Bannière Salon Beige

Partager cet article

Europe : politique

Nous ne règlerons pas le problème de l’immigration extra-européenne par la guerre avec le monde musulman

Extrait de la dernière tribune d'Aymeric Chauprade qui mérite d'être lue en intégralité :

AC_une-275x270"(…) Chacun sait que je ne suis pas favorable à l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne, et cela pour une raison simple : non seulement les Turcs ne sont pas Européens, mais l’idée même d’Europe s’est en partie forgée dans l’opposition aux Turcs ottomans. Le monde turcophone est une aire culturelle qui dispose de ses propres critères de civilisation, et qui ne se limite pas à la différence religieuse avec les Européens. Et si j’étais méchant je dirais que comme je ne leur veux pas de mal, je n’ai aucune raison de leur souhaiter de monter à bord d’un bateau qui coule.

Pour autant, ni l’affection particulière que l’on peut avoir pour le peuple arménien, ni l’opposition à la candidature turque à l’Union européenne, ni l’hostilité de certains à l’AKP (le parti islamiste turc qui gouverne), ne doivent affaiblir notre sens du discernement.

J’ai noté, ces derniers temps, que chercher des querelles avec « l’ennemi musulman » était une pente à laquelle cédait facilement nombre de défenseurs des identité française et européenne. Quand on entre dans ce genre de logique, il convient d’observer une règle de bon sens qui consiste à se demander pour « qui roule-t-on vraiment ?». Il est évident que tout ce qui conduit à l’aggravation des relations entre les peuples européens d’un côté, les Iraniens, les Turcs et les Arabes de l’autre, sert les Américains et les Israéliens mais certainement pas les Européens. Que les choses soient dites clairement à ceux qui pensent qu’Huntington a la solution : nous ne règlerons pas le problème de l’immigration extra-européenne par la guerre avec le monde musulman (…)"

Vous savez le rôle que le Salon Beige joue chaque jour dans la lutte contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme; vous connaissez notre pugnacité à combattre chaque jour contre l’avortement, l’euthanasie, le mariage pour tous, la PMA, la GPA et toutes les dérives libertaires.

Le Salon Beige ne remplace pas votre rôle dans ces combats, il les facilite, les accompagne et les stimule<;

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

9 commentaires

  1. Il ne s’agit pas de déclarer la guerre au monde musulman mais de lui signifier simplement que nous ne souhaitons pas vivre selon ses critères passéistes, rétrogrades. Ils viennent dans n’importe quels pays d’Europe, il respecte les us et coutumes de nos pays dont nous devons défendre l’identité chrétienne et gréco-latine !!!

  2. C’est une paresse d’esprit assez commune de croire qu’on elimine les problemes en eliminant les hommes.

  3. Raccourci un peu rapide hélas qui va dans le même sens que sa dénonciation de l’autre raccourci…
    Et croire que l’on évitera une confrontation musclée avec le monde musulman – quel qu’en soit le représentant alors – est de l’angélisme.
    Mille ans d’histoire ont appris à l’homme sage que l’islam ne respecte que la force.

  4. L’article de M.CHAURADE est axé sur l’extérieur et sur les inconséquences de la polique suivie par les gouvernements successifs. Cette guerre n’est en rien la croisade comme nous le suggéraient les néoconservateurs à la tête du gouvernement américain.
    Mais l’islam est la promesse toujours renouvelée de la guerre unilatéralement déclarée pour la conquête du monde, fût-ce même contre les musulmans.
    Nous en avons l’illustratioin tous les jours sur les terres où se sont épanouis les “printemps” islamiques.
    Quant au règlement de l’immigration et de son corolaire l’islamisation de l’europe, aucune économie de force ni de courage ne pourra être faite par les gouvernements et par les peuples, car le petit “jihad” frappe quotidiennement sur les terres de vieille chrétienté.

