Bannière Salon Beige

Partager cet article

Sciences

Pas de consensus sur le réchauffement climatique anthropogénique

Le Conservateur énumère quelques initiatives qui montrent que le consensus autour du réchauffement climatique anthropogénique est une fadaise (pour rappel, notre post):

  • L’ "Oregon Petition", abritée par l’Oregon Institue of Science and Medicine, réunit désormais plus de 31 000 scientifiques signataires, dont 9000 détenteurs de PhD (doctorat). Son message est simple et modéré :

    "Il n’existe pas de preuve scientifique convaincante que les émissions humaines de CO2, de méthane et autres gaz à effet de serre entrainent ou entraineront dans un futur prévisible, un réchauffement catastrophique ("catastrophic heating") de l’atmosphère terrestre et le dérèglement ("disruption") du climat terrestre ".

  • la Déclaration de Manhattan (Manhattan Declaration on Climate Change) réunissant plus de 500 experts éminents, parmi lesquels des scientifiques et des économistes. Le professeur Tim Patterson y souligne que les gouvernements occidentaux dépensent des milliards sur le CO2 au lieu de se concentrer sur les problèmes environnementaux dont l’effet néfaste sur la santé publique est tout à fait établi.
  • Le Sénat des Etats-Unis a publié un rapport remettant en cause la théorie de l’origine humaine du réchauffement climatique. Parmi les 400 scientifiques qui ont rédigé ce rapport, la plupart étaient cités dans le fameux et médiatique rapport de l’ONU sur le changement climatique. Ces scientifiques ont exprimé leur désapprobation des méthodes du GIEC, qui aurait constitué une liste sans l’autorisation des participants, mêlant par dessus le marché scientifiques et non scientifiques. Un chercheur à même été réduit à menacer d’une action en justice l’ONU pour obtenir que son nom soit retiré de la liste du "consensus scientifique".
  • Il y a aussi les scientifiques, qui estiment que le réchauffement climatique moyen constaté depuis 100 ans n’est pas nécessairement d’origine humaine, et ne justifie pas un tel catastrophisme.

Michel Janva

Partager cet article

5 commentaires

  1. voilà qui va plaire a un autre blog kto

  2. Le remarquable travail “du Sénat des Etats-Unis” est en fait celui de deux attachés parlementaires.
    http://epw.senate.gov/public/index.cfm?FuseAction=Minority.Blogs&ContentRecord_id=f80a6386-802a-23ad-40c8-3c63dc2d02cb

  3. Si, si c’est bien de notre faute et c’est terrible. La preuve : le réchauffement est même mesurable jusque dans satellites de Jupiter (authentique)!!
    Pour faire l’unité d’une nation, les hommes ont souvent stigmatisé le péril représenté par un pays voisin. Pour faire l’unité “babellienne” du monde entier on doit donc cultiver un péril d’échelle supérieure, c’est-à-dire planétaire. C.Q.F.D.

  4. @ Exupéry : Oui, mais ce n’est pas l’unité du monde qui est le but du GIEC, c’est la gouvernance mondiale qu’ils espèrent établir par ce mensonge éhonté (et accessoirement faire de fructueuses affaires : (voir monsieur Al Gore, président d’une société de courtage des droits à terme de polluer)

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]