Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Pendant que LR et LREM s’entretuent, le RN engrange des ralliements

Pendant que LR et LREM s’entretuent, le RN engrange des ralliements

Certes ce ne sont pas des personnalités de premier plan mais c’est le signe que d’autres pourraient suivre.

Dans le Grand-Est, l’ancien député UMP et suppléant de Nadine Morano, Philippe Morenvillier, passé par DLF, vient de rejoindre le Rassemblement National et la liste de Laurent Jacobelli.

Évènement assez rare, le journaliste de LCI Thierry Balland vient de rejoindre le RN comme tête de liste à Paris et déclare même, avec courage, avoir toujours voté FN même à l’époque de Jean-Marie Le Pen. De quoi faire hurler les bien-pensants :

Une quarantaine d’années passées derrière l’écran et l’envie de «prendre son risque» dans la bataille électorale. Journaliste historique de LCI, la chaîne du groupe TF1 lancée en 1994, Philippe Ballard a été désigné tête de liste du Rassemblement national à Paris pour les élections régionales de juin prochain, comme le rapporte le Figaro, ce mardi. Il mènera campagne aux côtés du député européen et vice-président du RN, Jordan Bardella. «C’est avec un immense honneur que je serai tête de liste du Rassemblement national à Paris pour les régionales 2021», s’est réjoui l’intéressé sur Twitter.

En Occitanie, un délégué LR rejoint la liste RN de Jean-Paul Garraud :

Cédric Delapierre, 45 ans, a même été élu délégué Les Républicains de la 7e circonscription de l’Hérault au début du mois dernier. En mai, cet élu municipal de Sète, discret secrétaire général du groupe LR-UDI à la région Occitanie depuis 2016, envoie tout valser pour faire ce qu’il lui plaît : rejoindre le parti de Marine Le Pen.

Sa démission est tombée mardi soir, à la fois de ses fonctions internes à LR et de son emploi au groupe. Il figurera en numéro 3 sur la liste RN de l’Hérault pour les régionales et sera candidat aux départementales sur le canton de Mèze, en binôme avec la responsable locale du RN

Cédric Delapierre vient de signer une tribune dans Valeurs actuelles :

“(…) Depuis plusieurs décennies, j’ai servi avec conviction l’UMP puis Les Républicains. J’acte aujourd’hui ma rupture avec les états-majors parisiens, certainement pas avec les militants et les électeurs, encore moins avec mes idées. Au fond, ce sont Les Républicains qui ont trahi nos idées, nos valeurs et notre engagement militant (…) Il est temps de sortir du piège dans lequel François Mitterrand a enfermé la droite, de ne plus se laisser dicter notre conduite par ceux qui ont précipité notre pays dans les crises. Cette union régionale autour de Jean-Paul Garraud est un signe des temps (…)

En Auvergne-Rhône-Alpes, Stéphane Blanchon, secrétaire général de l’UNSA Santé Cohésion Sociale et élu au Conseil technique ministériel auprès d’Olivier Véran, ministre de la Santé, vient de rejoindre le RN et sera tête de liste dans le département de la Drôme :

Le secrétaire général de l’Unsa a annoncé l’exclusion “de fait” d’un responsable du syndicat après l’annonce mercredi matin de sa présence sur la liste du Rassemblement national aux prochaines élections régionales en Auvergne-Rhône-Alpes (…) “On ne va pas laisser le RN laisser contaminer le syndicalisme et encore moins l’Unsa. Je vais redire que chacun doit être très vigilant”, a expliqué Laurent Escure à l’AFP, en dénonçant “un mélange d’opportunisme, de stratégie de camouflage et d’entrisme”.

La semaine dernière, Le Canard enchaîné avait révélé la candidature aux départementales sous l’étiquette RN de Luc Doumont, secrétaire général de l’Unsa Finances, Industrie et Services du Premier ministre.

