Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement / France : Société

“On nous empoisonne pour le plaisir des hommes !”

Il y a tout juste 50 ans, le 19 décembre 1967, la loi Neuwirth autorisant la contraception, et la pilule en particulier, était adoptée par l'Assemblée nationale.

Une étude de l’Ined (Institut national d’études démographiques) révélait en 2014 que de plus en plus de femmes ont tendance à la délaisser : le recours à la pilule est ainsi passé de 50% à 41% entre 2010 et 2013. En cause, notamment, le danger sanitaire : accident vasculaire cérébral, thrombose veineuse profonde, AVC, déprime, prise de poids, infertilité…

Nombre d’anciennes utilisatrices dénoncent :

"La pilule détruit la santé, beaucoup de chose nous sont cachées à son sujet, mais il y a de plus en plus de cancer du sein, du col de l'utérus".

"Je me suis retrouvée enceinte sous pilule."

Yvette a arrêté la pilule depuis 3 ans "à la suite d’une embolie pulmonaire et d’une phlébite dûes à la prise de ma pilule depuis trop longtemps."

Pointe aussi, un besoin de méthodes naturelles.

"On nous empoisonne pour le plaisir des hommes !"

Partager cet article

18 commentaires

  1. La vraie contraception, c’est l’ABSTINENCE.Elle a une haute valeur morale.
    Elle infirmera la règle antique qui, selon la Genèse, veut CROISSEZ ET MULTIPLIEZ!.
    On ne peut pas être 10 milliards bientôt sur la planète Terre!

  2. Ah! Elles se réveillent enfin et commencent à se rendre compte que la “libération sexuelle” était surtout destinée aux “mâles” et à leur plaisir (dans les revendications de mai 68, il y avait, pour les garçons, le droit d’aller dans les parties des Cités Universitaires réservées aux filles … Aucune demande, me semble-t-il, de la part des filles pour aller librement dans celles dévolues aux garçons: peut-être y avaient-elles déjà accès sans réserve?).

  3. Non, pas pour le plaisir des hommes, certainement pas, en tout cas ce n’est pas ce qui était dit jadis, à l’annonce de cette “avancée” sociale vers un futur forcement vachement radieux: on parlait de liberté de la femme, de libération des femmes, d’égalité entre les sexes, mais pas une seule fois on ne parla du plaisir des hommes.

  4. Les certitudes commencent à tomber, la morale et le sens pratique à se relever. Deo Gratias !
    @Vigor : 10 milliards, on en est encore loin mais pourquoi pas ?
    De nombreux pays s’appauvrissent, mais c’est voulu et parfaitement orchestré. La cause en est moins la surpopulation que l’asséchement ou la pollution (Afrique, Inde, Californie etc.) dus à la surproduction mondialiste et consumériste des pays riches.

  5. C’était la grande conquête sociale des années soixante ! Les femmes libérées et la pillule pour la satisfaction immédiate de ces messieurs…
    On commence tout juste à se poser les questions qui fâchent ! Il faudra bien pourtant les poser ouvertement, mesdames et messieurs les progressistes !

  6. “On nous empoisonne pour le plaisir des hommes !”
    ce n’est pas tout à fait exact, il faudrait dire :
    “on vous tue, mesdames, mesdemoiselles, pour le plaisir masculin.”
    On comprend mieux l’activisme maçonnique à présenter la “pilule” comme un gigantesque progrès de l’humanité.
    Il s’agit bien d’un sacrifice aux faux dieux, aux idoles bibliques, au dieu de la luxure et de la fornication.

  7. La pilule est dangereuse et ce n’est sans doute pas pour rien que lors d’examens médicaux, ou interventions chirurgicales, les femmes doivent préciser si elles prennent la pilule.
    Si on responsabilisait les personnes il serait utile et nécessaire d’apprendre aux patientes ou d’expliquer aux élèves ayant atteint la maturité de l’âge ce qu’il en est du fonctionnement du corps et du devoir de le respecter.
    Il est scandaleux par exemple de faire croire à une adolescente que la pilule du lendemain est anodine et peu réparer un acte fait sans discernement des conséquences et même aussi de ne pas montrer à une femme (ou une jeune fille) qui veut avorter ce qu’est réellement un avortement.
    Certains parents sont aussi responsables de ne pas avoir éduquer leurs enfants sur ces sujets essentiels à leur vie d’adulte.

