Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Pédophilie criminelle et peine de mort

Sur son blog, Jean-François Touzé (conseiller régional FN d’Ile-de France) met en rapport les crimes odieux qui ont eu lieu ce week-end et la diffusion par France 2 dimanche soir d’un numéro de l’émission présentée par Christophe Hondelatte, Faites entrer l’accusé, consacré à l’affaire Christian Ranucci, condamné à la peine de mort et exécuté dans les années 70, pour le meurtre de la petite Dolorès :

"Une occasion de mesurer le chemin parcouru en trente ans. Il y a trente ans, l’ensemble des médias titraient sur l’abomination de ces actes et appelaient au juste châtiment de leurs auteurs. Il y a trente ans, le ministre de l’Intérieur en exercice, Michel Poniatowski, déclarait sans ciller que "s’il était juré, il se prononcerait pour la peine de mort, les assassins d’enfants n’ayant rien à faire sur cette terre". Il y a trente ans, les Français, dans leur immense majorité, au-delà des opinions politiques et des clivages sociaux, réclamaient la tête de Ranucci et de ses semblables."

Michel Janva

Partager cet article

10 commentaires

  1. Depuis trente ans, les loges ont planché dans l’ombre sur la culture de mort et comment mieux l’inoculer aux télés con-sommateurs, en la faisant passer pour “l’évolution des moeurs et des mentalités”, et toujours pour un “progrès” ou la “conquête d’un droit”… cependant que ce sont de leurs antres infernales que sortent toutes ces abominations au nom de “la liberté”, des “droits de l’homme”, etc. Et cela fait depuis 1789 que cela dure.

  2. Autant la peine de mort était innacceptable en raison du risque d’erreurs judiciaires, autant elle est maintenant tout à fait acceptable grace aux tests ADN : sur le petit Mathias, si on retrouve la personne ayant l’ADN du violeur, qui pourra dire qu’il est innocent? ce sera une évidence qu’il l’a tué après, et comme il s’agit d’un crime particulierement monstrueux (enlevement, viol et meurtre d’enfant) je ne vois aucune raison de ne pas appliquer la peine de mort.
    Sur le meutre de Madison, je ne comprend pas pourquoi on s’est amusé à héliporter le coupable (présumé, j’allais oublier) : il a tenté de se trancher la gorge? qu’on le laisse mourrir, justice est faite!
    A mes yeux la peine de mort devrait être réservés aux criminels les plus infâmes, càd les assassins multirécidivistes, les assassins d’enfants et les terroristes “ayant réussis”. On devrait les mettre à mort sans douleur mais de maniere tres dissuasive (guillotine?)

  3. Et que dire de l’incroyable déliquescence du lien social quand ces deux faits arrivent dans des petits villages, où “tout le monde se connaît”??? Le Malin détruit les liens les plus naturels, il serait bon d’y réfléchir à l’échelle de la France.
    Que ces enfants reposent dans la Paix & pardonnent à leur bourreau!

  4. il y a 30 ans une “histoire drôle” circulait :
    -papa, c’est quoi un abolitioniste ?
    -c’est quelqu’un qui n’a pas d’enfant.
    Prions pour Jeanne-Marie, et les autres.

  5. je rappelle que Saint Thomas d’Aquin, docteur de l’Eglise, acceptait la peine de mort quand nécessaire.

  6. Le Catéchisme de l’Eglise catholique (n° 2267) indique : “L’enseignement traditionnel de l’Eglise n’exclut pas, quand l’identité et la responsabilité du coupable sont pleinement vérifiées, le recours à la peine de mort si celle-ci est l’unique moyen praticable pour protéger efficacement de l’injuste agresseur la vie des êtres humains. Mais si des moyens non sanglants suffisent à défendre et à protéger la sécurité des personnes contre l’agresseur, l’autorité s’en tiendra à ses moyens, parce que ceux-ci correspondent mieux aux conditions concrètes du bien commun et sont plus conformes à la dignité de la personne humaine. Aujourd’hui, en effet, étant donné les possibilités dont l’Etat dispose pour réprimer efficacement les crimes en rendant incapable de nuire celui qui l’a commis, sans lui enlever définitivement la possibilité de repentir, les cas d’absolue nécessité de supprimer les coupables sont désormais assez rares, sinon même pratiquement inexistants.”
    Personnellement je considère que cet article doit amener le rétablissement de la peine de mort puisque l’Etat ne dispose pas de la possibilité de réprimer efficacement les crimes.
    D’ailleurs, j’aimerai que l’on m’explique quels sont les moyens dont les Etats disposent actuellement pour réprimer efficacement les crimes (et non pour trouver leurs auteurs, attention) et dont ils ne disposaient pas il y a 30 ans ou 80 ans ???
    De toutes façon la supression de la peine de mort a entrainé automatiquement la supression de fait de la réclusion criminelle à perpétuité, laquelle a entrainé automatiquement la supression de la réclusion de 20 ans, etc…
    L’échelle des peines s’est totalement effondrée après la supression de la peine de mort.

  7. Message pour Rochas
    Rochas dit : “j’aimerais que l’on m’explique quels sont les moyens dont les Etats disposent actuellement pour réprimer efficacement les crimes (et non pour trouver leurs auteurs, attention)”. Que veut dire Rochas par cette phrase et l’utilisation de la distinction (réprimer efficacement/trouver l’auteur d’un crime)

  8. Les erreurs judiciaires existent toujours bel et bien (même avec l’ADN et tout).
    Sortez de votre rêve !

  9. Personnellement, je ne suis pas pour la peine de mort mais je pense que les crimes odieux concernant les personnes faibles devraient être sanctionnés par une peine à vie, une vraie, cad que le coupable meure en prison et non pas qu’il sorte pour bonne conduite au bout de x années comme cela a été le cas pour le meurtrier de la petite Jeanne-Marie. En gros, il faudrait réouvrir Cayenne.

  10. @simon
    la guillotine ? NON Merci.
    Elle rappelle des aspects trops sombres de l’histoire de France (la Convention montagnarde et sa “Terreur”). De nos jours ce serait dégradant de remettre en fonction un instrument aussi anachronique. Personnellement pour les crimes les plus odieux (comme ceux dont il est sujet ici) j’opterais (en tant que formule de peine capitale, dont je ne suis pas un fervent partisan, quoi que…) un peloton d’exécution. Cela n’aurait pas pour but de venger une victime, mais de mettre hors course des individus qui peuvent être dangereux pour la société. La prison à perpétuité ? Mais qu’est ce qu’une perpétuité ? Sortir au bout de 10 ou 15 ans et recommencer ? Arrêtons de prendre les gens pour des imbéciles, on sait qu’une fois qu’un assassin a commis un crime, tant qu’il a toute sa puissance physique, il n’est apte qu’à renouveler son acte. Et j’entends les bien-pensants hurler “il faut donner une chance à ces malheureux”…et bien pour moi les malheureux ce sont ces papas et ces mamans qui, autant dans 10,15,20 ou 30 ans, ne verront plus leurs enfants et ne pourront JAMAIS prendre dans leurs bras leurs éventuels petits enfants.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services