Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement / Pays : Etats-Unis / Pro-vie

Nouvelle déclaration pro-vie de Donald Trump

Nouvelle déclaration pro-vie de Donald Trump

Comme l’année dernière, Donald Trump a publié une déclaration pro-vie, à quelques jours de la Marche pour la vie à Washington le 29 janvier :

Chaque vie humaine est un cadeau au monde. Qu’il soit né ou à naître, jeune ou vieux, en bonne santé ou malade, chaque personne est faite à l’image sainte de Dieu. Le Créateur Tout-Puissant donne des talents uniques, de beaux rêves et un grand objectif à chaque personne. À l’occasion de la Journée nationale de la sacralité de la vie humaine, nous célébrons la merveille de l’existence humaine et renouvelons notre détermination à bâtir une culture de la vie où chaque personne de tout âge est protégée, valorisée et chérie.

Ce mois-ci, nous célébrons près de 50 ans depuis la décision Roe vs. Wade de la Cour suprême des États-Unis. Cette décision défectueuse sur le plan constitutionnel a renversé les lois de l’État qui interdisaient l’avortement et a entraîné la perte de plus de 50 millions de vies innocentes. Mais des mères fortes, des étudiantes courageuses et des membres incroyables de la communauté et des croyants mènent un mouvement puissant pour éveiller la conscience américaine et restaurer la conviction que chaque vie est digne de respect, de protection et de soins. En raison du dévouement d’innombrables pionniers pro-vie, l’appel lancé à chaque personne pour qu’il reconnaisse le caractère sacré de la vie retentit plus fort que jamais en Amérique. Au cours de la dernière décennie, le taux d’avortements a diminué régulièrement et aujourd’hui, plus de trois Américains sur quatre soutiennent les restrictions à l’avortement.

Depuis mon premier jour au pouvoir, j’ai pris des mesures historiques pour protéger des vies innocentes au pays et à l’étranger. J’ai rétabli et renforcé la politique de Mexico du président Ronald Reagan, publié une règle pro-vie historique pour régir l’utilisation du financement des contribuables du titre dix et pris des mesures pour protéger les droits de conscience des médecins, des infirmières et des organisations comme les Little Sisters of the Poor. Mon administration a protégé le rôle vital de l’adoption fondée sur la foi. Aux Nations Unies, j’ai clairement indiqué que les bureaucrates du monde entier n’avaient aucun intérêt à attaquer la souveraineté des nations qui protègent des vies innocentes. Il y a quelques mois à peine, notre Nation s’est jointe à 32 autres pays pour signer la Déclaration de consensus de Genève, qui renforce les efforts mondiaux pour fournir de meilleurs soins de santé aux femmes, protéger toute vie humaine et renforcer les familles.

En tant que nation, la restauration d’une culture de respect du caractère sacré de la vie est fondamentale pour résoudre les problèmes les plus urgents de notre pays. Lorsque chaque personne est traitée comme un enfant bien-aimé de Dieu, les individus peuvent atteindre leur plein potentiel, les communautés s’épanouiront et l’Amérique sera un lieu d’espoir et de liberté encore plus grand. C’est pourquoi j’ai eu le profond privilège d’être le premier président de l’histoire à participer à la Marche pour la vie, et c’est ce qui motive mes actions pour améliorer l’adoption de notre nation et favoriser le système de soins, obtenir plus de financement pour la recherche sur le syndrome de Down et développer la santé aux mères célibataires. Au cours des 4 dernières années, j’ai nommé plus de 200 juges fédéraux qui appliquent la Constitution telle qu’elle est rédigée, dont trois juges de la Cour suprême – Neil Gorsuch, Brett Kavanaugh et Amy Coney Barrett. J’ai également augmenté le crédit d’impôt pour enfants, afin que les mères bénéficient d’un soutien financier alors qu’elles entreprennent la noble tâche d’élever des enfants forts et en bonne santé. Et, récemment, j’ai signé un décret sur la protection des nouveau-nés et des nourrissons vulnérables, qui défend la vérité selon laquelle chaque nouveau-né a les mêmes droits que toutes les autres personnes à recevoir des soins vitaux.

