Bannière Salon Beige

Partager cet article

Cathophobie

Nouveau spectacle christianophobe [Addendum]

L'Institut Civitas nous informe sur un prochain spectacle blasphématoire :

G "Intitulé "Golgota picnic", il est prévu à l'affiche du Théâtre du Rond-Point à Paris du 8 au 17 décembre prochains. Le metteur en scène Rodrigo Garcia prétend revisiter ici les Saintes Ecritures et parle d'approche "absolument impudique" destinée à présenter l'iconographie chrétienne comme l'image de "la terreur et de la barbarie". "Je m'autorise même la licence poétique de dire qu'avec un tel passé iconographique, il est normal de violer des petits garçons", ose déclarer ce Rodrigo Garcia. Si, dans le dossier de presse de ce "Golgota picnic", Rodrigo Garcia explique avoir construit son propre imaginaire biblique, celui-ci se traduit par un langage et des images obscènes. Le Christ est appelé ici "el puto diablo" et est comparé à un terroriste. Sa plaie ultime de crucifié est remplie de billets de banque. Des hamburgers jonchent le sol de la scène de spectacle pour parodier de façon grotesque la multiplication des pains. Et c'est nu que le chef d'orchestre italien Marino Formenti interprète au piano l'air des "Sept dernières paroles du Christ en Croix" de Haydn. Mais Marino Formenti n'y voit pas malice puisque "les acteurs (…) sont nus très souvent aussi".

Et c'est dans le cadre du prestigieux "Festival d'automne" que ce spectacle blasphématoire se voit programmé. Un Festival d'automne présidé par l'acteur Pierre Richard. Un Festival d'automne qui compte de nombreux partenaires institutionnels (le Ministère de la Culture, le Ministère des Affaires étrangères et européennes, le Conseil Régional d'Île-de-France, la Mairie de Paris, Air France,…). Un Festival d'automne qui s'appuie également sur de généreux mécènes tels que la Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent, la société anonyme Baron Philippe de Rothschild, EDF, le Crédit Coopératif, Arte, etc."

Toute idée est bienvenue.

Addendum : Jeanne Smits avait annoncé ce spectacle il y a 6 mois. La représentation prévue à Toulouse ne sembla pas avoir eu lieu. L'AGRIF devrait intervenir contre la représentation à Paris.

Partager cet article

24 commentaires

  1. Comme pour le satanisme : EXORCISME TOUS LES JOURS

  2. Reprendre le dossier de presse, et en faire des parodies avec les autres religions…
    Bref, si on fait réagir les gens avec les autres religions, ils seront obligés de faire de même avec la notre….
    Mais question: le plus simple ne serait-il pas d’ignorer car un tel projet aussi nul devrait faire un bide tout seul, tandis qu’en polémiquant on lui fait de la pub et donc du succès…

  3. Je vais finir par croire au diable.

  4. Encore aujourd’hui, on crache sur le Seigneur, on le roue de coups, on le flagelle, on se moque de lui et on le crucifie…

  5. “Toute idée est bienvenue.”
    J’hésite entre l’alerte à la bombe et l’incendie volontaire (ah, mince, on me dit dans l’oreillette que l’idée a déjà été expérimentée au cinéma Odéon il y a 25 ans).
    En fait, à part la prière (intercession et réparation), je ne vois pas.

  6. Quelle puanteur…

  7. Les gène – t – Il donc tant que ça ?

  8. “C’est de l’humour …”
    m’a-t-on répondu.
    Dans ces cas-là, réciter : Que soit béni le Saint Nom de Jésus-Christ.

