Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Nous sommes des catholiques radicalisés

Nous sommes des catholiques radicalisés

Il va falloir ouvrir des camps de déradicalisation…

Yann Raison du Cleuziou, maître de conférences à l’université de Bordeaux, est interrogé dans La Croix suite au sondage indiquant que quatre électeurs catholiques sur dix ont voté Marine Le Pen ou Éric Zemmour, et 69% des musulmans pour Jean-Luc Mélenchon.

Le score d’Éric Zemmour chez les pratiquants réguliers, soit plus du double de la moyenne nationale, montre une radicalisation de cette frange du catholicisme. Par ailleurs, une enquête pour La Vie de mars 2022 montrait que ce vote pour Zemmour repose sur une dynamique spécifiquement religieuse: 71 % des électeurs catholiques qui votent pour lui le font au nom de leurs convictions religieuses.

C’est très différent du vote Marine Le Pen puisque la candidate du RN obtient 21% chez les pratiquants réguliers, 26% chez les pratiquants occasionnels, et 29% chez les non pratiquants. Plus il y a un détachement de la pratique religieuse, plus le vote en faveur de Marine Le Pen augmente, au contraire du vote Zemmour.

Éric Zemmour a permis la structuration politique d’une droite catholique conservatrice, et par sa rhétorique (le «grand remplacement») il a contribué à la tirer vers l’extrême droite. Cela s’explique par plusieurs facteurs. Des facteurs politiques liés à la reconfiguration partisane d’abord. Les courants catholiques conservateurs, qui se sont réaffirmés depuis la Manif pour tous, se sont dispersés après 2013 dans tous les partis de droite. Dans ces formations, les catholiques conservateurs (Sens Commun chez LR, le Cercle Fraternité au RN…) ont été mis en échec et marginalisés. Éric Zemmour a accordé à ces réseaux catholiques conservateurs une place centrale, une notabilité qu’ils ne parvenaient pas à avoir dans leur précédent parti. Jean-Frédéric Poisson ou Laurence Trochu n’ont jamais eu autant d’exposition médiatique que depuis leur ralliement à Reconquête!.

Cet engouement repose aussi sur le positionnement d’Éric Zemmour et la manière dont il construit les enjeux politiques. Il accorde une place cardinale au catholicisme dans la définition des défis politiques que la France doit relever dans les prochaines décennies. Pourquoi ? Parce qu’il fait du catholicisme l’origine de l’identité nationale. Il en fait ensuite la matrice des formes de gouvernement qui existent en France, lesquels accordent une grande importance à la liberté politique et à la laïcité. Enfin, il en fait le marqueur des mœurs majoritaires. Par conséquent, pour Éric Zemmour, l’effondrement statistique du catholicisme pose des problèmes fondamentaux à la France. Et ces problèmes sont selon lui aggravés par des flux migratoires qui tendent à importer une autre forme de civilisation sur le territoire, une forme de civilisation qu’il identifie à l’islam. Ce discours a été abondamment mis en scène, et suscite un engouement certain chez les catholiques qui pensent que leur religion à une dimension civilisationnelle.

Les catholiques conservateurs sont conscients du déclin du catholicisme mais ils ont le sentiment qu’ils sont les seuls à anticiper les effets sociaux profonds que ce déclin va susciter. Cette indifférence les accable. Éric Zemmour vient leur apporter de la reconnaissance et les confirmer dans leur vision de la décadence de la France.

Et cette statistique perturbe la rédaction de La Croix, qui ne voit pas malice à ce que des catholiques puissent voter Macron ou Mélenchon. PMA, avortement et euthanasie sont des sujets négligeables pour cette rédaction quand il s’agit d’aller voter…

Partager cet article

16 commentaires

  1. la Révolution nihiliste de la “mort de Dieu ” et de l ‘inversion généralisée des valeurs va aboutir à un super Bataclan , qui sera une réplique française de Constantinople 1453.

  2. La “rédactrice en cheffe” de la Croix est à la religion Catholique ce que Sandrine Rousseau est à EELV : la machine à débiter des co****ies au kilomètre ou à la tonne.
    Que 69% de l’électorat musulman vote pour Mélenchon ne semble pas l’interpeller.

  3. Je sais que le propos risque de paraître un peu dur aux partisans de l’extrême-Centre, mais je me demande souvent, très sérieusement, si Isabelle de Gaulmyn et une bonne partie des rédacteurs de La Croix (gommée) ne sont pas tout simplement des satanistes.
    Comment expliquer autrement leur soutien constant aux politicards assassins ?
    Non seulement ces journalistes pourris de “La Croix” (gommée) ne s’opposent jamais efficacement aux partisans de l’avortement, mais ils admettent sans grande émotion que des catholiques puissent voter pour Macron-Assassin alors même que celui-ci annonce son intention de massacrer les vieillards, en légalisant l’euthanasie !
    Isabelle de Gaulmyn est-elle vraiment totalement inconsciente ?
    Ou sataniste ?

  4. La radicalité évangélique pousse à voter contre l’antéchrist Macron.

  5. Quelle mauvaise foi. Il passe sois silence le fait que Zemmour était de loin le plus clair des candidats sur les points non négociables… pour ma part j’ai voté pour lui pour cette raison principalement.
    Ses positions sur l’immigration et la laïcité sont incohérentes et en partie démagogiques, même si bien sûr il a raison de poser la question grave de l’islamisation du pays.

    • Je me permets de vous demander des précisions sur la fin de votre message: quelles sont les positions de Zemmour sur l’immigration et la laïcité que vois trouvez incohérentes?

  6. Le vote pour Zemmour des catholiques aurait dû être encore plus proche des 100%. Quant à leur prochain vote le 24 Avril, il ne peut pas être autre que MLP car notre devoir est d’élimiber le malfaisant macron!

