Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société / L'Eglise : L'Eglise en France

Obsession sanitaire et légalisme républicain passent-ils devant le spirituel et la défense de la Messe ?

Obsession sanitaire et légalisme républicain passent-ils devant le spirituel et la défense de la Messe ?

Réaction de Laurent Dandrieu dans Valeurs Actuelles suite à la mise en examen de deux prêtres de la paroisse Saint Eugène-Sainte Cécile dont se sont malheureusement réjouis certains catholiques et à l’ouverture d’une improbable enquête canonique par le diocèse :

“(…) Alors que l’affaire aurait pu se régler par quelques rappels à l’ordre et, au pis, une amende, l’hystérie médiatique et policière qu’elle a déclenchée n’est pas sans évoquer l’affaire des “dîners clandestins”. Certes, le contexte, comme leur organisateur, Pierre-Jean Chalençon, sont bien plus frivoles. Mais il a bel et bien, lui aussi, été mis en garde à vue pour quelques manquements à la règle passibles d’une amende ; et que les médias aient été obnubilés, des jours entiers, par le fait que quelques personnes ont passé outre les directives gouvernementales pour dîner ensemble a de quoi halluciner. Ce qui, il y a seulement un an, s’appelait “dîner entre amis” a été rebaptisé “mise en danger délibérée de la vie d’autrui”. Il est permis de trouver cela plus inquiétant que les risques supposés pris par M. Chalençon ou par le curé de Saint-Eugène – aucun des deux événements incriminés n’a d’ailleurs suscité de fatal “cluster”.

« Je ne veux pas d’une République de la délation », disait naguère Emmanuel Macron. Or ces deux affaires ont éclaté, justement, à la suite d’une dénonciation – quand bien même celle-ci serait camouflée, sous forme de caméra cachée, en pratique journalistique. La République de la délation, nous y sommes bel et bien, et comment s’en étonner quand le président lui-même a contribué à instaurer un climat de peur, propice à toutes les dérives ?

L’autre aspect désolant de l’affaire Saint-Eugène est qu’elle a souligné, une fois de plus, une certaine faillite épiscopale. On aurait pu s’attendre à ce que le diocèse, tout en rappelant l’importance des mesures sanitaires, appelât aussi à raison garder et dénonçât la garde à vue manifestement disproportionnée de deux de ses prêtres.

Il a préféré hurler avec les loups, relayant dans un premier temps les approximations médiatiques sur la vigile pascale, enclenchant dans un second temps à l’encontre de la paroisse une rarissime procédure d’enquête canonique : on l’épargne le plus souvent, par exemple, à des paroisses où l’on massacre allègrement la liturgie, quand on n’y prêche pas des hérésies diverses ou qu’on n’y fait pas la promotion de l’avortement, sujets a priori plus centraux dans le droit canon que les gestes barrières…

En réalité, cette affaire renforce le malaise ressenti, depuis le début de la pandémie, devant l’attitude d’une grande partie de l’épiscopat, plus soucieuse de légalisme que de profondeur spirituelle. À la traîne de leurs fidèles pour la défense de la liberté de culte, beaucoup ont donné l’impression que l’obéissance à l’État était plus importante que la défense de la messe – au point que Jean-Marie Guénois a pu écrire dans le Figaro que cette affaire a révélé que certains évêques ne croient plus à la présence réelle du Christ dans l’eucharistie.

Plus généralement, là où, depuis un an, on attend que l’Église proclame à temps et à contretemps que la vie ne se réduit pas une donnée biologique, que l’obsession sanitaire prospère sur l’oubli de la vie spirituelle et que le critère d’une vie bonne n’est pas la longévité mais la relation d’amour, on n’aura eu, le plus souvent, que des proclamations répétées de loyauté sanitaire républicaine. Comme si une bonne partie de l’Église avait tendance à oublier sa vocation prophétique pour n’être plus que l’alibi spirituel d’une morale hygiénique laïque. Mais peut-on à vrai dire s’en étonner quand on constate qu’au sommet même de la pyramide ecclésiale, l’impératif de vaccination semble souvent prendre le pas sur le souci de l’évangélisation ?”