  9. Allons y tous !? Allons y … Ah çà ira, çà ira, çà ira… Ils n’attendent que nous pour les applaudissements !

  10. “le Ministère de la Culture, le Ministère des Affaires étrangères et européennes, le Conseil Régional d’Île-de-France, la Mairie de Paris, Air France,…). Un Festival d’automne qui s’appuie également sur de généreux mécènes tels que la Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent, la société anonyme Baron Philippe de Rothschild, EDF, le Crédit Coopératif, Arte, etc.”
    Donc voilà où il faut agir : appeler les entreprises privées et leur demander si elles approuvent le fait que leur nom soit associé à cette immondice antichrétienne.
    Faire plier les sponsors comme à Avignon, ou au Hellfest et si possible AVANT que ne commence la manifestation.
    Il faut commencer par Air France.
    Le reste de ce mécenat sataniste (ministères tenus par des dépravés, mairies tenues par des folles, une chaine télé donnée au lobby homo, les satanistes de chez Rothschild, la fondation Bergé homofolle…) y participe avec fanatisme, et revendiquera son antichristianisme.
    @Cyrano : Pub ou pas, il n’y aura pas de public, sinon les institutionnels. Il n’y aura aucune recette et le “montage” ne compte pas dessus. Ils s’en foutent, du public et de ces menues pécadilles. Ce genre de choses ne se monte qu’à travers le financement externe.
    Comprenez, ces représentations sont écrites et conçues comme des messes noires, des raptus de haine, et leur but, ce n’est pas le spectateur, car il n’y en aura pas, mais simple fait d’être monté, et d’être tenu, avec l’appui officiel, institutionnel, et de prestige. Pour les gens qui les conçoivent et les financent, le but est de faire d’un projet blasphématoire, d’une offense au Christ un “objet institutionnel”, élément de la “religion civique”, élément de culture officielle -> Une anti messe, une anti cathédrale… C’est un acte de prise de pouvoir dans le champ de bataille culturel.
    La vraie recette, c’est l’applaudissement d’un ministre dépravé, et en bonus celui d’un archevêqie soumis “qui ne veut pas faire polémique”, “qui est ouvert” etc.
    Le public, les recettes, c’est le travail d’autres, à travers les “productions” desquels cette perversion perlera vers le bas, peu à peu, dans les médias de divertissement populaire, plus lentement, plus déguisée, mais tout aussi certainement.

  11. Malleus exprime une terrible réalité : ces spectacles sont de la sorcellerie et il faut redoubler dans la prière du Rosaire, parce que ces pauvres âmes n’ont pas compris que, dans la guerre qu’elles font à Dieu, sans conversion radicale, elles vont à leur perte.

  12. c est de la provocation, que le feu du ST ESPRIT nous protegent des oeuvres du diable.
    exorcismes et chapelet.
    recitons souvent
    Auguste Reine des cieux souveraine maitresse des anges vous qui avez reçu de DIEU le pouvoir et la mission d écraser la tete de satan, nous vous le demandons humblement envoyez les légions célestes pour que sous vos ordres elles poursuivent les démons, les combattent partout répriment leur audace et les refoulent dans l abime, QUI EST COMME DIEU
    o bonne et tendre mère vous serez toujours notre amour et notre espérance
    O divine mère envoyez les saints anges pour nous défendre et repousser loin de nous le cruel ennemi.
    STs Anges et Archanges gardez nous, defendez nous
    amen

  13. je rêve de tous les fidèles parisiens et plus dans une grande procession de Notre Dame de Paris ce prochain 8 décembre suivie de tous les grands saints de Paris sainte geneviève saint Louis… avec tout l’apparat catholique liturgique emmené par le cardinal archevêque et tous les curés prêtres religieux religieuses enfants de choeur scouts fidèles fidèles tout le Paris qui prie faisant le grand tour de la ville chaque église chaque sanctuaire avec des lumières partout chapelets et chemins de Croix de réparation et dans chaque cathédrale de France pareil chaque évêque et tous les fidèles l’Eglise de France debout pour son Dieu sa Sainte Mère l’Enfant de la crêche L’Homme des douleurs Celui du Calvaire le Ressuscité Le Roi le Juge l’Amour Infini une immense chaine du 8déc au 17 decembre prochain

  14. Idées :
    1°) Ameuter tous les catholiques d’Ile-de-France pour un rosaire de réparation en-dehors du Théâtre du Rond-Point. La réparation est le 1er devoir à remplir : c’est Notre-Seigneur qui est offensé, c’est Lui qui est visé. L'”opinion catholique” n’est ici qu’anecdotique.
    Il est à noter qu’une offense publique nécessite une réparation publique… et non simplement privée, comme l’objectent parfois certains.
    2°) Dégrader le plus possible les conditions de représentation de la “pièce”. Ainsi, les futurs organisateurs d'”évènements” de ce genre réfléchiront à deux fois avant d’affronter les énormes difficultés matérielles qu’ils risquent d’encourir. Rappelons-nous que les deux oppositions musclées aux kiss-in de Paris et de Lyon l’année dernière ont dissuadé pour longtemps certains lobbies de se frotter aux catholiques de nouveau.
    Il ne s’agit évidemment pas de blesser qui que ce soit. Mais soyons créatifs : perturbations dans la salle par des cantiques, des chapelets clamés à haute voix de façon impromptue au cours des représentations, bombardements d’oeufs pourris sur la scène (hmm… ça donne envie d’être acteur ! ^^), de bombes à eau, de boules puantes… d’une manière générale : de tout ce qui peut être désagréable et sans danger. Ne pas épargner le “public”, bien évidemment.
    3°) Tracter massivement en amont et en aval des représentations (ou utiliser facebook, twitter, la radio, la TV, que sais-je…), afin de court-circuiter la campagne médiatique anticatholique qui risque de nous tomber dessus au cours des évènements… et de mettre les choses au clair pour les âmes de bonne volonté qui accepteraient de considérer tout cela avec honnêteté.
    D’autres idées ?

