Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

#PasDeVague : vague de reflux contre Jean-Michel Blanquer

#PasDeVague : vague de reflux contre Jean-Michel Blanquer

Alors que plusieurs enseignants partagent sur les réseaux les violences dont ils ont été victimes, un professeur de SVT met en cause le ministre de l’Éducation nationale et son inaction dans la lutte contre les violences à l’école, lorsqu’il était recteur de l’académie de Créteil en 2008. Entre 2007 et 2009, Jean-Michel Blanquer “n’a rien fait” pour endiguer la violence qui sévissait dans l’académie de Créteil, selon Jérémy Destenave qui livre son témoignage au HuffPost. Ce professeur évoque des faits de violences envers des membres de l’équipe pédagogique du collège Karl-Marx de Villejuif.

L’enseignant a interpellé le ministre dans une série de tweet, dans lesquels il évoque des faits remontants à l’année 2008. Il a notamment exhumé une lettre adressée au moment des faits à l’académie de Créteil, dans laquelle il évoque une série d’incidents au sein de cet établissement du Val-de-Marne. Ce dernier met en garde Jean-Michel Blanquer contre “de plus en plus de violences verbales (insultes, crachats) et physiques (gifles, coups, jets d’objets).” En annexe de ce courrier, une liste des incidents rencontrés dans l’établissement: trois gifles à un surveillant, une agression d’un surveillant avec un briquet, ou encore un portable volé à un professeur… Des gestes restés impunis. Malgré les avertissements répétés auprès de l’administration, rien n’a été fait pour endiguer cette vague de violence :

Jean-Michel Blanquer était clairement au courant. Il n’a rien fait, il a été inefficace. (…) Tous mes collègues qui ont voulu porter plainte et parler de leurs problèmes, on leur a mis des bâtons dans les roues. Nous étions abandonnés.

L’académie nous a envoyé des gens qui sont venus nous faire culpabiliser pour nous dire que s’il y avait des soucis c’était de notre faute, c’est parce que nous n’avions pas de bonnes méthodes.

Le ministre de l’Éducation nationale a déclaré sur BFMTV, ce lundi :

“Je sais bien qu’il y a parfois des réalités masquées dans la vie quotidienne de nos élèves et de nos professeurs, il est tout à fait normal qu’elles s’expriment. Ça ne me gêne pas que des gens disent ce qui leur arrive sur le terrain. On se plaint suffisamment des effets négatifs des réseaux sociaux pour ne pas se plaindre quand les réseaux sociaux permettent justement de prendre conscience d’un phénomène.”

Mais tout va aller mieux depuis que Macron a fait interdire les portables…

Nous vivons un changement civilisationnel dont le moteur est culturel. La famille dite traditionnelle - qui est simplement la famille naturelle - diminue massivement en nombre et en influence sociale. Le politique est de plus en plus centré sur la promotion de l’individualisme a-culturel, a-religieux et a-national. L’économique accroît des inégalités devenues stratosphériques et accélère et amplifie le cycle des crises. L'Église est pourfendue; clercs et laïcs sont atterrés.

Une culture nouvelle jaillira inévitablement de ces craquements historiques.
Avec le Salon Beige voulez-vous participer à cette émergence ?

Le Salon Beige se bat chaque jour pour la dignité de l’homme et pour une culture de Vie.

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

8 commentaires

  1. On interdit les portables comme cela on peut “mieux cacher la poussière sous le tapis” contrairement à cette publication du braquage sur les réseaux sociaux qui a soulevé un tollé!

    Le gouvernement, Blanquer dans ce cas, n’est plus à une hypocrisie ou un mensonge pres!!!

