Bannière Salon Beige

Partager cet article

Homosexualité : revendication du lobby gay

Opposition du CFCM à la dénaturation du mariage

CLe Conseil français du culte musulman (CFCM) vient de publier, sous
la responsabilité de son président, Mohammed Moussaoui, un
document officiel (pas encore accessible sur son site) qui explique les raisons de son opposition à la dénaturation du mariage.
Les musulmans français soulignent «l'unanimité de toutes les écoles juri­diques musulmanes» pour
statuer sur la «non-conformité» du mariage entre 2 personnes de même sexe
avec «les principes de la jurisprudence musulmane».

Les musulmans appellent le gouvernement à organiser un «débat serein et respectueux»
sur le sujet, car ils veulent «contribuer» à «l'évaluation des choix
pour notre modèle sociétal
». Il y va en effet de la

«transformation
profonde d'une institution millénaire qui a permis à l'humanité de
continuer à exister». «la mission du mariage ne peut pas être
réduite à la reconnaissance d'un lien amoureux».

Hors de question aussi de justifier l'adoption par des paires homosexuelles
sous prétexte qu'ils donneront «de l'amour et de l'affection» à
l'enfant, car cet enfant a «besoin» d'une «filiation réelle issue d'une
mère et d'un père
». Sans compter que l'adoption est conçue pour «alléger
la souffrance d'un enfant abandonné tout en préservant sa filiation
réelle
» et non pas pour

«satisfaire un projet ou un désir parental de
personnes adultes en créant entre eux et l'enfant une filiation
fictive».

Le texte du CFCM insiste
également sur les conséquences et dénonce
«l'amorce d'un engrenage», car rien ne pourra juridiquement arrêter la
demande de procréation médicalement assistée par ces homosexuels
en vertu du simple «principe d'égalité» face à ce droit. L'autre
conséquence :

«Pourquoi imposer aux couples hétérosexuels et à leurs enfants la
suppression des mentions (père et mère) dans leur état civil?
»

Le CFCM s'interroge sur l'opportunité de légiférer sur un
sujet qui «divise», alors que le nombre de personnes concernés est très faible.

Partager cet article

7 commentaires

  1. Le CFCM peut dire ce qu’il veut : il n’a pas de légitimité religieuse. mais bon, on ne va pas cracher dans la soupe quand les hommes de bonne volonté se joignent à la France vivante.

  2. Le culte musulman étant présent, et représenté, en France, les musulmans étant par ailleurs également tenus d’observer les lois républicaines ( ce qui ne se voit pas tous les jours!) on ne voit pas pourquoi les instances musulmanes n’auraient pas voix au chapitre. Nous ne serons jamais trop nombreux pour lutter contre cette malfaisante chienlit!

  3. On attend avec impatience la condamnation outrée du Grand-Orient !!!

  4. Meme si le CFCM n’a pas de légitimité sur le plan religieux tant pis sa voix est malgré tout une nouvelle prise de position contre la dénaturation du ,devant le danger toutes les prises de position sont utiles et connaissant le respect de nos gouvernants pour l’islam et peut étre méme la peur des réactions cette voix pése peut étre plus lourd dans le débat,la peur sera peut étre le début de la sagesse.

  5. La Croix fournit la phrase complète qui atteste d’une approche très humaniste et sensible :
    “(…) pourquoi imposer aux couples hétérosexuels et à leurs enfants la suppression des mentions (père et mère) dans leur état civil lorsqu’on sait que cette suppression aurait forcément un impact sur leurs sentiments, leur identité et leur vie quotidienne ? ”
    En effet l’idéologie de ‘La confusion des genres’ (Agathe Fourgnaud, 2001) va s’incruster dans les consciences au quotidien et alimenter ce que René Girard analysait comme le risque rivalitaire du désir mimétique.
    Ce présent caprice législatif pour passion subversive comporte des traits particulièrement pernicieux sur le plan de la santé mentale collective, et c’est probablement là une de ses finalités inavouables …

  6. Risquer de perdre ses électeurs homoïstes ou ses électeurs musulmans…le poids n’est pas le même…mais les cons ça ose tout !

  7. Qui dénoncera cette intolérable intrusion de la religion musulmane dans un débat politique qui doit être uniquement laïque ? Et qui posera la question aussi que cet islam est un retour en arrière, inquiétant, obscur et de plus dont le fonctionnement n’est pas démocratique et donc non représentatif des musulmans de France ?
    heu… qui… ?

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services