Bannière Salon Beige

Partager cet article

Homosexualité : revendication du lobby gay

Pas de liberté de conscience = aligner la France sur les pays totalitaires

Communiqué de
l'Association Catholique des Infirmières et Médecins :

"L'Association Catholique des Infirmières et Médecins
s'étonne que de grands démocrates s'offusquent de la déclaration du président
Hollande à propos de la liberté de conscience ; de plus ils contestent aux
catholiques le droit de s'exprimer sur le projet de mariage des homosexuels.
Faut-il rappeler l'article suivant de la Déclaration Universelle des Droits de
l'Homme l'article suivant ?

Article 18 : « Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de
religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction
ainsi que la liberté de manifester
sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu'en privé,
par l'enseignement, les pratiques, le culte et l'accomplissement des
rites. »

Refuser ce principe élémentaire
correspond tout simplement à aligner notre pays sur la politique des
gouvernements totalitaires. A Monsieur le Président et aux députés de choisir."

Partager cet article

7 commentaires

  1. C’est l’évidence même. Je suis très heureux de voir que l’ACIM invoque la Déclaration universelle des droits de l’homme.

  2. La constitution de l’ex-U.R.S.S. incluait bien une série de droits civiques et politiques, dont la liberté d’expression, la liberté de la presse, la liberté de réunion et la liberté de culte. On a vu le résultat : la dictature du prolétariat.
    C’est probablement ce qui nous attend avec une variante : ce sera la dictature de l’oligarchie mondialiste.

  3. Qu’on m’éclaire mais lorsque je lis cet article, grammaticalement la liberté de manifester se rapporte ici uniquement au culte, à son exercice. Pas à manifester notre opinion dans la rue en tant que chrétiens.
    De plus la manif de samedi dernier où participaient les évêque s’est auto-censurée de tout argument religieux au nom d’un “front commun”.
    Encore une retombée de l’esprit de la collégialité. Une seule tête !
    La DDHC n’a d’ailleurs pas été signée par l’Eglise : s’en réclamer nous met déjà en porte à faux.

  4. Merci ! Je vais relayer!

  5. Voici ce que dit Jean XXIII dans Pacem in terris :
    « 143 – Un des actes les plus importants accomplis par l’O. N. U. a été la Déclaration universelle des droits de l’homme, approuvée le 10 décembre 1948 par l’Assemblée générale des Nations Unies. Son préambule proclame comme objectif commun à promouvoir par tous les peuples et toutes les nations la reconnaissance et le respect effectifs de tous les droits et libertés énumérés dans la Déclaration. »
    http://www.vatican.va/holy_father/john_xxiii/encyclicals/documents/hf_j-xxiii_enc_11041963_pacem_fr.html
    Il faudrait relire attentivement :
    « ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu’en privé »
    Sa conviction, ce n’est pas sa conviction mais seulement religieuse. Il ne faut pas distinguer là où la loi ne distingue pas.

  6. Pour mémoire le socialisme est un totalitarisme.« C’est nous qui rappelons à tous et à chacun que n’est vraiment et pleinement humain que ce qui est chrétien, et que ce qui est antichrétien est inhumain. » PIE XI, discours du 24 décembre 1938.

  7. De toute façon même juridiquement, c’était stupide de parler de liberté de conscience. Il y a une loi et le maire doit obéir; il n’a pas le choix sinon il est destitué. La liberté de conscience aurait été, à coup sur, refusée par le conseil constitutionnel car incompatible avec la fonction de maire !!

Publier une réponse