Bonne nouvelle de Tchéquie

Yfksca9b58cyca51u6y7cafi5miqca8qx_2Selon l’AFP, le président tchèque Vaclav Klaus exclut de hisser le drapeau bleu étoilé de l’UE en permanence au Château de Prague, son siège officiel, durant la présidence tchèque de l’UE au premier semestre 2009. Son porte- parole, Radim Ochvat, a déclaré que "la présidence tchèque n’a pas l’intention de hisser ce drapeau au Château pendant que le pays assurera la présidence tournante de l’Union européenne".

Vaclav Klaus avait déjà refusé de hisser le drapeau européen au Château de Prague le jour de l’adhésion de la République tchèque à l’UE, le 1er mai 2004, en faisant valoir que son pays "n’était pas une province de l’UE".

Zhwzcaod6ollca2pdgxxca33oy2jcadg4_3 Bien que nos drapeaux nationaux aient les mêmes couleurs, quel contraste avec la France ! Nicolas Sarkozy aura marqué l’année 2008 et notamment la présidence française par le déni de démocratie (adoption du traité de Lisbonne), le mépris des peuples (référendum irlandais) et la disparition progressive des symboles nationaux (défilé du 14 juillet). Il y a des jours où l’on se sentirait presque tchèque…

Philippe Carhon

4 réflexions au sujet de « Bonne nouvelle de Tchéquie »

  1. Olivier M

    Toutes nos félicitations au Président tchèque pour son courage.
    Si la république tchèque reste fortement atlantiste (elle a accepté d’entrainer la nouvelle armée du Kosovo “indépendant” musulman), au contraire de sa courageuse voisine, la Slovakie, le président tchèque a encore son mot à dire, souvent à contre-courant de son gouvernement.
    Dieu garde donc longtemps ce Président à la Tchéquie.

  2. Xtophe

    La droite est divisée entre libéraux et conservateurs. Les premiers se réclament de Sarközy, alors que les seconds se rattachent à De Gaulle (ne parlons pas de ce vieux Rad-Soc de Chirac).
    J’ai souvenir d’avoir lu une interview de Pierre Messmer (ancien Premier Ministre de Pompidou) dans le journal “La Une” en 1998. Déjà à l’époque, Messmer était désespéré en voyant Chirac prononcer ses allocutions officielles en présence des drapeaux français et européen (drapeau européen que Messmer n’avait pas hésité à qualifier de torche-c**).
    Il y a, ça et là, encore des patriotes qui sentent que l’Union Européenne est une menace pour l’identité et l’indépendance des peuples et des nations. Vaclav Klaus est lucide !

  3. riri

    Que le président français arbore l’emblème européen aux côtés du pavillon national quand il s’exprime en qualité de président européen (titre d’ailleurs fictif), passe encore , après tout, tout le monde n’a pas la forte personnalité du président tchèque. Mais l’emblème européen n’a rien à faire dans nos affaires nationales et sa place n’était cerainement pas sur la photo officielle du président de la république française.

  4. Goéland

    L’opinion de M. Messmer me paraît pour le moins insultante.
    Le drapeau européen n’est pas seulement le drapeau de l’Union Européenne, mais celui de toute l’Europe. Il a été adopté auparavant par le Conseil de l’Europe, sur proposition entre autres de Robert Schumann.
    On y retrouve une symbolique mariale assez évidente : « Un signe grandiose est apparu dans le ciel, une femme revêtue du soleil, la lune sous ses pieds, et sur sa tête une couronne de 12 étoiles. » (Apocalypse XII, 1)
    Arsène Heitz, le dessinateur du drapeau, revendiqua plus tard le drapeau comme étant effectivement une allusion à la Vierge Marie, même si ce sens n’avait pas été évoqué ouvertement avant l’adoption du projet. Par coïncidence, l’adoption eut lieu un 8 décembre, jour de la Fête de l’Immaculée Conception.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Drapeau_europ%C3%A9en#Symbolique_mariale
    Il me paraît donc sain et saint de faire flotter le Drapeau de la Vierge Marie sur toute l’Europe, quelle que soit notre opinion sur les bureaucrates de Bruxelles ou d’ailleurs…

Laisser un commentaire