  8. “On nous empoisonne pour le plaisir des hommes !”
    Il est quand même temps de vous réveiller après 50 ans de sommeil, les neues neues.

  9. Pour qualifier la pilule contraceptive, une personne m’a dit un jour : la pilule d’Asmodée.

  10. 50 ans pour qu’elles s’en aperçoivent !
    “Ta convoitise te poussera vers ton mari et il te dominera” (Gn 3, 16).
    Les femmes, libérées ? Foutaise !
    L’égoïsme masculin exacerbé, sans aucun doute.
    Neuwirth – et ses frères maçons – trop heureux de pouvoir profiter de leurs maitresses sans jamais avoir à endosser la moindre responsabilité. Même pas responsables, alors coupables, pensez-donc !
    Cependant, elles sont encore si nombreuses à faire comme si le prophète Paul VI était un ringard et le docteur Simon un libérateur… Sans doute n’y a-t-il pas encore eu assez de victimes pour cela, mais ça vient, de tous âges et toutes conditions…
    Libérées de la Joie de Vivre et du bonheur de transmettre cette Joie.

  11. “On nous empoisonne pour le plaisir des hommes !”
    De ce que je vois autour de moi, la pilule est davantage défendue par les femmes que par les hommes. D’ailleurs les grandes figures de l’avancée de la pilule sont des femmes. Je trouve ça un peu simple de blâmer les hommes. Simpliste en tout cas.

  12. Désolé, mais la libération sexuelle des femmes via la pilule était faite pour que ces dames puissent s’envoyer en l’air sans risques. Autrement dit, jamais elles n’ont pensé à satisfaire leurs hommes, mais bien à se satisfaire elles-mêmes, c’est tout. Donc, si elles se sont empoisonné ce faisant, ce n’est pas de la faute des autres, fussent-ils des hommes, mais bien d’elles-mêmes. Ah! elles ne savaient pas, les pauvrettes! et bien les hommes non plus, voilà tout.

  13. On stérilise les femmes et les hommes par voie de conséquence puisque les résidus de pilules passent dans les nappes phréatiques. Puis on propose la FIV /pma pour avoir des enfants. Ainsi on régule la natalité et on purifie la race par eugénisme en éliminant les tarés ( ceux qui ont une tare génétique : myopathie, trisomie,spina bifida, myopie,oreille decolles, QI inférieur….)
    On engraisse les laboratoires qui vendent cher leurs produits et le citoyen libéré est devenu esclave, un produit manufacturé !

  14. Quand vous rendrez vous compte, que ce Neuwirth et cette femme simone, ont fait plus de mal à votre pays que les allemands, pendant la première et la deuxième guerre mondiale.
    Ces enfants qui auraient pu être des ingénieurs, des médecins, des ouvriers, des artisans, des musiciens, des écrivains, manqueront éternellement à votre pays.
    Mais le drame c’est qu’en plus la simone vous l’avez mise au panthéon.

  15. Une jeune femme que je connais de près s’est trouvée enceinte sous pilule (l’enfant est né et personne ne le regrette) puis elle a fait une embolie cérébrale à 30 ans, heureusement sans séquelles.
    Tout procédé hormonal lui est formellement interdit: contraception orale, patch, implant, stérilet hormonal etc…
    La pilule est donc partiellement inefficace et toujours dangereuse mais, pendant des décennies, on ne l’a pas dit aux femmes.

  16. Dans l’atmosphère très libertaire de la fin des années 60, dans laquelle nous sommes toujours embourbés,il me semble vraiment que ce sont avant tout les femmes,suivant comme des moutons les féministes et les franc-maçons,qui ont accueilli la loi Neuwirth comme une libération.D’ ailleurs de nombreux ecclésiastiques n’y étaient pas hostiles, loin de là. La perspective de s’envoyer en l’air tranquillement sans risque de grossesse était bien trop alléchante pour y résister. Ce sont aussi les femmes, et non les hommes, qui à l’ heure actuelle défendent le plus vivement la pilule, ne serait-ce que comme un étendard idéologique. C’est tragique, mais c’est ainsi.

  17. Ce à quoi j’ajouterai que la pilule doit représenter une telle manne financière pour les labos pharmaceutiques…
    Peu importe si ça empoisonne les femmes, du moment que le fric rentre dans les caisses !

  18. David, ils l’ont peut-être mise au Panthéon, mais moi certainement pas.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services