Dans le Morbihan, Florent de Kersauson, le célèbre entrepreneur breton, 71 ans, un des fondateurs de la Route du Rhum, devrait être présenté officiellement jeudi, par Marine Le Pen comme tête de liste départementale, ce qui ne plait pas du tout à sa fille…engagée à l’extrême gauche chez EELV :

C’est un secret de plus en plus mal gardé qu’un communiqué du Rassemblement national a achevé de déflorer, lundi. L’annonce de la venue de Marine Le Pen à La Trinité-sur-Mer, jeudi 6 mai, en soutien de Gilles Pennelle, candidat du RN aux régionales, a été accompagnée d’une promesse : « le ralliement d’une personnalité bretonne », tête de liste RN dans le Morbihan, dont l’identité sera dévoilée jeudi. Habitant La Trinité-sur-Mer depuis toujours, ami de longue date de la famille Le Pen – dont la commune morbihannaise est aussi l’un des fiefs – Florent de Kersauson, homme d’affaires bien ancré à droite, coche toutes les cases. Contacté, l’intéressé ne confirme rien et respecte le plan de communication d’un parti qu’il apprécie mais auquel il n’a jamais adhéré (…)

Enfin, cette candidature officieuse fait également réagir au sein de la famille Kersauson, dont le nom est connu dans tout le pays. Florent, qui est l’un des créateurs de la Route du Rhum, est notamment le frère d’Olivier, ancien skipper et figure médiatique bien connue. La fille de Florent de Kersauson, Mannaïg, candidate écologiste aux élections régionales en Auvergne Rhône-Alpes (11e position dans l’Allier), s’inquiète ouvertement de ce scénario politique. « On a essayé de l’en dissuader avec mes frères et sœurs mais il sait trouver des arguments pour être convaincant. On aurait vraiment préféré que ce soit sous un autre parti (…) »

En Occitanie encore, c’est un ancien bras droit de…Georges Frêche qui pourrait franchir le pas :

“(…) Frédéric Bort, qui fut le bras droit de Georges Frêche, avant d’être séduit par l’idéal que pouvait représenter Emmanuel Macron dans l’effacement du clivage gauche-droite, n’a pas éludé la question : J’ai effectivement été approché et des propositions m’ont été faites, confirme le viticulteur qui a été approché par le Rassemblement national dans l’optique des prochaines élections régionales. Ma décision n’est pas prise, je réfléchis.

Pour celui qui se dit “très libre et indépendant d’esprit”, ce n’est pas “complètement hallucinant que Jean-Paul Garraud (…) ou Louis Aliot se disent qu’au vu de mon parcours, ils pourraient raisonner avec quelqu’un comme moi. Ma culture politique et mon expérience sont celles d’un homme qui se bat contre le système et le politiquement correct, comme le faisait Georges Frêche. Et je me demande ce que lui ferait dans ma situation. Mais je n’ai rien tranché pour l’instant.”

Quant à Eric Ciotti (LR) qui s’est opposé hier soir à la décision de la direction de LR de soutenir Renaud Muselier et à qui Thierry Mariani fait des appels du pied, que va-t-il faire maintenant que le Canard enchaîné a révélé qu’il aurait bénéficié d’un arrangement avec le RN en 2017 pour conserver son siège de député ?

 

Partager cet article

4 commentaires

  1. Clarification utile …

  2. LR et LREM s’entretuer ?
    Allons donc ! Ils s’entendent comme larrons en foire.

  3. Il y a une connivence évidente entre LR et LREM pour conserver le pouvoir face à la menace de plus en plus pressante du RN.
    Ne vous réjouissez pas trop vite de quelques ralliements médiatiques qui sont toujours apparus avant des échéances électorales mais qui n’ont pas eu les effets “raz de marée” escomptés.

    Le bourrage de crâne est tellement puissant, tellement organisé, la masse est tellement lobotomisée, qu’il faudra encore beaucoup plus que quelques attentats ou meurtres de policiers pour renverser la table.

    Mme Le Pen ne souhaite pas conserver dans son parti la ligne conservatrice et libérale de son père mais prône un étatisme mortifère et pousse une bande de mecs amenés par Philippot qui me paraissent pour le coup bien d’extrême-droite et pas du tout conservateurs.

    LR a toute sa responsabilité dans cette situation. Le tournant définitif s’est passé après les régionales de 1998 avec les démissions ou exclusions de Jacques Blanc, Charles Baur et Charles Millon “élus avec des voix du FN”.

    La victoire de Sarkosy aura été une exception mais son choix de prendre des ministres de gauche aura ruiné toute espoir de voir la France re-gouvernée un jour à droite. Le RN est maintenant devant LR aux grands scrutins. L’alliance est impossible.

  4. LREM = Les Républicains En Marche ou Les Républicains avec Emmanuel Macron ; au choix
    il est temps que les droites s’unissent face aux ennemis du pays

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services