Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

On peut tirer sur des policiers à la Kalachnikov et être remis en liberté

Pendant que l'autre fait des promesses intenables, voici ce qu'on lit dans 20 Minutes :

"C'est en effet ce qui est arrivé à trois hommes, mis en examen dans l'enquête sur l'attaque d'un fourgon de police à La Courneuve. Estimant que leur détention n'était «plus nécessaire» aux investigations, la cour d'appel de Paris les a placés mercredi sous contrôle judiciaire. A la «stupeur» du syndicat de policiers Alliance. Faisant fi des réquisitions du parquet général, les magistrats de la chambre de l'instruction ont infirmé l'ordonnance d’un juge d’instruction de Bobigny de maintien en détention de ces trois hommes, âgés de 24 et 25 ans, déjà condamnés pour des vols notamment.

Ils ont estimé que ces trois personnes disposaient de garanties de représentation (hébergement, promesse d'embauche) suffisantes et que leur maintien en détention n'était «plus nécessaire» à la poursuite de l'enquête. Les mis en examen ont toutefois interdiction de se rendre en Seine-Saint-Denis et de sortir de métropole, et doivent pointer régulièrement dans un commissariat et travailler. Dans le quartier sensible des 4.000 de La Courneuve, des tirs à l'arme de guerre, dont une Kalachnikov, avaient été essuyés le 17 mai 2009 par un fourgon de police convoyant deux gardés à vue, lors d'un guet-apens tendu par plusieurs personnes."

Partager cet article

7 commentaires

  1. Terriblement triste!

  2. “Promesse d’embauche” : dans une boucherie hallal, je suppose ? Ou bien chez un négociant spécialisé dans l’import-export de produits opiacés ?
    Les gars, dans leur CV, à “autres expériences”, ils ont mis : compétences prouvées dans le mitraillage de flics ? Et le patron qui a promis de les embaucher va confirmer son intention, après avoir été mis au courant des derniers épisodes ? Vous embaucheriez des types pareils, vous ?
    J’aimerais bien voir la tronche du “patron” en question…

  3. Au risque de choquer, la Chambre de l’Instruction ne fait ici que l’application du Code de Procédure Pénale sur la détention provisoire, qui exclut l’invocation du trouble à l’ordre public en matière délictuelle. Encore une fois c’ets plus le législateur que le juge qu’il faut montrer du doigt. Ce d’autant plus que la loi pénale est d’interprétation stricte.

  4. “Des garanties de représentation suffisantes”.
    Et des garanties qu’ils ne vont pas récidiver en attendant leur procès (qui n’interviendra certainement pas demain)?
    Encore quelques nouveaux éléments dans la collection “déjà connus des services…”
    On sait la magistrature submergée, mais quand-même!
    Il a pourtant déjà été établi que ce genre d’attitude de la magistrature renforce l’impression d’impunité.

  5. Ce qui prouve bien que les juges n’en ont rien à fou…de notre éminent président et de ses promesses. Ajoutons, encore une fois, que ces juges ne font qu’appliquer des textes votés par nos hommes politiques assemblée nationale et sénat. C’est eux les responsables de la chienlit qui existe dans notre pays.

  6. Dire qu’Yvan Colonna est inquiété pour port d’arme illicite…

  7. Cela fait déjà bien longtemps que l’on ne doit plus compter sur le Mr le président pour faire avancer les choses … dans le bon sens!

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services