  2. Mais au delà de l’Education nationale, c’est une société malade. Franchement, nous sommes un certain nombre à avoir fait le choix de l’école hors contrat. Certes tout n’est pas rose bonbon, mais il est un constat c’est que nous ne sommes pas confrontés à tout cela. Pour la bonne et simple raison que les parents s’impliquent et sont impliqués, parce que les familles comprennent les enjeux de l’éducation de leurs enfants, au delà même des méthodes et des contenus des enseignements. Parce que l’adulte a sa place, parce que l’on apprend à nos enfants le respect du professeur, parce que l’on montre à nos enfants où sont leurs racines, parce que le Bon Dieu n’a pas été mis à la porte au nom d’une autre religion républicaine. Et soyons clairs (vous pourrez censurer la suite si elle pouvait attirer des ennuis au SB 😉 ), les difficultés viennent en général de populations qui ne veulent pas s’intégrer, et mieux s’assimiler. Des jeunes qui ne respectent pas les femmes, détestent la France qui pourtant déverse des allocations par millions tous les mois et se voit mordre la main en retour. Alors on peut mettre des portiques, passer sous silence les violences, mais tant que l’on ne traitera pas le problème à sa base rien ne changera… c’est un peu comme penser que de lourdes peines règleront tous nos soucis… on repousse les échéances avec une apparence de mieux, mais on se reprend les difficultés en pleine face, qui en plus se seront aggravées avec le temps. Renouons avec la France Chrétienne, fermons nos frontières, mettons dehors ceux qui ne se reconnaissent pas dans ces deux mille années d’histoire

  3. Mais nous ne faisons que récolter tout ce que nous avons semé depuis 40 ans ! Et ce sont les profs d’aujourd’hui qui se prennent en pleine gueule les foutaises progressistes de leurs prédécesseurs qui sont maintenant à la retraite, et donc qui s’en foutent, qui n’ont aucun regret, et qui sont certainement très satisfaits de la chienlit qu’ils ont installé…

    Même si des profs actuels ont des responsabilités dans le naufrage de l’école, je pense qu’il faut les défendre tous, au nom de la grande majorité d’enseignants qui sont dévoués corps et âme pour leur métier, et qui font ce qu’ils peuvent, dans la tourmente, comme nos héroïques poilus de 14-18 ont tenu dans l’horreur des tranchées ! Ce qui m’inquiète, c’est que “l’arrière” aujourd’hui ne vaut pas son devancier de la Grande guerre…

  4. ça gronde ?
    Après tout … simple retour de manivelle.

  5. Ce gouvernement organise méthodiquement le chaos à tous les niveaux , en commençant par ses pépinières de jeunes esprits . Quand on est jeune , on trouve toujours les profs trop sévères et apparemment injustes, à notre encontre mais çe n est pas une raison parce qu on a gardé des rancœurs avec une partie du corps enseignant qu en vieillissant il faut faire l exact contraire.
    Jeune , si au premier abord, je préférais les profs cool et craignais les profs plus exigeants , il en ressort que j avais de meilleurs notes avec les seconds que je finissais par apprécier et quelque soit les matières enseignées. Parce que les profs hyper cool, 1/ on s en lasse vite et c était un vrai tohu-bohu ( bombe à eau volante , lancers de stylos , bavardages, rigolade, sieste etc… Voilà le quotidien dans les années 75 . Ça n a pas pu s améliorer depuis , pensez donc) souvent c était des bons cocos et 2/ on apprenait rien . Quand à la direction , elle nous formait à etre de ” bons” petits rebelles en nous faisant participer à des grèves pour obtenir un second collège et nous entraîner dans ses délires politiques ( région parisienne , banlieue sud , ville dortoir communiste…) . Donc on n a pas à etre etonné de ce qui se passe quelque 45 ans plus tard .
    De plus par leur idéologie post soixantehuitarde , les enseignants se retrouvent entre l enclume et le marteau , la hiérarchie bienveillante vis à vis des sales gosses plutôt Mohamed que Maurice et le résultat de leur politique de laisser-aller moral , autant en tant qu enseignants que parents . Pour certains , ils payent cash leur idéologie mais ne veulent pas reconnaître les effets néfastes , bien trop orgueilleux et ayant un sentiment supérieur devant une telle ” avancée ” comportementale sauf que ça déborde chez ceux qui ont une vision plus traditionnelle de l instruction et là c est impardonnable . Blanquer , c est Mr Hyde et dr Jekyll ou Janus et ses deux faces .

