Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : L'Eglise en France

Où est passée notre faim ?

Où est passée notre faim ?

De Stéphanie Bignon :

« L’Eucharistie est le pain qui cherche la faim », Saint Augustin.

La peur du Covid19, la peur du gendarme, seraient-elles des causes suffisantes pour rendre notre faim supportable, pour nous faire perdre de vue le Vrai Sauveur ?

Quoi que puisse être ce virus (vrai, faux, artificiel, …), il ne peut objectivement pas justifier le dérèglement mortel de nos vies matérielles et encore moins de nos vies spirituelles. Toutes les interdictions concernant les sacrements ont été librement consenties voir anticipées… nous ne sommes pas des martyrs mais des incroyants lamentables. Dans ces conditions, nous ne méritons plus la Sainte Eucharistie.

Demander à qui que ce soit de nous rendre ce qui n’appartient à personne qu’à Dieu est le signe d’un grand dérèglement. Tout ce que nous vivons a été rendu possible grâce à notre manque de discernement, notre crédulité et notre manque de foi.
Si nous reprenions conscience que la force réside dans la Foi, que « le Seigneur est notre berger et que rien ne saurait nous manquer », que la seule chose que nous devons craindre est d’offenser Dieu, nous nous lèverions. Faire la queue devant une boulangerie pour le pain quotidien nous semble normal et vital… alors !?

Nos églises ouvertes ou fermées, sont les écrins du Saint sacrement, de reliques de nos Saints, de nos plus beaux et douloureux souvenirs … Elles sont comme des poules au long coup et aux larges ailes pour abriter leurs petits. Retrouvons les pour implorer le Ciel et redevenir dignes de la Sainte Eucharistie. Prions ensemble devant les portes closes ou devant les tabernacles.

La liberté de demander l’aide de Dieu pour nos frères et nous-mêmes n’est pas un droit mais le DEVOIR du chrétien !

Le 8, le 10, le 21, le 31 mai et tous les dimanches retrouvons nos églises, retrouvons-nous pour l’amour de Dieu !

Partager cet article

1 commentaire

  1. Je sais que je me répète, c’est le privilège de l’âge de radoter.

    Il ne faut pas reprocher aux évêques d’avoir pris des précautions dès le 17 mars 2020.
    1°) L’opinion publique aurait accusé “la religion” de propager le virus, comme cela a été le cas en corée ou en Alsace avec des cultes de plusieurs milliers de personnes.

    2°) Les catholiques en général, et nos prêtres en particulier, sont malheureusement une population vieillissante. donc susceptible d’être fragile devant cette maladie. Nous sommes de moins en moins nombreux; Pas la peine d’accélérer dans ce sens.

    3°) On pouvait espérer que des moyens efficaces seraient mis en œuvre pour lutter contre la maladie. Cela aurait permis de reprendre nos messes rapidement. On sait ce qu’il en est advenu.

    Mais maintenant que l’anti-christianisme de ce gouvernement meurtrier est avéré, et cohérent avec sa culture de mort, la révolte devient légitime.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services