Les États-Unis sont un brillant exemple des droits de l’homme dans le monde. Cependant, certains à Washington se battent pour maintenir les États-Unis parmi une petite poignée de pays – y compris la Corée du Nord et la Chine – qui autorisent les avortements électifs après 20 semaines. Je me joins à d’innombrables autres personnes qui pensent que c’est moralement et fondamentalement faux, et aujourd’hui, je renouvelle mon appel au Congrès pour qu’il adopte une loi interdisant l’avortement tardif. Depuis le début, mon administration s’est consacrée à élever chaque Américain, et cela commence par la protection des droits des plus vulnérables de notre société – les enfants à naître. À l’occasion de la Journée nationale de la sacralité de la vie humaine, nous promettons de continuer à parler pour ceux qui n’ont pas voix au chapitre. Nous nous engageons à célébrer et à soutenir chaque mère héroïque qui choisit la vie. Et nous sommes résolus à défendre la vie de chaque enfant innocent et à naître, dont chacun peut apporter un amour, une joie, une beauté et une grâce incroyables dans notre nation et dans le monde entier.

MAINTENANT, PAR CONSÉQUENT, MOI, DONALD J. TRUMP, Président des États-Unis d’Amérique, en vertu de l’autorité qui m’est conférée par la Constitution et les lois des États-Unis, proclame par la présente le 22 janvier 2021, Journée nationale de la sacralité de la vie humaine. Aujourd’hui, j’appelle le Congrès à se joindre à moi pour protéger et défendre la dignité de chaque vie humaine, y compris de celles qui ne sont pas encore nées. J’appelle le peuple américain à continuer de s’occuper des femmes qui ont des grossesses inattendues et à soutenir l’adoption et la prise en charge d’une manière plus significative, afin que chaque enfant puisse avoir un foyer aimant. Et enfin, je demande à chaque citoyen de cette grande Nation d’écouter le son du silence causé par une génération perdue pour nous, puis d’élever la voix pour tous ceux qui sont touchés par l’avortement, à la fois visibles et invisibles.

EN FOI DE QUOI, j’ai ici mis la main ce dix-sept janvier de l’année de notre Seigneur deux mille vingt et un, et de l’indépendance des États-Unis d’Amérique le deux cent quarante-cinquième.

Partager cet article

21 commentaires

  1. Je ne savais pas que la Maison Blanche comptait aussi l’année d’indépendance des USA (1776) comme une date d’importance comparable à la naissance du Christ !

  2. Merci à Donald, belle déclaration, c’est très important de célébrer la dignité de la Vie, et il a déjà eu des propos très clairs là-dessus, mais là c’est mieux, c’est vraiment une belle déclaration ! Quel autre chef d’Etat a la foi en la dignité de la Vie ? Poutine, sans doute. Et encore qui ???

    Merci à SB !

  3. Et voila pourquoi beaucoup le haïssent et veulent déconstruire cette courageuse politique de D TRUMP depuis 4 ans , a contre courant de celles des démocrates progressistes qui reviennent en force avec BIDEN ,marionnette d’OBAMA qui a plaçé ses hommes et surtout ses femmes comme KEMALA la gauchiste libertaire en embuscade d’ un president de gerontocratie a durée de vie limitée !
    D Trump a sa personnalité et ses travers mais sa ligne politique de soutien à la vie , pro VIE , aux USA
    mais également, tout aussi important ,dans les institutions internationales a été sans faille .
    Merci Donald .. beaucoup de chrétiens reconnaissants

    • Non pas, mon ami, non pas ! Biden va droit en prison, tu le verras demain ! Sa copine, c’est Kamala.

      Oui, merci Donald, nous sommes très reconnaissants à ce que tu as fait, pro-vie ce sont des milliers de vie épargnées, mais aussi anti-communiste : Le PCC et les entreprises chinoises bloquées et les américaines empêchées de commercer avec la Chine ou de délocaliser là-bas. Et aussi sur les étudiants chinois qui viennent piller le savoir américain; les technologies transférées. Et aussi certains des dirigeants d’entreprises ou chefs des Etats qui ont été arrosés/corrompus par la Chine, c’est énorme, ce que Donald a fait !

      Donald a un autre cheval de bataille qui est moins connu. Il se bat contre la bureaucratie qui, remarque-t-il, n’est pas dans la Constitution !

      Et il va continuer…

  4. Que nos évêques en prennent de la graine…

  5. Oui j’aurai voulu entendre ce discours de la bouche des évêques de France et du monde entier. ESpérons que dans deux jours Biden aille se faire rhabiller et disparaisse à tout jamais de la surface de cette terre pour le plus grand bien de l’humanité.

    • T’inquiète, Joe va retourner au pénitencier, il va reprendre son habit rayé, surveillé par les troupes de Donald Luke ! Il sera avec ses frères en prison, ils iront aussi.

      L’Armée a tout prévu pour le 20 ! Soldats, grillages, prisons, transports, tout est prêt !