  6. Il faut savoir aussi que lorsqu’un établissement scolaire publique exclu un élève, celui-ci est réintégré dans un autre établissement publique…
    J’ai une idée à proposer (bien que je sache que pour 1000 bonnes raisons de politiquement correct et de manque de courage politique à long terme elle ne sera jamais appliquée):
    Il me semble qu’une bonne solution serait de taper dans les allocs dés le plus jeune âge des enfants. Les parents leur mettraient alors la pression… ce serait un mesure très simple. Il suffirait de rabioter le montant de 10% pendant 3 mois… la première fois puis d’augmenter la dose s’il y a récidive…
    Mais il faut aussi prendre conscience qu’une racine du mal est les écrans que regardent ces enfants en bas-âge à longueur de journée. Cela les prive du goût de lire, d’intérioriser et de réfléchir… Et les rend incapable de suivre des cours à l’école, puis au collège et enfin au lycée (où ils vont tous même s’ils sont illétrés).

  7. Qch que je n’ai pas lu ds les commentaires: la facon dont les grands établissements parisiens ont tjs été à la remorque des avancées sociétales. Aujourd’hui l’education qui y est dispensée ne vaut guère mieux que ce qu’on lit sur les établissements publics. Je veux dire que ce n’est pas adapté. On a un milieu de jeunes super riches, vivant dans une bulle, bulle qui est un univers souvent decadent où les voies sont ouvertes vers les obscénités, le rap, la pornographie et j’en passe. Le corps éducatif ne donne pas une education assez ferme à ces jeunes-là (et à leurs familles, les super-patrons et grands financiers: si on doit couper les allocs aux immigrés laxistes, il y a aussi mille manières de rappeler aux familles super riches de ne pas vivre dans cette cuture (ce culte!! Ils ne s’en rendent pas compte mais de l’extérieur c’est flagrant!) De l’argent. Et je peux vous dire que de l’irrespect pr les profs il y en a à la pelle ds ces établissements.
    J’irai plus loin car j’ai enseigné aux deux publics : vous matez un jeune immigré assez facilement avec un peu d’autorité. J’enseignais a l’ancienne et djibril et ryan apprenaient par coeur leurs déclinaisons. Je peux vous dire qu’en milieu friqué c’est une autre paire de manches… gamins qui se croient arrivés, conscients d’avoir du fric, se disant athées en 6e, alors qu’ils ont eu des cours de caté depuis la maternelle, tenant tête au prof, faisant les fatigues, etc. Oh pas tous mais… ceux-là sont clairement les plus durs.

    Or ils sont les futurs modèles des autres.

  8. Bonjour, je voudrais preciser ma pensee suite au post précédent: des deux styles de parents les plus laxistes ne sont pas nécessairement les parents d’élèves immigrés.
    Vous avez dans les soi-disant bonnes familles bcp de parents qui font copain-copain avec leur enfant; ne veulent pas jouer l’autorité parce que ça ferait trop looké tradi; ferment des yeux indulgents d’abord sur le premier pot pris en terrasse à 15 ans; puis sur … tout le reste en fait.
    La force du groupe. Et ce groupe-là n’est pas beau à voir. Un certain nombre des garçons par exemple y écoutent eux aussi du rap ultra violent où il est question d'”enc.. des sal…” parce que papa et maman leur ont fourni mp3, enceintes, et surtout droit de faire ce qu’ils veulent avec leurs potes ds leur chambre.
    Futures élites, je le rappelle. Beaux quartiers.

    Les profs peuvent aussi y être humiliés et malheureux sans avoir le droit de se plaindre, croyez-moi.

    Le père Petit de Julleville en 1910 à Ste Croix de Neuilly avait estimr que parce qu’il formait les futurs dirigeants il devait les éduquer eux et leurs familles dans l’idée dès le primaire de ne pas garder pour soi ses biens mais de les donner aux nécessiteux. Les familles par exemple avaient une obligation de présence à la messe du dimanche du père: elles devaient ces jours-là renoncer au week-end dans leurs grandes demeures de l’Oise ou de la Sarthe. Voilà un exemple pour leurs enfants.
    Qui ferait cela aujourd’hui à paris 7e, 8e, 6e?

    Merci.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services

Allons-nous laisser la culture de mort triompher ?

JAMAIS

Aidez le Salon beige à préparer les prochains combats pour la loi de bioéthique