Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement

Pendant le confinement, la culture de mort continue

Pendant le confinement, la culture de mort continue

Un arrêté du ministre des Solidarités et de la « Santé », paru ce matin au Journal officiel, prévoit d’allonger le délai pour l’absorption de pesticides humains – pardon l’IVG médicamenteuse en novlangue – jusqu’à la septième semaine de grossesse. Le « en même temps » macronien a d’étranges « vertus »: nous faisons mine de nous battre pour sauver le plus possible de vies et les autorités « sanitaires » ne semblent préoccupées que de faire face à la « baisse inquiétante » du nombre d’avortements. Toute la population du pays est confinée (enfin, « toute », pas vraiment: les Français de papier n’ont pas l’air très dérangés par les mesures gouvernementales…), mais les autorités encouragent à la promiscuité sexuelle. Dans notre « bel aujourd’hui », nous savons que nous sommes dans un pays développé et pacifié uniquement parce que, malgré le confinement, nous avons « réussi » à maintenir à 220 000 le nombre de bébés avortés annuellement en France. Etrange époque vraiment!

Partager cet article

4 commentaires

  1. C est peut etre ca le renouvellement ou le changement dans la…continuité de la culture de mort.

  2. il ferait mieux de s’inspirer de l’Apocalypse, ça lui remettrait son cerveau à l’endroit et dire qu’il est le sinistre des solidarités. Il ferait bien de réfléchir à ce qui va lui tomber sur le coin de la figure à sa mort parce que qu’il le veuille ou non ça lui arrivera comme aux autres, mais peut-être est-il abonné à l’enfer

  3. Extrémistes !

    Ceux-là même qui, jour après jour, prêchent la condamnation des extrêmes la mettent eux-mêmes en œuvre en laissant mourir leurs vieux et empêchant le nouveau-né d’être là !

    Nous vivons une époque très étrange…

    L’affaire Vincent Lambert n’était peut-être qu’un signe annonciateur… ?

Publier une réponse