Bannière Salon Beige

Partager cet article

Europe : politique

Organiser un référendum, c’est trahir Bruxelles

C'est ce qu'a déclaré Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, qui se sent "personnellement trahi" :

"L'élan du compromis a été brisé par l'annonce du référendum. Les égoïsmes ont pris le dessus. Jouer une démocratie contre 18 autres n'est pas digne de la Grèce"

Partager cet article

18 commentaires

  1. eh bien ! Organisons ce referendum dans toute l’Europe (ou tout du moins la zone euro) !!!

  2. Oh le salopard ! Quel culot ! Le déni de démocratie de l’UE est quelque-chose de phénoménal ! C’est gens sont des escrocs, des menteurs, des tyrans de la plus basse espèce ! mais « quos vult perdere Jupiter dementat ! Allez les Grecs, mettez-leur la tête sous l’eau, confondez-les, quittez l’euro et l’ue avec perte et fracas, faites exploser ce repère de bandits, montrez l’exemple aux autres peuples européens pour qu’ils se lèvent en masse contre ce monstre inféodé aux puissances d’argent et au satan yankee !

  3. Jean Claude Juncker, dont ont connait le parcours politique au Luxembourg, dont on connait les affaires, nous faire le coup du Caliméro en déclarant qu’il a été trahi à l’annonce d’un referendum démocratique en Grèce, c’est osé.
    Je sais, cet homme ose tout, c’est à ça qu’on le reconnait.
    En tant qu’européen, je me sens trahi tous les jours par Jean-Claude Junker, qui est tout sauf un démocrate, tout sauf un homme adepte du bien commun, tout sauf un homme d’état.
    Pathétique le pépère.

  4. Référendum en Grèce : une belle leçon de démocratie à la Caste européiste !
    Communiqué du Front National
    Le Front National salue le référendum qu’organisera le gouvernement grec le 5 juillet sur le nouveau plan de renflouement voulu par l’UE et le FMI en échange de mesures d’austérité supplémentaires.
    Ce référendum rappelle à la Caste européiste qu’en démocratie les peuples existent, et qu’ils devraient être les seuls souverains. Il rappelle au président de la Commission européenne M.Juncker que contrairement à ce qu’il affirme, il peut y avoir des choix démocratiques contre les Traités.
    Ce référendum est celui que Nicolas Sarkozy et Angela Merkel avaient honteusement fait annuler à la fin de l’année 2011 : c’est une belle revanche de l’histoire, mais que de temps et d’argent perdus en quatre ans !
    Le peuple grec devra choisir entre la liberté, la possibilité du redressement ou l’aggravation de l’austérité par la soumission à l’Union Européenne. Il est plus que temps de faire le premier choix, pour entraver la course folle de l’austérité et de l’euro, et pour stopper les inutiles et très coûteux plans de renflouement directement puisés dans la poche des contribuables français à coups de milliards d’euros.
    Un jour viendra, très proche, où le peuple français lui aussi se prononcera par référendum sur son avenir, sa souveraineté, sa prospérité et sa liberté. Ce référendum ne sera pas organisé par les dirigeants de l’RPS mais par des patriotes attachés à la démocratie et au pouvoir du peuple.

  5. Rappel au fuhrer junker, la Grece étant à l’origine de la démocratie, elle a tout simplement décidée de la mettre en application chez elle, et que la décision soit bonne ou mauvaise c’est le choix de la majorité.
    Bruxelles a tout bêtement oublié le fonctionnement de la démocratie, mais cette administration est excusable, depuis quand ne la pratique t’elle plus ?

  6. Nous devons tous nous sentir solidaires de la Grèce, de ce souffle de liberté qui apparaît enfin sur le continent européen. J’espère que les Grecs pourront retrouver leur souveraineté et reprendre en main leur destin, eux dont les lointains ancêtres inventèrent la démocratie et imaginèrent l’Europe, la vraie, celle qui dépasse les rêves et se clame en poèmes.
    Jean-Claude Juncker qui mène la barque de cette dictature qui ne dit pas son nom, déteste tout ce qui peut ressembler à un vote, à un référendum, à un pays ou à un peuple. Il propose la soumission ou la ruine, la peste ou le choléra.
    Nous, européens et patriotes, nous, peuples d’Europe, nous ne devons pas lâcher les grecs et les aider (même par de petits dons) car là aussi sont nos racines. De leur côté, ils devront faire les efforts nécessaires en sachant que ce sera dur mais pas plus que s’ils restaient dans l’UE, le bonheur d’être libres en plus.

  7. Bruxelles se moque de nous publiquement:
    https://www.youtube.com/watch?v=1fASN9oYGdw
    qui a mis ce guignol néfaste à cette place ? Pourquoi tous ces chefs d’état continuent ce jeu ?

  8. Il faut un drôle d’aplomb pour nous jouer la partition de la trahison ! Un type qui n’a jamais rien fait d’autre que trahir lui-même !! On aura vraiment tout lu et tout entendu ces temps -ci ! Allez la Grèce , donnez l’exemple à toute l’Europe , dites NON , NON , et encore NON !!

