Bannière Salon Beige

Partager cet article

Institutions internationales / Pro-vie

ONU : « Il n’existe pas de droit à l’avortement et tous ceux qui défendent cette idée ont tort »

C'est ce qui a été déclaré lors d’une conférence de presse conjointe parrainée par la Mission d’observation permanente du Saint-Siège auprès des Nations Unies. C-Fam explique:

"Il est plutôt courant chez les représentants de l’ONU et les professeurs américains de droit international d’affirmer que les gouvernements étrangers ont obligation en droit international de libéraliser leurs législation sur l’IVG. […] Les activistes pro vie ont affirmé pendant des années qu’une telle déclaration est infondée. Malgré tout, les gouvernements ont commencé à écouter et à libéraliser leurs législations. […]

Les articles de San José ont été lancés aujourd’hui dans la salle de presse située au siège de l’ONU de New York. Le professeur Robert George a déclaré à la presse de l’ONU et aux observateurs que les Articles de San José ont été rédigés dans le but d’aider les représentants des gouvernements à résister à de telles revendications. « Les articles de San José ont été rédigés par un grand groupe d’expert en droit, en médecine et en politiques publiques. Les articles soutiennent et assistent les personnes  subissant dans le monde entier les pressions du personnel de l’ONU et d’autres personnes qui déclarent faussement qu’ils ont une obligation en droit international d’abroger les législations protégeant les personnes à un stade de développement embryonnaire et fœtal contre la violence de l’avortement », a déclaré Robert George.

RL’ambassadeur Joseph Rees (photo), ancien ambassadeur des Etats Unis au Timor Oriental, et dans le passé représentant des Etats Unis auprès du Conseil Economique et Social de l’ONU, s’est joint au professeur George pendant la conférence de presse. Rees a affirmé : « Lorsque j’étais au Timor, j’ai fait l’expérience directe des efforts constants de la part de certains fonctionnaires internationaux et des représentants d’ONG étrangères pour intimider un petit pays en voie de développement afin qu’il abroge ses lois pro vie. Le problème, c’est que les personnes travaillant sur le terrain, et même les représentants des gouvernements, ont peu de moyens pour réfuter la prétention outrancière selon laquelle l’avortement est un droit de l’homme reconnu en droit international. Les articles de San José ont pour but de les aider dans cette contre-offensive ».

[…] On compte parmi les signataires des articles le professeur John Finnis d’Oxford, le professeur John Haldane de l’Université de St. Andrews, Francisco Tatad, ancien président de la majorité parlementaire du Sénat des Philippines, Javier Borrego, ancien juge de la Cour européenne des droits de l’homme, le Professeur Carter Snead du Comité international de bioéthique de l’UNESCO, et Lord Nicholas Windsor, distingué partisan des causes pro vie et membre de la Famille Royale britannique. Dans les jours prochains, les articles seront présentés devant la Chambre des Lors du Royaume Uni, devant le Parlement Européen, le parlement Italien, ainsi qu’à Madrid, à Washington DC, à Santiago du Chili, à Manille, à Buenos Aires, à Calgary et à San José."

Et en France ?

Partager cet article

1 commentaire

  1. Les droits de l’homme sont devenus la nouvelle religion mondiale pour imposer ses dictats, qui plus est, pour avorter, bombarder, coloniser…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services