Bannière Salon Beige

Partager cet article

Cathophobie / Pays : International

Offensive laïciste au Luxembourg

L La majorité de la population du Luxembourg est catholique. Même les populations immigrées sont d'origine catholique (Italie, Portugal). Si le catholicisme n'est pas religion d'Etat, il existe des conventions entre l'Etat et les religions (catholique, anglican, orthodoxe, juif etc, mais pas avec les musulmans). Néanmoins, en raison de l'Histoire, le catholicisme tient une position privilégiée qui se manifeste dans le fait que le 23 juin, jour de la fête nationale, il y a un Te Deum à la cathédrale. A la fin de l'Octave marial, qui s'est achevé il y a 8 jours, sont présents le Chef de l'Etat (le Grand-Duc, dont les pouvoirs ont tous été rognés), le Premier Ministre et le bourgmestre de la Ville de Luxembourg.

En gros, le régime qui prévaut est celui, peu ou prou, du droit local en Alsace et en Lorraine. Ainsi, l'Etat et les communes s'occupent de l'entretien des lieux de culte, les ministres des cultes reconnus sont rémunérés sur des fonds publics. Le seul privilège pour l'Eglise tient simplement à sa présence ancienne, car il n'y a pas de discrimination dès lors que l'Etat a signé une convention.

Un autre élément important est l'enseignement religieux : un parent peut décider d'inscrire son enfant au cours de religion ou, comme l'on dit, en cours de morale. Les professeurs de religion sont rémunérés comme tous les autres enseignants.

C'est ce modèle, certes non parfait mais qui a le mérite d'exister, que les Verts veulent abattre. 3 motions ont été déposées par le parti des Verts au Luxembourg (voir annexes). L'un des signataires, Jean Huss, est le député qui a été cheville ouvrière de la légalisation de l'euthanasie au Luxembourg. Voici les motions présentées au gouvernement le 7 juin :
  • Mise en place d’une table ronde ayant l’objectif d’élaborer un futur modèle pour les relations entre l’Etat et les organisations religieuses et philosophiques non religieuses
  • Redéfinition du cadre de l’acte officiel de la Fête nationale
  • Mise en place d’un cours unique d’enseignement aux valeurs pour tous les élèves

Partager cet article

1 commentaire

  1. Le Grand Duc actuel a préféré voir ses pouvoirs constitutionnels rognés lors de décisions législatives bio éthiques, plutôt que de devoir s’y opposer. Forme d’abdication morale, puisqu’il se dispensait ainsi constitutionnellement de tout devoir moral d’opposition, au contraire de ce qu’avait fait son grand oncle le Roi BAUDOUIN de Belgique.
    Il n’interviendra donc pas dans cette affaire, vraisemblablement, alors qu’il pourrait le faire en se posant comme défenseur des textes constitutionnels fondateurs du Grand Duché et comme garant de la continuité historique du pays dont il est le souverain. Encore un Bourbon mollasson, comme son lointain cousin d’Espagne.

Publier une réponse