Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Vie de l'Eglise

Pèlerinage au Japon (5-16 avril 2019)

Pèlerinage au Japon (5-16 avril 2019)

Prix : 2.990 € (sur base chambre simple). 80 € de supplément en chambre individuelle.

Samedi 6 avril

15h : arrivée à Séoul Incheon (3h35 de transfert).

18h35 : départ de Séoul ICN (vol KE 781) (1h20 min, pas de nouveau décalage).

19h55 : arrivée à l’aéroport de Fukuoka (FUK)

21h : transfert en car à l’hôtel à Nagasaki (150 km, 2h)

Visite de Nagasaki et de ses environs

Du dimanche 7 avril au jeudi 11 avril : 5 jours pleins (6 nuits)

« Le long cap » en japonais est le cœur historique du catholicisme japonais et partant, de notre pèlerinage car sa situation tout au sud de l’archipel (hormis l’archipel des Ryukyu) sur l’île de Kyushu attira avec sa belle baie les galions portugais et les jonques chinoises pour le commerce. Durant l’isolement (sakoku) entre 1641 et 1853, ce fut la seule ville ouverte à certains étrangers.

Quartier d’Urakami

Visite du parc de la paix (Heiwa-koen)avec sa statue pointant le pan de ciel où eut lieu l’explosion en vol à 580 m d’altitude tandis qu’une colonne de marbre noir marque l’hypocentre de l’explosion du 9 août 1945. À ces côtés, les ruines de l’ancienne cathédraledétruite par la bombe atomique. Ne survécut miraculeusement qu’un visage de la Vierge, pourtant en bois, aux yeux crevés comme pour montrer que la Mère de Dieu n’en peut plus de voir les péchés, la méchanceté et la violence des hommes. Construite en 1895, elle était la plus grande d’Asie et le principal lieu de culte catholique au Japon. La nouvelle cathédrale à deux tours de briques rouges fut rebâtie en 1959, à 500 m de là. À 5 min se trouve la maison du docteur Nagai Takashi et de son musée.

Chapelle des Chrétiens cachés (sites des églises santa Maria et saint Joseph).

Le musée de la bombe atomiqueprésente de manière émouvante la vie avant et après la bombe Fat mancomposée de 7 kg de plutonium pour mieux percevoir réellement ses désastres et des 70.000 victimes (plus autant d’irradiés morts ensuite) évoquées par autant de diodes lumineuses dans le mémorial national pour la paix.

Le Mémorial des 26 martyrs chrétiens du 5 octobre 1598 se tient à peu de distance de la gare, au sommet de la colline de Nishizaka où s’élève une stèle depuis 1962. Un petit muséeretrace leur histoire.

Le musée d’histoire de Dejimareconstitue cette petite île construite en 1636 pour empêcher l’expansion catholique et y concentrer les rares marchands étrangers autorisés (une douzaine d’employés de la compagnie hollandaise des Indes orientales), servant alors d’unique point de contact entre le Japon et l’étranger. En 1720 lorsque fut levée la censure sur les livres hollandais, des centaines d’étudiants vinrent y étudier les sciences occidentales. Pierre Loti vécut ici avec une courtisane devenue sa femme le temps d’un printemps, la vénale et cynique Okane-san de Madame Chrystanthème. Le naturalise allemand Philippe Franz von Siebold séjourna six ans qui donna le nom de sa femme à l’hortensia (hydrangea otakusadérivé d’Otaki-san).

Promenade dans le quartier Hanamo-Machi avec ses temples.

Le quartier Oranda-zaka ou pentes hollandaises évoque le quartier de type colonial lorsque le confinement des étrangers fut levé à partir de 1859. Visite de Glover gardenqui a restauré d’anciennes maisons en bois à l’occidentale. Parmi celles-ci, la maison de Thomas Glover doit son nom à un aventurier écossais qui devint marchand d’armes et industriel. Il aurait inspiré, par ses relations avec une geisha l’opéra de Puccini Madame Butterfly.

L’église catholique d’Oura fut construite à partir de 1865 par le P. Petitjean et scella la retrouvaille des chrétiens cachés.

Mémorial de S. Maximilien Kolbe à Oura.

L’église des 16 martyrs de Nakamashi commémorant les membres de la famille dominicaine dont S. Laurent Ruiz et Guillaume Courtet.

Couvent de S. Maximilien Kolbe à Hongouchi (Sei Kolbe KinnenKan).

Montée en téléphérique sur le Mont Inasa pour jouir d’une fabuleuse vue sur la baie de Nagasaki.