  15. Je propose que le Salon Beige, ou Civitas créent un groupe facebook type “action(s)/veille contre la cathophobie”, profitant de leur notoriété pour constituer rapidement un socle de “lecteurs-suiveurs” :
    – Là, les auteurs pourraient donner des objectifs : écrire (téléphoner) à telle ou telle entreprise, et publier leur réponse.
    ex : aujourd’hui, tout le monde écrit ou téléphone à la fondation Air France pour demander : à quelle hauteur s’élève le financement d’Air France / La Fondation Air France savait-elle que cette pièce était au programme / approuve-t-elle de voir son nom associé à ce spectacle etc.
    – Le tout, entreprise après entreprise, sponsor après sponsor… Avec des récapitulatifs ensuite sur les sites respectifs.
    – Le tout est de produire une action avec des objectifs simples et modérés, pour entraîner le plus d’énergies chrétiennes ensemble, en évitant les réactions désordonnées ou contreproductives (nos adversaires n’attendent que ça).
    L’avantage de Facebook est qu’il a acquis une telle notoriété dans l’imaginaire collectif que toute initiative un tant soit peu construite y gagne une médiatisation importante.
    Au bout de quelques jours, il y aura des titres dans la presse : probablement hystériques, mais peu importe. L’essentiel est d’attirer le plus possible l’attention du public encore normal sur cette manifestation infâme, et entrainer la mobilisation des chrétiens ou des gens de bon sens qui en sont encore à lire ces vieux medias et qui seront forcément interpellé par l’affaire.
    Si dans Libé ou le Monde on a : “Les cathos frange dure se mobilisent contre le théatre sur Facebook”, ce sera l’effet boule de neige.

  16. Prier, et appeler dès maintenant le theatre où doit se tenir ce “spectacle”. S’ils perçoivent une mobilisation 5 mois avant, ça peut les refroidir…

  17. Se regrouper et acheter TOUS les billets de TOUTES les représentations ?

  18. Le cardinal archevêque de Paris et son clergé n’ont-ils rien à dire? Le monde entier regarde ce qui va se passer…(Plume, d’Amérique)

  19. D’accord avec la plupart des idées suggérées ci-dessus, mais avec quelques ajouts, que je synthétiserais ainsi :
    1) D’abord, il faut agir en esprit de FOI. Ne pas considérer d’abord l’aspect purement humain (une communauté parmi d’autres qui demande à être respectée, comme le demandent les « juifs », les « gay », les « noirs », etc.), mais l’offense à l’unique Seigneur, l’unique Créateur, l’unique Rédempteur de tous les hommes, Jésus-Christ. Cette offense appelle réparation. Cela n’exclut évidemment pas d’employer AUSSI d’autres arguments qui peuvent être porteurs médiatiquement (montrer par exemple qu’on se permet contre les catholiques ce qu’on ne se permettrait jamais contre d’autres), mais ce ne doit pas être la tonalité principale. Il est important d’affirmer courageusement notre foi, sans se ravaler de façon égalisatrice au rang des autres groupes sociaux et des autres religions. C’est là un point délicat, face à des gens qui n’ont pas cette foi, mais un point important. (Et cela seul, finalement, permet de bien comprendre la situation. Car c’est précisément parce que Jésus-Christ est le SEUL vrai Dieu que l’enfer s’acharne ainsi contre lui. C’est parce le catholicisme est LA SEULE vraie religion qu’elle est la seule à être ainsi offensée.)
    2) Ce qui implique qu’il y a, en réalité, deux réactions de nature différente :
    a) une réaction de nature proprement RELIGIEUSE, qui est la RÉPARATION. Celle-ci soit toujours se faire de façon calme, digne, et paisible. Elle est d’abord adressée à Dieu et elle est d’abord intérieure, mais, comme l’offense est publique, elle doit AUSSI se faire de façon publique, sous forme de rosaires publics, chemins de croix, processions, etc. (afin que l’honneur de Dieu soit publiquement « vengé »)
    b) une réaction à la fois religieuse et politique, qui est la PROTESTATION face à ces attaques contre notre foi. Ces protestations peuvent prendre des formes diverses, plus ou moins pacifiques, et sur des terrains très divers (depuis l’entrée du spectacle en question jusqu’aux forums de discussion internet, en passant par le compte en banque de ceux qui financent ce blaphême public.)
    Il me semble important de bien distinguer ces deux plans si l’on veut être efficace. (Bien sûr, certaines actions peuvent conjuguer les deux aspects. Mais cela n’empêche pas de bien distinguer pour mieux unir.)
    3) N’oublions pas que nous luttons contre des forces sataniques. Même les actions de 2e type (protestation) gagnent à être soutenues par la prière, la pénitence, le petit exorcisme, l’eau bénite, etc.
    4) Pour l’action proprement RÉPARATRICE, il semble normal qu’elle soit aussi publique et aussi répétée que l’offense. L’idéal serait que TOUS LES JOURS, ait lieu une prière réparatrice devant l’entrée du spectacle blasphématoire. Cela implique de s’organiser dans la durée. Pour cela, le mieux serait de favoriser les initiatives diverses (de différentes paroisses, différents groupes, différentes sensibilités), avec, pour aider, un comité de coordination assez large (depuis les paroisses les plus conciliaires jusqu’à la FSSPX, en passant par les charismatiques, les « Ecclesia Dei », etc.) Si ces gens se considèrent trop différents pour prier ensemble, peu importe. Qu’ils s’entendent au moins pour ne pas se marcher sur les pieds, et que le terrain soit occupé tous les jours. Beau défi d’unité catholique !
    5) Bien sûr, une grande manifestation unitaire n’est pas à exclure. Elle serait même souhaitable. Mais elle ne pourra pas se reproduire quotidiennement. Donc, pour les autres jours, donc : subsidiarité ! Place aux initiatives diverses, avec seulement un comité qui veille à la bonne entente entre tous.
    6) Pour la PROTESTATION, beaucoup de bonnes idées ci-dessus.
    7) Le plus important : nous avons besoin des évêques. Si certains acceptent de RÉPARER PUBLIQUEMENT, quel impact cela aura ! Mobilisons-nous dès maintenant pour les convaincre.
    8) Grand obstacle : le préjugé « il ne faut pas en parler, ça leur fait de la publicité ». On y a bien répondu ci-dessus. J’ajoute : Dieu ne permet le mal que pour en tirer un plus grand bien. Si nous savons bien réagit, ce blasphème public peut même être une occasion d’évangélisation. A nous d’être à la hauteur !