  5. “il convient d’observer une règle de bon sens qui consiste à se demander pour « qui roule-t-on vraiment ?».” : Aymeric Chauprade travaille pour l’académie militaire du Maroc, un état dont la législation est basée sur la charia, avec notamment l’autorisation de la polygamie, qui ne reconnaît pas la liberté religieuse et persécute les chrétiens.
    “Il est évident que tout ce qui conduit à l’aggravation des relations entre les peuples européens d’un côté, les Iraniens, les Turcs et les Arabes de l’autre, sert les Américains et les Israéliens mais certainement pas les Européens.”. Les premiers ennemis de l’Europe sont donc Israël et les États-Unis. C’est aussi la thèse de Pascal Boniface, ancien conseiller en relations internationales au Parti socialiste. Une thèse contestable à mon avis. Dire que les Israéliens et américains sont plus dangereux que l’Iran ou les pays du golfe, qu’ils respectent moins les droits de l’homme me paraît sans fondement.
    Contrairement à ce que peut penser Aymeric Chauprade, les états musulmans ne seront jamais des alliés fiables. L’histoire l’a montré, et malheureusement la France n’a pas souvent été du bon côté. Pendant que les Autrichiens, les lansquenets allemands, les Polonais, les baltes et tant d’autres repoussaient la dernière tentative d’invasion turque de l’Europe à Vienne, la France faisait du commerce avec les Ottomans à travers les échelles du Levant. A Lépante ou à Malte, encore absente, ce furent les Italiens et les Espagnols qui barrèrent la route aux turques.
    Évitons l’amalgame : le problème ce ne sont pas les Iraniens, les Turcs et les Arabes, mais l’islam. Les Iraniens, les Turcs et les Arabes chrétiens vivent aujourd’hui le martyre. Et bientôt, il n’y aura plus de chrétiens en terre arabe. Merci Bush-Obama, mais aussi merci l’UE et les élites occidentales.
    Étant donné que tous les états européens font de l’à plat ventrisme devant les nations musulmanes, y compris les dictateurs, le message d’Aymeric Chauprade s’adresse donc aux souverainistes et autres nationalistes. Je remarquerai à ce propos qu’aux États-Unis, les conservateurs sont autrement plus virulents envers l’islam que les conservateurs européens (cf Pamela Geller), et en particulier français qui ne se font pas beaucoup entendre, à l’exception peut-être de Bernard Antony. Pour qui travaillent-t-ils ?
    Aymeric Chauprade se place dans une optique de lutte entre l’Europe d’un côté et les États-Unis et leurs alliés israéliens, anglais, ou de l’ancien bloc de l’Est de l’autre. Une vision chiraquienne à mon sens tronquée et dangereuse, où les états musulmans seraient de meilleurs alliés de l’Europe que les USA.
    La guerre des civilisations n’a pas de rapport avec le problème de l’immigration. Celle-ci vient d’abord de l’échec complet des sociétés islamiques ou autres, et de leur incapacité à permettre aux gens de bien vivre, même si ce n’est pas tout le temps une question d’argent, mais aussi d’organisation de la société. Beaucoup d’immigrés viennent des classes aisées de leur société d’origine.
    Le problème de l’immigration musulmane, puisque c’est la seule qui pose problème dans le temps, se réglera je ne sais comment. Mais certainement pas en s’agenouillant devant un islam militant de plus en plus conquérant au nom « des intérêts de la France ».
    Le négationnisme du massacre des juifs pendant la seconde guerre mondiale est sanctionné par la loi, et pourtant nous ne nous sommes pas mis les Allemands à dos.

  6. Cet article de M. CHAUPRADE néglige totalement le passé. L’Europe a réussi à avoir des rapports apaisés ou presque avec des puissances islamiques que lorsque certains rois ou empereurs leur posèrent des limites : ainsi Louis XIV avec la ”Gran Turc” qui avait annoncé sa protection sur la liberté d’accès aux Lieux Saints et des populations chrétiennes du Liban.
    Il avait eu aussi et il y a eu ensuite des conflits armés : ceux du Moyen Age jusqu’à Lépante, ceux des Serbes et des ALBANAIS envahis, puis il y a eu plus tard ceux liés aux conquêtes et colonisation,à partir de l’expédition de Bonaparte.
    C’est ainsi sur des rapports de force souvent des guerres perdues par l’islam que l’Europe a pu ”pacifier” ses relations avec ce monde protéiforme, mais toujours conquérant.
    L’obsession anti américaine et anti sioniste ne peut masquer ce fait : l’islam a été utilisé par les deux Empires contre nous, autant d’ailleurs les soviétiques soutenant les ASSAD persécuteurs du Liban libre, que les Américains soutenant les indépendances en Afrique du Nord, voire même ayant sur l’expédition de SUEZ la même attitude que l’URSS.
    En réalité, le monde islamique est un canon sur notre tempe depuis ses débuts et la conquête de toutes les rives méditerranéennes, de Byzance à Cordoue. Et seule l’Europe avait su trouver le juste équilibre : la Russie qui succède à l’URSS et les Américains jouent de ces univers musulmans, arabe, perse et turc voire pakistanais ou autres, contre nous : mais nous en sommes les premiers responsables, quand nous nous sommes retirés de l’Histoire pour entrer dans la consommation socialisée à l’européenne.

