Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

“Oserez-vous prétendre sérieusement que le broyage vivant des foetus n’est pas de la maltraitance ?”

“Oserez-vous prétendre sérieusement que le broyage vivant des foetus n’est pas de la maltraitance ?”

Le député LFI Bastien Lachaud est légitimement scandalisé par le broyage de poussins vivants :

Nous aussi. Ainsi que le broyage de foetus humains vivants.

Partager cet article

5 commentaires

  1. Ce sont les mêmes qui s’émouvaient d’avortements de vaches il y a quelques années et qui trouvent normal le meurtres de 232000 enfants à naître en 2019. Le plus grand génocide de l’histoire de l’Humanité les réjouit.

  2. Le broyage des poussins mâles n’est pas de la maltraitance. Il faut une fraction de seconde pour que le poussin devienne broyat. C’est surtout de la maltraitance pour les esprits trop sensibles qui voient là une horreur de traitement alors qu’il n’y a de souffrance que dans l’imagination du spectateur. Je vois de la souffrance dans le bébé coupé en morceau dans le ventre de sa mère que le chirurgien avorte. Je voir de la souffrance et de l’horreur chez ce bébé avorté né vivant et viable qu’il faut étrangler pour l’achever, je vois de l’horreur dans l’avortement humain accepté 200 000 fois par an en France, et en contre partie la crise de conscience grave, pour des poussins mâles qu’il faut éliminer, le broyage instantané étant choisi comme moyen indolore, alors que l’on castre à vif de jeunes coqs pour en déguster les chairs améliorées pour nos fêtes religieuses. J’ai vu le traitement des porcelets castrés et même de vieux véras de réforme, et je pense alors à ces jeunes garçons qui subissaient à vif la même opération, pour que les survivants de cette barbarie gardent une voix de soprano.
    Et toute les brutalités que subissent les animaux d’élevage au cours de leur vie et au moment de leur abattage par des personnels trop souvent brutes et devenus insensibles à la souffrance des bêtes. Il y a un problème de formation et de recyclage de sensibilisation de ces personnels, qu’ils sachent et prennent conscience de l’angoisse des animaux au moment de l’abattage et de leur souffrance.
    Les poussins au moment où ils sont entrainés vers cette machine ne se rendent pas compte, et ne connaissent pas l’angoisse, quant à la mort par broyage, vraiment une fraction de seconde, ce n’est pas de la cruauté.
    Il faut respecter les animaux dont nous nous nourrissons, il faut les respecter jusqu’au bout.

  3. Aussi, la souffrance de la mère qui est avortée, toujours sous pression de l’entourage.
    Et la souffrance du père, dont il peut prendre conscience trente ans après…

    • Reste ces poussins qui ne souffriront pas dans leur vortex infernal, mais la chose semble tellement barbare, qu’il faut oublier tout les drames de la vie…. Réflechissez un peu !

  4. Un foetus est un ÊTRE HUMAIN et non pas un amas de cellules comme beaucoup le prétendent pour se dédouaner s’il se peut de ce qu’est la réalité. La maltraitance animale est un scandale certes dans toutes ces formes… mais le broyage que dis-je le découpage d’un enfant est coupable et est un crime aux yeux de Dieu. Nous devons respecter toutes les formes de vie quelle qu’elles soient parce que c’est Dieu qu’Il l’a créée. Dieu a créé l’Univers dans toute sa diversité et nous devons, au moins en tant que chrétien, le respecter.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]