les embryons, etc…
    J’ai dû mal à comprendre qu’elle se considère comme « catholique bon teint », sauf si « bon teint » veut dire « pastel » tellement pâle qu’il n’y a plus aucun sel…

  3. Sur la porte de certains bureaux,on pourrait écrire:périmètre laïc sécurisé accès interdit à tout Dieu étranger au service »…

  4. « Tout se passe comme si l’enfant à venir devait faire ses preuves sur sa dotation génétique pour être reconnu humain sous peine de perdre son droit à la vie »
    A quand le dépistage de la couleur des yeux et des cheveux? Quelle différence fondamentale avec la sélection des « grands aryens aux yeux bleus et cheveux clairs »?

  5. J’ai été choquée par l’attitude de mon gynécologue qui ne me laissait aucune liberté quand à un dépistage de la trisomie. Je lui ai pourtant expliqué mon point de vu (concerté avec mon mari) que le résultat ne changerait rien et que je préfère que ces fonds soient engagés pour les traitements et non pour l’élimination de personnes. Il ne veut rien comprendre. Heureusement que je suis bien entourée, il n’y a plus aucune liberté sur ce sujet…la plupart des femmes n’ont même pas le choix, elle ne sont pas libre!

Publier une réponse