Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : François

Père Sylvain Brison : “On peut tout à fait critiquer le pape et son action : il n’y a pas de pensée unique dans l’Église”

Père Sylvain Brison : “On peut tout à fait critiquer le pape et son action : il n’y a pas de pensée unique dans l’Église”

Extraits de l’interview accordée à La Croix par le père Sylvain Brison, ecclésiologie, maître assistant à la faculté de théologie de l’Institut catholique de Paris à propos de ce qu’est un schisme pour la théologie catholique :

Est-on schismatique lorsque l’on critique le pape ? Ou lorsque l’on écrit au pape ses dubia (doutes), comme l’ont fait quatre cardinaux après le synode sur la famille ?

Père Sylvain Brison : Dans sa conférence de presse donnée dans l’avion qui le ramenait de Madagascar, le pape rappelle bien que le schisme est une atteinte à l’unité du peuple de Dieu, pas seulement à sa hiérarchie. On peut tout à fait critiquer le pape et son action : il n’y a pas de pensée unique dans l’Église. Celui qui dit que le pape est « communiste » n’est pas à proprement parler schismatique. De même que ces cardinaux qui ont exprimé au pape leurs dubia, tant qu’ils restent avec lui dans un dialogue ouvert (…)

Qu’est-ce qu’un schisme pour la théologie catholique ?

Père Sylvain Brison : Le schisme est une rupture de communion avec l’Église. Cette définition est à la fois la plus simple et la plus traditionnelle. Les pères de l’Église, qui ont été très tôt confrontés à ce problème, étaient particulièrement sensibles aux ruptures de communion sur le contenu de la foi. À leur époque, tout schisme est une hérésie et toute hérésie est un schisme. Ceci tient au fait que l’unité de l’Église repose sur l’unité de la foi et non l’unité de la pratique. Les catholiques croient tous la même chose mais ils ne pratiquent pas tous de la même façon partout (…)

À quel moment les critiques deviennent-elles dangereuses pour la communion de l’Église ?

Père Sylvain Brison : Le problème surgit lorsqu’elles en viennent à porter atteinte à l’unité du peuple de Dieu et donc de la foi. Autrement dit, mettre en cause de manière continue et répétée l’autorité du pape, l’accuser d’hérésie peut déboucher sur un schisme. Au fond, et comme le dit le pape, le problème n’est pas tant la critique mais l’attitude qui est derrière : s’agit-il de construire l’unité ou de diviser ? Aujourd’hui, il y a incontestablement entre le pape et certains courants catholiques – américains, allemands ou autres – des différences doctrinales, disciplinaires et idéologiques. Ces différences d’appréciations sont normales, et on ne considère pas qu’il y a un schisme dès lors qu’un groupe entre en résistance contre le pape… sinon, il y en aurait eu beaucoup dans l’histoire de l’Église ! (…)

Le devoir du pape mais aussi de tout chrétien est de préserver l’unité de la foi, coûte que coûte parce que nous croyons qu’il n’y a pas de Salut en dehors de la communion de l’Église. Un schisme est donc toujours un échec, des deux côtés.

Partager cet article

3 commentaires

  1. Le Pape doit préserver l’unité de la Foi mais pas de n’importe quelle foi au contenu plus ou moins liquide ou variable. Il doit préserver l’unité autour de la foi reçue des NS Jesus Christ, pas autour de concepts moderno-compatibles. François semble vouloir trouver une unité autour d’une pastorale nouvelle sous-tendue par des dogmes nouveaux (incompatibles avec les enseignants de toujours).

  2. Il y a tout lieu de craindre que le Pape François, ayant assidûment fréquenté Leonardo Boff il y a de nombreuses années, et partagé et approuvé les élucubrations de la “Théologie de la libération”, ne ressorte ces dangereuses propositions, qui furent condamnées par ses prédécesseurs, à l’occasion du prochain Synode de l’Amazonie.
    Par ailleurs, quand on étudie les CV de certains des Cardinaux récemment nommés, on ne peut que s’inquiéter de certaines orientations (im)morales, mais de plus en plus dictatoriales, qui s’imposent de plus en plus sans avoir leur place dans l’Église.
    Le Pape n’est infaillible que dans des proclamations ex cathedra. Pour le reste, hormis son rôle de Chef du plus petit état de la planète, il est aussi critiquable et attaquable que n’importe quel citoyen.
    Et, de fait, contrairement à ses prédécesseurs, nombre de ses actions, de ses déclarations et de ses décisions peuvent et doivent largement être remises en question.
    Les fumées de Satan sont en train d’infiltrer le Siège de Pierre. Mais, dans les derniers temps, les forces de l’Enfer seront anéanties.

  3. Je ne suis pas convaincu que “les Catholiques croient tous la même chose”.
    Je crois au contraire que le problème est que certains, voire peut-être beaucoup, ne croient pas/plus à l’enseignement millénaire de l’Eglise, à commencer par ce pape Bergoglio, dont je suis persuadé que l’Eglise finira à plus ou moins long terme par le déclarer “hérétique”. Et il est hérétique, y compris par rapport à Vatican 2 qui est déjà en soi un fagot de problèmes… c’est tout dire.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services