  7. “il convient d’observer une règle de bon sens qui consiste à se demander pour « qui roule-t-on vraiment ?».” : Aymeric Chauprade travaille pour l’académie militaire du Maroc, un état dont la législation est basée sur la charia, avec notamment l’autorisation de la polygamie, qui ne reconnaît pas la liberté religieuse et persécute les chrétiens.”
    Chauprade est de plus un disciple de F. Thual je crois beaucoup de choses commencent à s’expliquer.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Thual

  8. “Que les choses soient dites clairement à ceux qui pensent qu’Huntington a la solution : nous ne règlerons pas le problème de l’immigration extra-européenne par la guerre avec le monde musulman.” (Chauprade)
    Encore un mensonge du parti islamophile français.
    Huntington n’appelait pas à la guerre contre le monde musulman. Il préconisait exactement le contraire : la reconnaissance du caractère irréductible de la différence musulmane, et par conséquent l’abandon de toute prétention à imposer au monde islamique la démocratie à l’occidentale.
    Chauprade se livre comme tant d’autres en France à la grossière manipulation dont sont coutumiers les partisans de l’Eurabie : il confond, d’une façon qu’on ne peut croire que délibérée, la constatation d’un état de fait avec l’exposition d’un objectif politique.
    Huntington, dans “Le Choc des civilisations”, a constaté le réveil de l’agressivité islamique envers le monde non musulman, et l’ancienneté historique de cet antagonisme. Constat dûment étayé et difficilement contestable.
    Ses détracteurs prétendent qu’il souhaitait cette hostilité et cet antagonisme, que son but était la guerre de l’Occident contre l’Islam.
    C’est d’une mauvaise foi à couper le souffle. C’est confondre l’agressé et l’agresseur. C’est confondre le constat et le but.
    Huntington disait exactement le contraire des propos que lui prêtent les “dénonciateurs” auto-proclamés du “choc des civilisations”.
    “Dénoncer le choc des civilisations” a à peu près autant de sens que “dénoncer” l’histoire de France, la disparition des dinosaures ou les lois de la thermodynamique.
    C’est précisément parce qu’Huntington connaissait toute la force historique de l’islam qu’il en voyait les dangers, et qu’il préconisait, non pas une guerre contre l’islam, mais une séparation, une mise à distance, de bonnes frontières qui font de bons voisins.
    C’est écrit noir sur blanc dans son livre.
    Je ne peux pas imaginer une seconde que quelqu’un comme Aymeric Chauprade ne l’ait pas lu.
    La conclusion s’impose d’elle-même.

  9. Robert Marchenoir
    Merci de préciser le contenu du livre de Huntington.
    “il confond, d’une façon qu’on ne peut croire que délibérée, la constatation d’un état de fait avec l’exposition d’un objectif politique.” : un peu comme l’Iréniste Alexandre Adler, avec lequel d’ailleurs il y a une vision assez semblable sur le monde musulman, ainsi que des divergences sur d’autres sujets.
    “C’est précisément parce qu’Huntington connaissait toute la force historique de l’islam qu’il en voyait les dangers, et qu’il préconisait, non pas une guerre contre l’islam, mais une séparation, une mise à distance, de bonnes frontières qui font de bons voisins.”: cela dit, cela mène historiquement à la guerre, celle-ci ayant toujours été voulue par le monde musulman (conquêtes continues depuis Mahomet, avec aujourd’hui encore la colonisation de Chypre). Mais finalement, dans l’histoire, qu’est-ce qui ne se termine pas par une guerre ?

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services