  9. La déclaration de Juncker est un aveu! Un magistrat d’un état démocratique doit disposer de la confiance de ses électeurs/citoyens. C’est à lui de ne pas les trahir. Et s’il n’a pas cette confiance il doit partir. Juncker part d’une autre idée de la société. Hitler, par exemple obligeait chaque soldat de la Wehrmacht et membre du parti au dépôt d’un serment de fidélité vis à vis de son auguste personne. Et en cas de rupture du serment l’intéréssé était passible de la peine de mort. De même les Allemands devaient saluer « Heil Hitler ».
    En accusant les Grecs de trahison vis à vis de sa personne, Juncker laisse tomber le masque d’un dictateur européen!

  10. Vive les hommes politiques qui ont le courage de soi-disant « trahir Bruxelles » pour respecter la volonté de leur peuple. Honneur à eux !
    Honte à Sarkozy qui revient – poussé et financé par l’oligarchie mondialiste – briguer les suffrages de ceux qu’il a trahis, de ceux sur lesquels il a craché, de ceux qu’il méprise superbement : les français.

  11. cet homme est la suffisance personnalisée ,ses amis nous l’ imposent à la tête de la commission et il se permet de parler de morale!
    les français ont voté non à cette Europe et par un tout de passe ils l’ont imposé; ils récoltent ce qu’ils ont semé

  12. Qui règne par le mensonge ser abattu par le mensonge.

  13. Parce que vous faites confiance a ce marxo-leniniste de Tsipras? …… j aime beaucoup le commentaire de Socrate!

  14. Juncker va se retrouver seul en pleurnichant dans son « Führer Bunker » « européen »: on sait comment a fini son occupant…
    Dehors le trafiquant !

  15. « L’élan de l’union a été brisé par la déclaration de Jean-Claude Juncker. Les intérêts supranationaux ont pris le dessus. Jouer 18 démocraties contre une seule n’est pas digne de l’Europe »

  16. Petit rappel des gros mensonges des « grands économistes » :
    David Naudé, économiste senior à la Deutsche Bank, en janvier 2008 : « Aux Etats-Unis, l’embellie arrivera certainement mi-2008. En Europe la reprise prendra sans doute quelques mois de plus. En tout cas, il n’y aura pas de krach cette année ! »
    Toujours janvier 2008, Jean-Claude Trichet claironne qu’ »au niveau mondial, nous avons la confirmation que la croissance continue à un rythme plutôt robuste, même s’il y a un léger ralentissement ».
    Le 25 janvier 2008, la Tribune titre en dix colonnes à la Une : « Les stratèges actions privilégient pour 2008 un scénario plutôt optimiste »
    En mars 2008, l’agence de notation Standard & Poors attribue la note A+ (Notation supérieure) à Lehman Brothers… 6 mois avant sa faillite.
    En mai 2008, la banque Goldman sachs annonce un baril de brut à 200 $ « dans un délai de 6 mois à 2 ans ». Six mois plus tard (le 2 octobre 2008), les prévisions étaient révisées à 45$.
    Mai 2008, Dominique Strauss-Kahn, directeur du FMI : « Les pires nouvelles sont derrière nous ».
    Le 13 septembre 2008, le Journal des Finances titre en Une : « CAC 40, le pire est passé ». Deux jours après, le CAC entamait sa descente aux enfers.
    Septembre 2008. Jean-Paul Servais, le président de la Commission bancaire belge, déclare que les banques belges n’ont « aucun problème de solvabilité, ni de liquidité ». Et le ministre Reynders va jusqu’à comparer le risque de faillite d’une banque belge à « celui que le ciel nous tombe sur la tête ». Moins d’une semaine après, ce dernier passait quelques nuits blanches à négocier le sauvetage des mastodontes bancaires Fortis et Dexia.
    Septembre 2008, dans le magazine Capital, l’économiste Daniel Cohen, porte la bonne parole : « Nous allons en effet vivre une année horrible, jusqu’à mi 2009 la croissance sera nulle ou quasi nulle […] La bonne nouvelle c’est que cela ne durera pas plus longtemps ».
    Selon Alain Minc, en octobre 2008, « La crise est grotesquement psychologique ».
    Christine Lagarde en octobre de la même année : « Je pense qu’on a le gros de la crise derrière nous ».
    Pour Jacques Marseille, « la crise est bel et bien là, mais elle devrait se terminer d’ici… la fin mai 2009. »
    Alain Minc ajoute : » En France, la crise ne concerne que 300 000 personnes dramatiquement mal protégées… Pour les autres, il n’y aura pas de crise ».

  17. l’union européenne n’a jamais été compatible avec la démocratie, depuis belle lurette, il faudrait vous reveiller
    ce sont les usa qui imposent les cartes

  18. Juncker trahi ? C’est l’arroseur arrosé !

Publier une réponse