Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Nuit à dormir debout : les dessous de l’affaire

Révélés par Eugénie Bastié dans Le Figaro :

"Le collectif Nuit debout qui organise depuis sept nuits des réunions place de la République à Paris et dans d'autres villes de province, se veut autogéré, sans leaders définis ni appareil organisationnel. Dans leurs AG qui durent tard dans la nuit, on trouve pêle-mêle des militants d'EELV et du Front de gauche, des syndicalistes, des militants associatifs, des étudiants. Sans porte-paroles officiels, ce collectif disparate et mystérieux s'appuie pourtant sur une communication bien rodée: diffusion des AG sur Periscope avec un franc succès, lives sur les réseaux sociaux, un compte Twitter avec plus de 21.000 abonnés. Leur premier tweet date du 22 mars, et appelle à manifester le 31 sous le hashtag #Convergencedesluttes.

Si on observe de plus près ce compte Twitter, on s'aperçoit que les premiers comptes suivis sont celui d'Edwy Plenel, patron de Médiapart et de Pierre Jacquemain, ex-conseiller de Myriam el-Khomri qui a claqué la porte du ministère suite à la loi Travail. D'autres associations militantes de l'ultra-gauche, habituées à ce genre de manifestations, mettent leur expérience au service du mouvement. Ainsi, la demande d'occupation de la place de la République a été déposée par l'organisation altermondialiste ATTAC, tandis que la sono a été prêtée tantôt par l'association Droit au logement, tantôt par le syndicat Sud-solidaires

Comment est né cette nébuleuse? Tout a commencé le 23 février à la Bourse du Travail de Saint-Denis. Après le succès en salles du film «Merci Patron» (200.000 entrées), le journal d'extrême-gauche Fakir a organisé une soirée intitulé «Leur faire peur». […] L'un des participants à cette réunion, Loïc, qui dirige la compagnie militante «Jolie môme», lance alors le slogan «On ne rentre pas chez nous», qui se transforme ensuite en «Nuit debout». L'idée est de profiter du prochain mouvement social et syndical pour embrayer sur une manifestation pacifique, une occupation des lieux et une mise en place d'une démocratie directe. «Il s'agissait de détourner un bras du mouvement social au prochain mouvement syndical», explique François Ruffin. La loi travail leur a offert un prétexte idéal. Dans les manifs contre la loi el-Kohmri, Ruffin et sa bande tractent, diffusent des appels à mobilisation. «Il ne faudrait surtout pas croire que Nuit Debout est un mouvement spontané, né comme par miracle de la somme de désirs communs», explique le directeur de Fakir dans Télérama. «Ceux qui disent «oui, oui» dans l'euphorie de l'instant ne viennent pas tous mouiller leur chemise pour que la dynamique s'enclenche… Il a fallu organiser tout ça, canaliser ces aspirations disparates et ce besoin d'action. Il a fallu communiquer, distribuer des centaines de tracts lors de la manif du 31 mars, créer un site internet puis monter des barnums, acheminer le matériel pour projeter le film…»

L'objectif était de réunir un maximum de gens la nuit après la manifestation du 31 mars place de la République. Des centaines de personnes restent jusqu'à 6h30 du matin. Le mouvement décide alors de continuer, parlant des autres journées comme du «32, 33, 34..» mars. Le site internet lancé par le réseau de Ruffin «Convergence des luttes» met en ligne chaque jour les comptes rendus des AG place de la République. […]"

Partager cet article

12 commentaires

  1. “Leur premier tweet date du 22 mars”
    Tiens, tiens: un nouveau “mouvement du 22 mars”? Qui est le nouveau “Dany-Le-Rouge”?

  2. La nuit des chialeuses.

  3. Un mouvement d’assistés et de marginaux? Car comment passer sa nuit debout si l’on travaille le jour ?!

  4. Ce qui prouve qu’une certaine gauche et l’extrême-gauche (et non la gauche de la gauche !) sont des gens très bien organisés, qui bénéficient de soutien, mais surtout font preuve d’une volonté à toute épreuve, sans états d’âme, et sans se poser de questions…
    Un état d’esprit qui a toujours fait défaut à la “droite” depuis 40 ans, pour ne pas dire plus !

  5. Comme les instituteurs n’ont été qu’une pâle copie des prêtres du temps de Jules Ferry, ces gens-là sont aussi dans la basse copie. Mieux vaut l’original car la copie n’a pas de substance. Alors ou ça n’ira pas bien loin ou ça se terminera en violence comme à chaque fois que l’on n’a rien à proposer.

  6. Ils ont peut etre pris les devants, justement en ayant peur que la contestation prenne une tournure plus radicale, mais qu’elle soit menée par des gens extérieurs donc incontrolable ils ont préféré monter un mouvement factice mort-né donc, qui ne bougera pas.
    parce qu’on retrouve toujours les mêmes saboteurs trotskystes.
    De toute façon à voir ces jeunes irresponsables et inconscients on comprend tout de suite que rien de concret et positif ne peut aboutir avec eux.

  7. Mais non, mais non, c est un mouvement très spontané , qui a germé dans les têtes , en même temps vu les circonstances, il n y a personne en sous main qui le dirige, arrêtez de croire aux thèses complotistes, y a meme des vieux sans culottes phrygiens qui les accompagnent , ce qui donne une grande légitimité à ce mouvement !
    Je plaisante bien sûr ! La république( la place) devient une nouvelle ZAD et c est l embryon de conflits , non seulement verbaux mais aussi physiques contre le peuple de France. Et ce gouvernement n est qu un prétexte pour accélérer la révolution dite française ( pour ne pas dire plus…) 2.0 qui s affole encore.

  8. çà pue les rouges à plein nez, mais la gueuse les idolâtres, alors que les Veilleurs et les Sentinelles, c’est pas du tout le même discours, plutôt haineux et diffamatoire de la part de cette même gueuse!! eh oui pas de liberté pour les ennemis de la gueuse (liberté)!
    VIVE LE ROY!!

  9. Ils sont payés combien de l’heure par ”l’Etat Profond” ces faux manifestants bourgeois gauchos-bobos, sentant le shit et l’urine?

  10. Les médias dominants, qui s’étaient abstenus de parler du mouvement des Veilleurs autrement que pour le ridiculiser, retrouvent soudainement de la voix et relatent chaque jour le succès de la mobilisation ; c’est donc que ces Nuits debout vont bien dans le sens du système. Financées par Soros ?

  11. « Nuit debout » oui mais : le démarrage de cette occupation est le fait d’une poignée de carriéristes qui occupent le devant de la scène spectaculaire des fausses luttes, ce que l’on appelle les extincteurs, qui viennent faire rentrer tout le monde à la maison pour aller porter la parole des pauvres à qui on fait accepter l’inacceptable, DAL est une création d’État il y a trente ans pour détruire le comité des mal logés qui devenait trop puissant et occupait des dizaines d’HLM refusant les relogement en taudis ou hôtels de marchands de sommeil, DAL n’a jamais obtenu de véritables relogements, toute leur propagande est mensongère, mais les centaines de personnes rassemblées sur la place ou qui commencent à se rassembler dans les autres villes ne sont pas DAL, et sont sincères, y a ras le bol et vrai désir de trouver des solutions pour influer sur les pouvoirs responsables, donc DAL est débordé pour le moment, sauf si le porte parole de tout cela redevient à nouveau l’extincteur en chef “Jean Baptiste Eyraud” président dictateur à vie de DAL, d’où risque de récupération du mouvement par ses habituels comparses manipulateurs et militants professionnels de l’arc ATTAC-NPA-SUD… pour le moment ils sont débordés… ☺

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]