Partager cet article

20 commentaires

  1. ” la vie ne se réduit pas une donnée biologique” on entend beaucoup cet argument pour critiquer les mesures sanitaires, mais je trouve cela très gênant ; ” la vie ne se réduit pas une donnée biologique” c’est aussi ce que disent les partisans de l’euthanasie, pour qui il est normal tuer ceux dont la vie n’est plus que biologique, V Lambert ou les vieillards en fin de vie, ou les foetus dont la vie n’est encore que biologique.

    • Triple erreur :
      -pour les vieillards, même très affaiblis, la vie n’est pas que biologique : il y a des réactions psychiques- très ténues- jusqu’à la fin.
      -pour Vincent Lambert, il avait des moments de conscience vis à vis de ses proches.
      -concernant les foetus, s’ils n’ont certes pas un psychisme à part entière. ils sont appelés à une vie psychique ultérieure, au moins à partir du 3ème mois de grossesse : c’est la différence entre une approche diachronique et pas seulement synchronique (immédiate). Or chacun de nous se situe dans une histoire.

      • Vous oubliez l’âme donc l’essentiel

        C’est ce qui fait la différence entre une vie uniquement biologique et … l’être humain

        Pour Vincent Lambert on parle de situation paucirelationnel : ce n’était pas qu’avec ses proches mais régulièrement.

        • Oui, vous avez raison dans l’absolu, Prout, ce qui m’oblige à préciser mon propos :

          Pour simplifier, l’etre humain a trois composantes : le corps (soma) auquel je rattache la vie biologique ; le psychisme naturel relié à l’activité du cerveau ; l’âme spirituelle . Les 2 premières constituent la “chair” ; la troisième l'”esprit”. Mais pour les non croyants l’âme spirituelle, qui persiste après la mort , n’existe pas. Dans mon propos précédent, je n’ai pas fait mention de l’âme spirituelle.

  2. Baptisé peu après ma naissance, je n’ai fait ma 1ère communion qu’à 49 ans. J’ai suivi quelques formations chrétiennes dans une paroisse proche avec quelques adultes nouveaux convertis. L’un d’eux a demandé : quelle différence entre Jésus et Mahomet. Le prêtre a répondu : Jésus et Mahomet sont 2 hommes qui ont eu une approche de Dieu !
    J’ai laissé tomber la formation.

    • Allez voir la FFSPX il vous donneront une formation ,une vraie, ce ne sera pas du pipi de chat.S’ entendre dire par un prêtre que Jésus et Mahomet sont deux hommes qui ont eu une approche de Dieu. Ce prêtre-là apparemment n’a pas la Foi et Jésus est Homme et Dieu à la fois, Mahomet n’est qu’un vulgaire chamelier pédophile et lui c’est le diable qu’il a rencontré mais certainement pas Dieu

    • Cela s’appelle entrer de plein fouet dans la crise de l’église !

      Ceci dit vous avez bien fait de laisser tomber votre formation et votre discernement devrait vous amener à vous tourner vers des prêtres plus sérieux

    • moi aussi j’ai eu des difficultés avec le cathéchisme … j’ai tout plaqué et suis allée justement à St Eugène Ste Cécile, ce n’est vraiment pas le même discours, d’ailleurs si vous voulez vous rendre compte, vous pouvez suivre les cours de KT de cette paroisse en ligne. Ne jamais se laisser abattre ! Votre foi est trop importante.