  6. Et les treize exécutions capitales fédérales que D. TRUMP a encouragées au mépris de la vie humaine?

    • Vous êtes pour le respect de la vie des criminels et pour la mort des innocents ?

      • Je suis, tout simplement, pour le respect de TOUTES vies humaines et m’etonne, que celles et ceux qui s’en réclament à propos des avortements, ne s’en émeuvent nullement à propos de la peine de mort.

        • Il faut distinguer la vie innocente de la vie de criminels qu’il est nécessaire de mettre hors d’état de nuire en vue du bien commun.
          Je vous engage à étudier saint Thomas d’Aquin sur ce sujet.

    • Que la peine de mort vous dérange, c’est une chose, et je peux le comprendre, d’autant que j’ai été un temps contre… En revanche, quand j’étais contre, je n’usais pas de votre argument, ne plaçant pas sur le même plan la vie de l’innocent et celle du coupable. D’ailleurs, même Benoît XVI qui n’est pas favorable à titre personnel à la peine capitale n’a jamais eu la saugrenue idée de la rayer du catéchisme.

  7. La mise hors d’etat de nuire n’est-elle pas suffisamment obtenue par l’incarcération?
    Par ailleurs, alors que vous m’orientez sur un texte datant de bientot huit siecles permettez-moi de vous renvoyer à la rédaction du N.2267 du « Catechisme de l’Eglise catholique » de 2017.

    • Vous savez sans doute que l’incarcération pose d’énormes problèmes et notamment le fait qu’elle n’est pas perpétuelle.
      Quant à la version 2017 du CEC, abroge-t-elle les versions antérieures ? Je ne le crois pas. Et ce n’est pas possible.

    • La question du temps est brandie par les opposants à la sacralité des textes (je ne dis pas que c’est votre cas) : « Il faut vivre avec son temps, etc. »
      Or, si vous prenez les Ecritures, rien, mais rien, ne s’oppose à la peine capitale. Elles nous laissent libres d’être pour ou contre, mais elles n’en font pas un péché en soi (je dis bien « en soi », je ne parle pas des exécutions pour le plaisir politique).
      Le Décalogue énonce l’interdiction de tuer, mais il s’agit de l’innocent ; plus loin, la Bible énonce la peine capitale, mais prévoit des villes refuges pour les homicides involontaires.
      Le Christ, lui-même, cite un adage de droit pénal : « Celui qui tue par l’épée périra par l’épée. » Curieusement, les opposants à la peine de mort, dont l’ACAT, détournent le verset pour prétendre que le Christ s’exprimait ainsi même contre la peine de mort. Certains prétendent même que ce verset signifie qu’il ne faut tuer en aucune circonstance… On se demande alors pourquoi les disciples étaient armés, pourquoi l’apôtre Pierre n’a pas demandé à Corneille de quitter l’armée…
      Enfin, l’apôtre Paul confirme la légitimité de la peine de mort (Romains 13).

      Je sais bien que ces textes datent de plusieurs siècles, mais le christianisme est intemporel, même la société évolue et attend de nous que nous l’y acculturions.

  8. Au terme de notre échange, je prends acte que, comme pour les « pro avortements », la suppression de certaines vies humaines ne vous pose aucun problème. Pour ma part et ainsi que je l’ai déjà écrit, je demeure pour le respect de TOUTES vies humaines.

    • J’en conclus qu’en cas d’invasion vous ne défendrez pas votre pays pour ne pas tuer un ennemi…
      N’usez jamais de la légitime défense pour défendre la veuve, vous risquez aussi de tuer l’agresseur…

    • Donc, pour vous les Ecritures sont dépassés, avec le soutien de l’apôtre Paul à la peine de mort, et le verset où le Christ la cite comme principe légitime. C’est vrai, il faut vivre avec son temps et trouver que les Ecritures datent…

  9. Je vous invite à rectifier votre conclusion fondée sur l’amalgame que vous faites entre meurtres de sang froid d’enfants à naître ou de criminels incarcérés hors d’état de nuire (qui, jusqu’alors, étaient les seuls objets de notre échange) et l’exercice de la légitime défense que je ne conteste nullement que ce soit, en temps de guerre ou en temps de paix.

    • Pas du tout : la peine de mort est constitutive de la légitime défense que peut utiliser une société pour défendre le bien commun.
      Vous devriez aller visiter des prisons… Vous comprendriez que l’expression « hors d’état de nuire » n’a pas beaucoup de sens.

Publier une réponse