  20. Préparer des affiches (exactement du format de celles qui orneront les panneau dudit théâtre en vue de recouvrir celles du spectacle du 8-17 décembre):
    “notre prochain spectacle: La Mecque Picnic” reprenant en adapté tout l’argumentaire du dossier de presse.
    [Un pastiche visuel de l’affiche officielle serait un plus, mais demanderait une créativité au quart de tour.]
    En envoyer un exemplaire aux sponsors accompagné d’une demande de subvention.

  21. il est né en 64, Rodrigo….D’où je ne peux m’empêcher de conclure qu”aux âmes mal nées, l’impudeur persiste au fil des années”….Pardon, c’est facile, mais ça soulage!
    Si j’habitais Paris, j’irais à une représentation, avec un arsenal de sifflets (police, marine, brume…..), plus un magnétophone chargé de cantiques chantés par des voix corses ou basques.

  22. “Joué précédemment en Espagne, ce spectacle blasphématoire y avait provoqué un véritable tollé, suscitant une question au Parlement, puis des manifestations devant le théâtre. A quoi le metteur en scène Rodrigo Garcia se contente de répondre : “Mes pièces sont toujours mal reçues. Une bonne partie du public est bête (…)”. ”
    http://www.laportelatine.org/archives/communic/2011/civitas110715/golgota_picnics.php

  23. Mais qu’est-ce qu’on attend pour lancer une campagne d’informations contre ce “spectacle culturel” ? Nous serions aux USA que déjà on en parlerait sur tous les blogs catholiques et protestants, que l’on intenterait une action en justice contre ce producteur et que l’on marcherait dans les rues. Pourquoi ne pas faire cela en France ? Pourquoi ne pas faire une action commune avec les protestants comme en Amérique ? Y compris faire des cérémonies de réparations religieuses face à ce blasphème. Prière et Action.

  24. Je remercie de tout coeur les Espagnols qui ont fait un “tollé” à cette pièce qui est répugnante. Je suis d’accord avec la plupart d’entre vous. Le Christ est à nouveau raillé, bafoué, offensé et crucifié. A nous de répondre déjà intimement par le rosaire, l’Eucharistie, la prière à Saint Michel et offrir toutes nos croix de tous les jours en réparation. Si d’autres peuvent le faire au “grand jour” par des “manifestations pacifiques” malheureusement, vu mon état de santé, je ne pourrai y participer. Mais ma prière vous accompagne.
    Ce qui me blesse et me peine, c’est le “silence assourdissant de nos Evêques…!”
    ” O Père, daigne nous faire Miséricorde par la Passion de ton Fils bien-aimé, sauve nos âmes et celles du monde entier”. Pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font.Amen.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services