  3. Nos curés et évêques sont bien braves, il n en faut pas moins rappeler que le ralliement de l église en France au temporel, au prix de concessions inacceptables, n est pas nouveau.
    Combien de diocèses ravagés par des disputes cléricales, jalousies mal placées ayant contraint tel ou tel curé tout à fait honorable à fermer une paroisse qui tourne, simplement car elle avait une assistance plus nombreuse que la cathédrale ?
    Il faut espérer que la génération 68, qui a fait passer la pratique de 60% à 2% soit achevée, et que notre nouvelle génération se recentre un peu sur l’essentiel.
    Il y a eu un sondage sur les homélies récemment, belle initiative, même s’il est surprenant de devoir faire appel aux laïcs pour savoir comment fonctionne une homélie. 7 minutes pour Dieu, le reste pour le diable – et éviter une redite du JT de 20h (après tout on jette nos télés, ce n est pas pour aller encaisser les mêmes bêtises le dimanche).
    On veut attirer les jeunes? Cessons le rap encadré par des salariés du diocèse pendant les “messes des jeunes”, cessons les “messes des jeunes” tout court: catholique veut dire universel après tout, et redonnons sens à la messe. Si je veux un concert, je vais à un concert, et aucun curé ne fera mieux que l original – ca tombe bien ils font d’autres choses bien plus extraordinaires nos super-curés.

    • J’aime bien votre commentaire … qui est bien plus qu’un simple commentaire.
      Merci

    • Moi aussi, Meunier, comme Meltoisan j’aime votre commentaire. Je me bats dans ma paroisse depuis très longtemps pour y réintroduire le chant grégorien et nous avions réussi . Arrive un nouveau curé, il nous exclut et cherche à rétablir une “messe des jeunes” sans succès jusqu’à présent. Exit ce nouveau curé et on espère que celui qui le remplacera en Septembre aura pour le chant grégorien “l’appétence” que n’avait pas son prédécesseur. Toute cette “curotterie” comme disait ma grand’mère me déplaît profondément.Et Dieu dans tout ça?????

  4. Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes (Actes des Apôtres). Honneur aux prêtres de st Eugène qui ont célébré en cette vigile pascale 10 baptêmes d’adultes . Comme l’a écrit récemment un commentateur, si les 50000 paroisses de France en avaient fait autant… la face de l’Eglise de France serait toute autre . Tristes épiscopes qui font passer les “gestes barrières” (dont l’efficacité est toujours discutée) devant l’évangélisation…

    • D’autant plus que Saint Eugène / sainte Cécile sont loin d’être les seuls…

      Il y a des centaines de paroisses en France qui n’en ont rizn à cirer des sutupides gestes barrières et des masques. Et il n’y a pas plus de morts covid que de beurre en broche. Même moins
      C’est quand on a peur qu’on tombe malade. Pas quand on vit normalement et sans masque pour détruire la santé !

  5. Citation : Mais peut-on à vrai dire s’en étonner quand on constate qu’au sommet même de la pyramide ecclésiale, l’impératif de vaccination semble souvent prendre le pas sur le souci de l’évangélisation ?”

    Eh ben dis donc ! Avec l’article sur le financement de la mosquée qui suit, c’est du lourd !

    On est mal, patron, on est mal !

    • Coup de chapeau d’être arrivé à caser une publicité Lidl dans un commentaire sur les évêques apostats, dans les colonnes du Salon Beige :oD

      • Merci. Je n’ai essayé d’y acheter qu’une fois dans ma vie car je n’avais pas le choix. J’ai tout jeté ! Aucune comparaison avec les marques Françaises. D’ailleurs leur pub rigolote ne porte que sur le prix, pas sur la qualité…

  6. Honte à l’archevêque de Paris pour sa réaction totalement déplacée et, à vrai dire, scandaleuse !

  7. On peut déplorer que les autorités épiscopales aient emboîté le pas d’un mouchard très probablement ignorant de la liturgie de la vigile pascale. Le premier réflexe de ces autorités demeure de tirer dans le dos des catholiques fidèles. Ce n’est pas nouveau.
    Comment s’en étonner quand on connaît les priorités actuelles du pape :
    -LGBT
    -climat
    -migrants
    Il y a de quoi désespérer !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]