Bannière Salon Beige

Partager cet article

Histoire du christianisme

Orange : un mémorial pour les victimes de la Terreur

Orange : un mémorial pour les victimes de la Terreur

Un mémorial en l’honneur des 332 victimes de la Terreur révolutionnaire à Orange, parmi lesquelles 36 prêtres et religieux, et 32 religieuses béatifiées par le pape Pie XI en 1925, sera inauguré le 6 juillet 2019 devant le théâtre municipal où se dressait la guillotine.

Il est l’œuvre du sculpteur Boris Lejeune, déjà connu pour ses réalisations de sainte Jeanne d’Arc.

À certains moments de l’histoire, on dirait que le mal triomphe en toute impunité. C’est le cas de la Terreur, dans les années 90 du dix-huitième siècle.

Ces forces de l’ombre auxquelles seule la lumière, une lumière particulière de l’âme, pouvait s’opposer.

Le relief qui se trouve sur le piédestal, au niveau des yeux du spectateur, représente cette scène malheureusement banale à cette époque : la victime est étendue sous la lame de la guillotine, deux bourreaux, artisans appliqués de la mort, ce sont les dernières minutes d’un homme jugé coupable. Sur les feuilles de métal disposées de l’autre côté du piédestal sont gravés les centaines de noms des personnes exécutées à l’endroit même où doit être érigée ce monument.

En levant les yeux, le spectateur verra un groupe sculptural qui figure justement la transformation de l’ombre en lumière du triomphe. J’ai représenté le moment de l’apothéose, l’instrument froid de la mort, la guillotine, se transforme en portail, l’entrée du ciel au dessus duquel un ange tenant une palme à la main, symbole du martyre, accueille les moniales dont l’exploit est éternel.

Sous le relief, un extrait du poème d’une des moniales, dans lequel elle triomphe sur la guillotine, la vie éternelle sur la mort, est gravé sur une feuille de métal.

“Qui te craint, ô guillotine,
À mon avis, à grand tort;
Si tu nous fais grise mine
Tu nous conduis à bon port.
Si tu nous parais cruelle
C’est pour notre vrai bonheur:
Une couronne éternelle
Est le prix de ta rigueur.”

Boris Lejeune

Vous savez le rôle que le Salon Beige joue chaque jour dans la lutte contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme; vous connaissez notre pugnacité à combattre chaque jour contre l’avortement, l’euthanasie, le mariage pour tous, la PMA, la GPA et toutes les dérives libertaires.

Le Salon Beige ne remplace pas votre rôle dans ces combats, il les facilite, les accompagne et les stimule<;

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

3 commentaires

  1. Merci et bravo au sculpteur Boris Lejeune pour cette oeuvre belle, émouvante, lumineuse et délicate. Est-il possible de connaître la liste de toutes les victimes (nom civil et religieux), mon défunt père m’ayant souvent expliqué qu’une religieuse de notre famille avait vécu, à Orange, la même tragédie que les carmélites de compiègne mortes pour leur foi le 17 juillet 1794 et inhumées au cimetière de Picpus (Paris, lieu trop mal connu) ? Je ne connais pas le prénom de cette tante, je ne connais que son nom de famille. J’aimerais en savoir plus sur les détails de cette tragédie. Un livre relate-t-il les persécutions d’Orange ? Si mon emploi du temps professsionnel me donne la possibilité d’aller à Picpus me recueillir devant les Carmélites, à l’occasion de la fête de l’Indépendance américaine le 4 juillet, je prierai pour les martyrs d’Orange et leurs bourreaux. Merci encore à Boris Lejeune.

  2. Merci au cher ami lecteur du Salon Beige qui a pris la peine de répondre à ma question. J’ai effectivement retrouvé le nom de ma tante : Elisabeth de Consolin et ô stupeur, c’est mon deuxième prénom ! Or mon premier prénom est la bienheureuse Constance, appelée Constance de Saint-Denis dans la pièce de Bernanos. Incroyable et intimidant d’avoir pour saintes patronnes deux martyres du courage, décédées dans les mêmes conditions, pour les mêmes raisons ! Cela dit, j’ai beau admirer profondément la force de ces carmélites, j’espère mourir tranquillou dans mon lit et ne rêve pas de les imiter !!! J’en profite pour remercier Michel Janva pour ses articles passionnants et Guillaume de Tieulloy pour tout le temps donné au Salon Beige, site dont j’apprécie chaque jour la qualité de réflexion ! Alleluia ! Je vais tâcher d’en savoir plus sur cette Elisabeth. Merci encore.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services