Pétition de sarkozystes anti-ouverture : fronde ou manipulation ?

Début juin, Claude Goasguen, député UMP, dénonçait la politique d'ouverture à gauche menée par Nicolas Sarkozy dans un entretien, aux accents droitiers, accordé à Valeurs Actuelles :

"L’ouverture est devenue un slogan. C’est à mon sens un mauvais slogan (…) La droite est-elle donc composée d’un rassemblement d’attardés pour que nous allions chercher de vieilles figures défraîchies du mitterrandisme pour former les équipes gouvernementales ? (…) La droite est clairement le socle sur lequel il a été élu. Il a réussi, par son volontarisme, par son dynamisme, à récupérer les voix du Front national et à progressivement fédérer l’ensemble d’un électorat de droite en déshérence. Ce que personne n’avait réussi à faire ces quinze dernières années. Enfin, la droite est réunifiée."

C'est en faisant référence à cet article, que des "militants UMP" (?) proposent désormais une pétition anti-ouverture sur internet :

"L’ouverture ne doit pas devenir un gadget médiatique renvoyant l’idée que les valeurs, l’intelligence et la compétence sont à gauche (…) Aidez ceux qui dans l’entourage du Président plaident contre la poursuite de l’ouverture gadget, en signant cette pétition et en la diffusant largement à vos relations sympathisantes de l’UMP et de la majorité."

Plutôt qu'une démarche sincère de militants UMP ancrés à droite, Marianne y voit plutôt, une manoeuvre destinée à conserver les électeurs FN ou MPF ayant voté Sarkozy et UMP aux dernières élections :

000 "Derrière le discours aimablement énervé du texte, quelques maladresses laissent entendre les accointances de la pétition : faire apparaître le sigle UMPS, argument classique des anti-systèmes à commencer par Jean-Marie Le Pen et Philippe de Villiers. Un clin d'œil qui ne relève probablement pas du hasard : si on s'attarde sur la fin de l'interview de Claude Goasguen, le député-maire souligne clairement que le risque est de perdre «les voix du Front national» et «un électorat de droite en déshérence», récupérés par Sarkozy."

On se souvient également qu'en 2007 un site des Catholiques de l'UMP (ici) s'était créé durant la campagne électorale et n'était resté actif que quelques mois après l'élection de Nicolas Sarkozy…   

9 réflexions au sujet de « Pétition de sarkozystes anti-ouverture : fronde ou manipulation ? »

  1. Bartleby

    Ou plutôt l’UMPCS… au point où l’on en est.
    Comme disait l’autre: “les promesses n’engagent que ceux qui les reçoivent”.
    Rappelons aussi un sondage de Marianne – il y a quatre, cinq ans ? – 96% des journalistes votent gauche ou extrême-gauche. Et la dadame présidente est d’extrême-gauche. Attention donc ne pas extérioriser ses convictions catholiques ou de droite si votre poste professionnel est menacé… même si les pignoufs au pouvoir vous y engagent.
    cette info me rappelle le dessin de Konk montrant Chirac s’adressant aux électeurs du FN: “bande de salauds, fachos, euh… votez pour moi!”
    La récupération politique est un métier aussi vieux que le monde (avec l’autre…)
    bonne journée à tous !

  2. piero

    Claude Goasguen, député UMP, élu de Paris 16 ème quartier Auteuil , Passy fait son éloge à Nicolas.
    Son électorat, droite des riches et nouveaux riches n’est pas en déshérence.
    Si certains, artisans (notamment du bâtiment), commercants ont, un temps, voté FN, il a été très sensible à l’argument gagner plus.
    Cet électorat ne constitue pas une base solide pour le FN, il ne soufre pas assez, bien au contraire.
    Sarko n’a pas ponctionné cet électorat au FN, il est simplement retourné à ses intérêts et le FN retourne à ses 7 à 11 %.

  3. Mingdi

    De toute évidence, Marianne a raison. Goasguen est un vieil activiste barbouzard, ancien d’Occident, professionnel du plumage de la volaille nationaliste. La nouvelle, dans un sens, a quelque chose de rassurant : le cadavre du FN n’est pas encore entré en décomposition!

Laisser un commentaire