« Paradise papers » : la délation organisée

De Guillaume de Thieulloy dans Les 4 Vérités :

Images-9"[…] Cette fois, ce ne sont pas moins de 13,5 millions de documents confidentiels, pour la plupart volés au cabinet d’avocats Appleby, qui ont été disséqués par le même « Consortium international pour le journalisme d’investigation» qui avait planché sur les « Panama papers ».

Disons-le tout net: ce sont des méthodes de voyous. D’autant que les documents d’avocats sont, en principe, protégés par les législations occidentales. Que des journalistes s’offrent une justice parallèle ne me semble pas du tout la sacro-sainte garantie de la démocratie que l’on entend systématiquement associer au fameux journalisme d’investigation, mais bien un grave dévoiement des principes du droit.

Au demeurant, ce fameux journalisme d’investigation me fascine. Il a une déconcertante facilité à accepter les documents que toutes sortes de barbouzes lui font passer pour désigner à la vindicte publique des concurrents ou des ennemis.

En contrepartie, il a une remarquable capacité à ne pas « voir » les vices des puissants – ou, plus exactement, à ne les exposer que dans la réconfortante unanimité des meutes de loups. C’est ainsi que le comportement de violeurs de certains politiciens ou personnalités en vue – que, paraît-il, « tout le monde connaissait » – a été complaisamment occulté pendant des décennies, avant d’être – pour servir quels intérêts? – subitement jeté en pâture à l’opinion publique.

Non, décidément, je n’arrive pas à voir du courage dans ce comportement de délateurs en meute!"

Commentaires (2)

Non, décidément, je n’arrive pas à voir du courage dans ce comportement de délateurs en meute!"

Moi non plus. Merci à GdT d'avoir osé le dire.

Rédigé par : clovis | 9 nov 2017 10:04:30
____________________________________

Le problème de la dénonciation par les "journalistes d'investigation" des déviances sexuelles, pédophiles ou autres du même acabit est l’appartenance d'acteurs des mondes politiques, médiatiques, culturels, judiciaires etc.: ils se tiennent tous "par la barbichette". Et là, cela devient très dangereux pour le trublion qui désirerait faire un scoop… voir par exemple l'affaire du juge Roche à Toulouse (taper "affaire juge Roche" dans la barre de recherche). Il est plus facile de jeter à la vindicte publique des noms sur des sujets de nature financière sans entrer dans le détail. Il suffit de les associer au terme "paradis fiscal", même si les placements / montages qui y sont domiciliés sont tout a fait clairs, légaux, déclarés…

Rédigé par : unserehreheistreue | 9 nov 2017 10:14:42
____________________________________

Laisser un commentaire