Bannière Salon Beige

Partager cet article

Homosexualité : revendication du lobby gay

Peillon veut transformer les écoles en madrassas radical-socialistes

De Guillaume de Thieulloy dans Les 4 Vérités :

"[…] Depuis des années, M. Peillon s’est
passionné pour l’idéologie des « prophètes
» laïcistes, façon Ferdinand
Buisson, qui ont transformé les écoles
de France en madrassas radical-socialistes

– où tout peut être critiqué,
sauf la propagande d’État.
Selon ces hommes, il s’agissait moins
d’instruire les enfants, en leur apprenant
le sens critique, que de les
endoctriner, en les coupant de leurs
racines religieuses d’abord, mais
aussi familiales et nationales
.
Relisez la déclaration de Vincent
Peillon sur la « morale laïque » et
vous avez, pratiquement mot pour
mot, le même fanatisme :
« Il faut être capable d’arracher l’élève
à tous les déterminismes, familial,
ethnique, social, intellectuel.
»
Soi-disant pour permettre la liberté
de choix. En réalité, pour en faire un
bon petit sujet de la propagande,
qu’elle soit propagande d’État ou
propagande publicitaire…
Pour cela, M. Peillon est disposé à rallumer
la guerre scolaire.
C’est ainsi que notre ministre a
annoncé des réductions drastiques
des retraites des enseignants du
privé
, revenant sur un engagement
de 2004 d’égalité public-privé. Les
retraites diminueront et les cotisations
augmenteront. Double peine
pour les maîtres de l’enseignement
privé sous contrat !
Dans le même ordre d’idée, les
médias bruissent de la rumeur d’une
rupture des accords France-Saint-Siège de 2008
, qui permettaient la
reconnaissance réciproque des diplômes.
Au passage, je vois mal comment
l’État socialiste obtiendra cette
rupture, sans rompre en même temps
les accords de Bologne, garantis par
l’Union européenne. Il est assez
cocasse que nos dirigeants se trouvent
ainsi coincés entre leur européisme
et leur anticléricalisme !

Mais, ce sont surtout les récentes
déclarations du ministre sur le
« mariage » homosexuel qui me
paraissent ahurissantes et scandaleuses.
Le secrétaire général de l’enseignement
catholique, Éric de Labarre, a
demandé à ses quelque 8 300 chefs
d’établissement d’organiser des
débats sur ce sujet (il est vrai que s’il
fallait attendre le gouvernement pour
avoir un débat sur ce thème, nous
pourrions attendre longtemps) et leur
a rappelé la doctrine de l’Église
catholique sur le mariage. Le moins
que l’on puisse dire, c’est que ce n’était
pas une déclaration de guerre.
Cette liberté de débat (et même d’enseignement)
est d’ailleurs garantie
par la loi Debré de 1959
.
Pourtant, se mettant instantanément à
la remorque du Parti communiste (très
puissant, on le sait, dans le ministère
de l’Éducation nationale, via sa courroie
de transmission syndicale, l’UNSA
Éducation, ex-FEN), M. Peillon rappelle
vertement à l’ordre M. de Labarre dans
une lettre aux recteurs: « Il ne me semble
pas opportun d’importer dans l’école
le débat sur le mariage pour tous.
Je considère même qu’en adressant
une lettre aux chefs d’établissement, le
secrétaire de l’enseignement catholique
a commis une faute
. »
À qui fera-t-on croire que l’Éducation
nationale est protégée des débats
politiques ? N’a-t-on donc jamais vu
des collégiens descendre dans la rue
en supplétifs des combats syndicaux
d’extrême-gauche ?
En outre, sur ce sujet précis, le lobby
« LGBT » intervient régulièrement
dans les écoles, avec la bénédiction
du ministre
. Et, en octobre dernier,
une ministre, Mme Vallaud-Belkacem
a été faire la promotion du fameux
« mariage pour tous » dans une
école du Loiret. Autrement dit, ce qui
est grave n’est pas de parler du
« mariage » homosexuel dans les
écoles, mais d’en parler avec réserve…
Au demeurant, M. Peillon ne
s’en cache pas. Il veut « s’appuyer sur
la jeunesse pour changer les mentalités
».
En bon français, cela s’appelle
de la propagande. […]"

Partager cet article

3 commentaires

  1. Bref, l’école de la république est plus préoccupée de fabriquer des minus habens, bien endoctrinés et conditionnés socialement, que de produire des adultes instruits capables de penser par eux mêmes et de fournir les élites dont toute société à besoin.
    S’ils ne savent pas lire à leur entrée en 6ème, ce n’est pas grave (voire tant mieux!) et vive la méthode globale !
    Notre “éducation nationale” est en ruine et pervertie ? Ce n’est pas un accident, ils l’ont voulu.

  2. Rien de bien nouveau sous les lumières de la république…

  3. Et n’oublions Simone Veil qui sillone les écoles catholiques sous contrat et promeut sa loi…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services