Bannière Salon Beige

Partager cet article

Pays : Turquie

OTAN : le chantage de la Turquie paie

T En négociant avec succès son ralliement à la nomination du Danois Anders Fogh Rasmussen au poste de secrétaire général de l'Alliance atlantique, la diplomatie turque a fait mieux qu'obtenir d'importantes compensations : elle a renforcé la stature et l'influence de la Turquie. Barack Obama a réaffirmé son souhait de voir la Turquie intégrer l'UE, malgré l'opposition de façade de Nicolas Sarkozy, qui n'a jamais mis son veto à l'ouverture de nouveaux chapitres de négociations d'adhésion et qui, en outre, a supprimé l'obligation de référendum pour l'adhésion d'un nouveau pays à l'UE.

La Turquie devrait obtenir l'un des six postes de secrétaire général adjoint de l'OTAN, actuellement détenus par les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la France, l'Allemagne, la République tchèque et le Canada, ainsi que deux hauts postes civils, dont celui d'envoyé spécial de l'OTAN en Afghanistan. Ankara devrait rejoindre le groupe des experts de l'Agence européenne de défense, sous réserve de l'accord formel de celle-ci. Les généraux turcs pourraient également obtenir deux ou trois postes supplémentaires au sein de la structure militaire intégrée de l'Alliance.

M. Rasmussen se serait engagé à obtenir la fermeture de la chaîne de télévision kurde Roj TV qui émet au Danemark. Enfin, pour tenter de faire changer d'avis M. Erdogan, qui avait "douté de ses capacités à contribuer à la paix mondiale", M. Rasmussen s'est exprimé, lundi à Istanbul, afin de "tendre la main au monde musulman".

Michel Janva

Partager cet article

6 commentaires

  1. Souverainistes en peau de lapin
    Pour beaucoup de députés, il est facile d’aboyer mais plus difficile de mordre.
    Voici les noms de quelques députés que l’on connaît prompts à défendre l’indépendance de la France mais qui n’ont pas hésité à voter pour le retour de la France dans l’OTAN (http://www.assemblee-nationale.fr/13/scrutins/jo0359.asp)
    Ils auraient pu au moins s’abstenir !
    MM. Lionnel Luca, Hervé Mariton ou encore Jacques Myard seront désormais bien peu crédibles…

  2. @ Déçu de l’UMP
    Il faudrait expliquer en quoi le fait de réintégrer le commandement intégré de l’OTAN, alors que nous avions repris depuis longtemps notre coopération militaire avec cette alliance, est une perte de souveraineté.
    A force de répéter en boucle que la France seule et sans budget militaire est capable d’assumer sa défense, on finit par s’en persuader collectivement. Mais ce n’est pas nécessairement vrai.
    Ce qui manque à la société française, outre les budgets militaires, c’est une volonté et un esprit de défense, et aussi une pensée stratégique claire.
    Qui est l’ennemi potentiel premier, quels sont les ennemis ou adversaires secondaires et dans quelles zones ? L’OTAN suit les Américains, mais ses adversaires ont-ils une stratégie de rechange ?
    Les blogs s’opposent à l’OTAN, y compris celui de MERCHET, mais aucune alternative claire et cohérente n’en sort vraiment.
    C’est peu-être là le problème.

  3. les jeux sont faits
    les dés étaient pipés

  4. @ Pascal:
    la “réintégration” dans l’OTAN n’est pas un fait militaire: nous fournissions déjà 14% du budget de l’OTAN, participions à 80% de ses interventions dans le monde et sommes déjà à foison dans les états-majors otanesques (SHAPE à MONS notamment).
    En revanche, le fait est politique et la perte majeure de souveraineté en l’occurence est politique.
    En effet, prenant désormais quelques commandements significatifs supplémentaires au sein de l’OTAN, comme celui de la doctrine et des écoles à Norfolk (sans grande valeur stratégique), nous ne pourrons plus tourner le dos aux décisions US engageant l’OTAN n’importe où, nous serons tenus de participer.
    Quoiqu’on en dise.
    Sans parler qu’avec la perte massive actuelle de nos moyens et d’effectifs, nos armées se rangent d’ores et déjà en ordre de bataille (perdue) pour devenir les nouveaux harkis du mondialisme américain.
    Fac à la 2ème armée de l’OTAN, l’armée turque forte de 700 000 h, nous ne faisons même plus le poids depuis longtemps.

  5. @ Olivier M.
    Avions-nous vraiment quitté l’OTAN et n’y étions-nous pas encore ?
    Certes les USA profitent de la faiblesse des Européens, qu’ils ont privés de leur approvisonnement en énergie depuis la décolonisation qu’ils avaient largement souhaitée et favorisée. Nous sommes dépendants du bouclier américain sur ce plan : nous avons bradé le Sahara pétrolier et gazier au FLN. Et abandonné tout effort conséquent pour le financement de notre défense : aussi avons-nous encore qq possibilité d’indépendance réelle ?
    Quelle est la solution alternative globale ? Je ne parviens pas à trouver une analyse claire, y compris dans les milieux militaires à part des considérations techniques sur la guerre en Afghanistan. On a le sentiment que ces gémissements sur l’intendance masquent l’essentiel.

  6. @Pascal G : La force de frappe nucléaire française ‘tout azimut’ nous met à l’abri de bien des adversaires, le pacte de Varsovie ayant été dissout, l’OTAN n’a plus de raison d’être ; quant à l’ennemi intérieur, la fameuse cinquième colonne, ce devrait être notre affaire personnelle.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]