Excursion dans la presqu’île de Shimabara :

Le château de Shimabara est une reconstitution de celui originellement érigé de 1618 à 1624 par Matsukura Shigemasa pour mener sa politique anti-chrétienne. Le petit musée évoque la révolte des Chrétiens de 1637 et sa terrible répression.

Promenade à Buke-yashiki, quartier des samouraïs authentique.

Mémorial du désastre du Mt Unzen. Cette région volcanique, comme tout le Japon connut en 1991 une meurtrière éruption faisant 43 morts dont le couple de vulcanologues français Kraft.

Montée en téléphérique sur le Mt Unzenet promenade dans la ville d’Unzen, ancienne station prisée des Européens et Américains.

Excursion sur l’île d’Amakusa qui compte aujourd’hui encore 10% de chrétiens au lieu des 1% de la moyenne japonaise.

Vendredi 12 avril

Visite Akita (1 nuit, 1 jour et demi)

Du vendredi 12 a-m au samedi 13 avril soir

Messe au couvent des apparitions

Musée des Beaux-Arts d’Akita

L’autre attraction d’Akita et sans doute l’unique pour ceux qui ne sont pas catholiques est la célèbre peinture de Fujita Tsuguharu (1886-1938) ou Léonard Foujita. Le musée épuré, de 2013, est fait sur mesure pour servir d’écrin à l’immense peinture Événements à Akitamesurant de 20,5 m sur 3,65 m. Le peintre vantard répondit à un défi qui lui fut lancé par le collectionneur Hirano Masakichi : « si vous êtes vraiment le plus grand artiste du siècle, vous devriez pouvoir peindre le plus grand tableau du monde » ! Il le releva en 17 jours seulement à raison de 10h par jour. Le thème en est les fêtes des 4 saisons.

Samedi 13 avril

Messe à Akita

Visite de Kakunodate

Cette ville à 68 km à l’Est d’Akita évoque la forte hiérarchisation sociale : les guerriers (bashi dont les samouraïs qui dépendent du shogun et de ses gouverneurs militaire ou damyo), les paysans (nomin), les artisans (kogyo) et les marchands (shonin), honnis car ils ne produisent pas. On peut y voir un quartier samouraï(buke-yashiki)donnant sur le Nord car porte ouverte aux esprits malfaisants (6 maisons se visitent) et le quartier des marchands.

Gorges de Dakigaeri

Visite de Kyoto (3 nuits, 2 jours)

Du dimanche 13 au lundi 15 avril

Palais impérial (Kyoto Gosho)

Il vit le jour à 2 km en 794 et de nombreux incendies incitèrent à le déplacer dans ce parc de 85 ha en 1788, ce qui ne servit de rien, malheureusement. La version actuelle date de la fin du XIXes. mais reconstituant la période Heian. Dans le pavillon central, la salle du couronnement des empereurs Taisho et son fils Showa (Hirohito).

Musée national de Kyoto

Avec celui de la nouvelle capitale Tokyo, c’est le plus réputé du Japon pour un parcours d’histoire et d’histoire de l’art japonais.

Temple Kiomizu-dera

Réparti en sept pavillons, un beffroi et une pagode s’étageant à flanc de la montagne de l’Est, il fut fondé en 798 par le moine Enchin comme temple de l’eau limpide sur une vaste terrasse en bois dominant la ville.

Promenade dans le quartier de Gion, quartier des geihas, chargées de divertir les repas d’affaire de leurs talents artistiques.

Fushimi Inara Taisha

Sanctuaire shinto célèbre pour ses portes cramoisies (torii) au nombre d’environ 30.000, serpentant à flanc de colline, dédié à Inari, protectrice du riz, et son animal est le renard qui détient les clés du grenier à riz.

Villa impériale de Shungaku-in

Située au pied des montagnes Higashiyama, elle servit de villégiature à l’empereur Go-Mizuno-o (1596-1680), les villas s’étagent dans un beau parc de 28 ha (inférieure, intermédiaire et supérieure, la plus belle).

Attention : il est difficile d’obtenir l’entrée pour les groupes. Cette visite est susceptible d’être remplacée par une autre.

Jardin des mousses(Saiho-ji)

Dessiné en 1339 par le moine Muso Soseki (1275-1351), pour le temple de Koke-deva, c’est le premier jardin zen, étagé en haut et bas. La variété des 120 mousses n’étaient pas voulue mais survint juste à l’ère Meiji quand il fut abandonné.

Attention : il est difficile d’obtenir l’entrée pour les groupes. Cette visite est susceptible d’être remplacée par une autre.

Promenade de détente dans la forêt de bambous d’Arashiyama.

Mardi 16 avril

départ d’Osaka Kansaï

Plus d’informations

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services