  7. C’est bien embêtant pour les responsables de “La Croix” car leur salut est gravement menacé, à deux titres. C’est une question de “coopération formelle” au mal, et avec les lois dites “bioéthiques” il n’est pas possible de dire qu’on n’est pas au courant.
    Le CEC est clair: celui qui par sa participation rend possible un avortement est coopérateur du mal. Bien sûr il y a des gradations: celui qui fait le ménage n’est pas impliqué de la même manière que celui qui pratique l’avortement; et même ce dernier voit sa responsabilité diminuée lorsque son refus aurait pour conséquence la mise en graves difficultés de ses proches (perte d’emploi…)
    Mais celui qui endosse pleinement l’entière responsabilité est le législateur qui vote la loi, et en particulier celui qui la prépare. Et derrière ces personnages, l’électeur qui leur a donné le pouvoir de le faire, sans pouvoir l’ignorer.
    Davantage coupable encore est celui qui a coopéré au mal en diffusant des informations fausses ou tronquées, en utilisant son influence sur les électeurs, en refusant de les avertir alors que par sa position il en a la possibilité.
    Non vraiment, à la place des responsables de ce journal et ses semblables, je ne dormirais sans doute plus: quelle éternité m’attendrait?

  8. “Une radicalisation de cette frange du catholicisme”. C’est hallucinant de lire une telle expression dans une revue se disant catholique. Parce que nous avons voté pour quelqu’un qui défend sa patrie et les racines chrétiennes de la France, s’oppose aux dérives des lois sociétales et à une immigration excessive, parce qu’il est “clivant” et bien-sûr d’esstrème drôaaate, alors nous sommes “radicalisés”. Il faut lutter contre cette dérive sémantique car les mots bientôt n’auront plus aucun sens. Heureusement ce phénomène s’use de lui-même.

    • Pour ma part, si être radicale signifie retrouver nos racines, j’endosse volontiers le qualificatif!
      Même si, comme vous, je doute que du Cleuziou utilise ce terme de façon objective.

  9. C’est toute la rédaction de La Croix qui est composée de radicalisés et d’intégristes entristes et pseudo-progressistes, véritables terroristes de la police de la pensée unique !

    Comment ce torchon anticatholique peut-il être la voix autorisée de la CEF ? Comment des extrémistes, comme ceux qui composent la rédaction du torchon précité, peuvent-ils diffamer la foi authentique de l’Eglise catholique en soutenant la candidature du Boucher de l’Elysée qui a allongé le délai légal d’extermination de l’enfant à naître de 12 à 14 semaines ? Pourquoi la CEF ne dénonce-t-elle pas ce torchon qui soutient l’Hérode élyséen sans aucune nuance ? Pourquoi ces extrémistes, exterminateurs d’enfants, parlent-ils au nom des catholiques ? Pourquoi ce torchon diffamatoire soutient-il le meurtre aggravé de près d’un quart de million d’enfants à naître par an ? A ma connaissance, même les Nazis allemands n’étaient pas habités par une telle cruauté bestiale, inhumaine, démoniaque, envers la vie intra-utérine. Que ce torchon pseudo- et anticatholique puisse soutenir le candidat de la boucherie des enfants à naître en dit long sur l’identité véritable de cette publication renégate et scélérate et faisant l’apologie de l’assassinat des enfants à naître. La rédaction de La Croix, Isabelle de Gaulmyn en tête, est composée d’épouvantables assassins hérétiques. Dommage que l’Inquisition est éteinte depuis un certain temps.

  10. Le programme d’Eric Zemmour était objectivement et malgré ses défauts, le plus compatible avec la doctrine sociale de l’Eglise. C’est un fait.
    En revanche voter Macron est un péché. En effet les catholiques qui vonteront Macron pour la flat tax en fermant les yeux sur la légalisation de la GPA et de l’euthanasie sont comme les évêques en 1975 qui ont accepté la loi Veil sans ciller : des judas.

  11. Tous ces pseudos débats sur le racisme et l’antiracisme ne sont qu’une vaste blague, une immense tartufferie et un écran de fumée pour ne pas parler des vrais sujets.
    Qui veut noyer son chien l’accuse de la rage ; qui veut disqualifier son opposant politique ou son contradicteur l’accuse de racisme.
    Ce n’est qu’une tactique politico-politicienne, des plus basses et des plus sournoises, mais la matérialité du “racisme” que l’on croit dénoncer ici ou là est bien faible, voire inexistante. Car enfin que fera vraiment Marine Le Pen si elle est au pouvoir ? Tout au plus renverra-t-elle avec un peu plus de fermeté les déboutés du droit d’asile, les fichés S et les binationaux s’étant rendus coupables de crimes graves. Y voir du racisme, c’est vraiment de l’imbécilité.

    La réalité, qui est derrière cet écran de fumée, c’est qu’un peuple, le peuple français, pourrait se montrer quelque peu rebelle, quelque peu indépendant, manifester un début de conscience de sa souveraineté en s’écartant un tantinet du programme qui nous est imposé depuis plusieurs décennies, à savoir l’intégration progressive de notre État au sein du super-ensemble européen lequel est totalement sous l’emprise de l’Amérique. Et ça, le système en place n’a pas du tout envie qu’on le fasse, il ne veut pas du tout qu’on décide de prendre un autre chemin. Il y a trop de gens qui ont trop d’intérêts à cette mondialisation forcée sous l’emprise américaine. Alors le système échauffe les esprits avec ces histoires à dormir debout de racisme, de danger du fascisme et autres billevesées de même farine. Mais c’est une blague, c’est un écran de fumée.

Publier une réponse