Bannière Salon Beige

Partager cet article

Cathophobie / France : Politique en France

Pas de place Jean-Paul II à Toulouse

On m'informe que vendredi 28 mai, le groupe d’opposition municipale a demandé qu’une place de Toulouse reçoive le nom de Jean-Paul II. Un refus absolu a été opposé par la majorité de gauche.

Il est vrai que le maire refuse déjà de condamner les profanations d'églises. Alors il ne faut pas trop lui en demander…

Partager cet article

9 commentaires

  1. Il fallait proposer une place “Fidel Castro” ou “Che Guevara”. Là, les bonnes consciences de gauche auraient accepté…D’aucuns disent que la France a la droite la plus bête du monde. Peut-être, mais ce n’est rien par rapport à la gauche française, la plus nauséabonde, la plus doctrinaire et la plus fanatique que tout ce que l’on peut imaginer.

  2. ce n’est pas la ville rouge par hasard ?

  3. Qu’ils demandent aussi de débaptiser
    Rue Saint Antoine du T
    Rue Saint Félix
    Rue Saint-Rome
    Quai Saint Pierre
    Place Saint Pierre
    Rue Sainte Catherine
    Rue des Anges
    Bd et rue des Minimes
    Rue Notre-Dame
    Et qu’entre l’Avenue de l’URSS et la Rue Stalingrad, ils “baptisent” des rues
    -Lénine
    -Khomeini
    -Saddam Hussein
    -Mao Sedong
    -Georges marchais……………….

  4. Toulouse : une ville qui a vu se fixer bien des réfugiés “républicains” Espagnols. Évidemment, bien peu avaient sciés des prêtres entre deux planches, et encore moins égorgé l’un deux d’un coup de dent – comme s’en vantait Dolorès Ibarruri (et le rapportait J. Kessel)… – mais un anticléricalisme latent a perduré.

  5. Oui enfin… L’on sait tout de même au Salon Beige que l’on peut être authentiquemen catholique sans être un admirateur de Jean-Paul II…
    Par ailleurs, si les catholiques s’unissaient pour se battre pour l’essentiel, sans doute l’accessoire leur serait-il moins souvent refusé…

  6. Non, il faut comme à Paris, proposer une place David Ben Gourion. Le maire monsieur Cohen sera ravit.
    Cependant, christine (2 juin 2010 17:25:14) a selon moi raison. Défendre l’essentiel, et le reste suivra.

  7. Le commentaire de Christine est remarquable. Ou comment parvenir à rédiger quatre lignes dont les deux premières contredisent les deux dernières.

  8. A Christine,
    Oui, on peut être catholique sans pour autant admirer Jean-Paul II (qui a néanmoins été un homme exceptionnel, remarquable et admirable à mes yeux).
    Cependant, on ne peut pas se dire Catholique et déblatérer sur le Pape (tant Benoît XVI que Jean-Paul II, Paul VI ou Jean XXIII), comme se plaisent si souvent à le faire les goliards, certains tradis ED, les lefebvristes et les sédévacantistes.
    On doit TOUJOURS obéir au Pape et TOUJOURS le respecter filialement. C’est le B.A.ba pour un Catholique digne de ce nom. Saint Pie X avait rédigé un très beau discours à ce sujet et l’avait adressé aux prêtres de l’Union Aspotolique en 1912 [ http://www.gloria.tv/?media=19807&postings ]. Quelle que soit leur science, la sainteté de ceux qui contestent l’autorité du Pape leur fait défaut…
    =========================================
    « Comment doit-on aimer le Pape ? Non pas en parole seulement, mais par des actes, et avec sincérité. Quand on aime le Pape, on ne s’arrête pas à discuter ce qu’il conseille ou exige, à chercher jusqu’où va le devoir rigoureux de l’obéissance, et à marquer la limite de cette obligation. Quand on aime le Pape, on n’objecte pas qu’il n’a pas parlé assez clairement, comme s’il était obligé de redire à l’oreille de chacun sa volonté clairement exprimée tant de fois, non seulement de vive voix, mais par des lettres et autres documents publics ; on ne met pas en doute ses ordres, sous le facile prétexte de qui ne veut pas obéir, qu’ils n’émanent pas directement de lui, mais de son entourage ; on ne limite pas le champ où il peut et doit exercer son autorité ; on n’oppose pas à l’autorité du Pape celle d’autres personnes si doctes soient-elles, qui diffèrent de l’avis du Pape. D’ailleurs, quelle que soit leur science, la sainteté leur fait défaut, car il ne saurait y avoir de sainteté là où il y a dissentiment avec le Pape. »
    Saint Pie X, discours aux prêtres de l’Union Apostolique, 2 décembre 1912

  9. Merci Xtophe.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]