Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Euthanasie

“Nous demandons à être la main qui soigne, pas la main qui tue !”

Une tribune dans laquelle plus de 500 étudiants en médecine, réunis au sein de l'association Soigner dans la dignité, demandent une meilleure formation en soins palliatifs et s'élèvent contre le projet de légaliser l'euthanasie et le suicide assisté.

Partager cet article

4 commentaires

  1. Ca fait chaud au coeur de savoir que des jeunes sont contre.

  2. A propos de l’avortement, rappelons que la loi Veil-Giscard-Chirac de 1975 a été votée après une immense propagande et des chiffres invraisemblables, certains allaient jusqu’à 800 000 avortements par an.
    Dans son discours à l’assemblée, Simone Veil en a annoncé 300 000 par an. On sait aujourd’hui qu’à l’époque il y en avait entre 60 000 et 80 000 pas an.
    Le travail de propagande pour préparer la loi de 1975 a été exactement le même que celui employé pour préparer le terrain à la loi Taubira.
    Après le vote de la loi, le nombre d’avortements a augmenté pour passer à 134 000 avortement en 1976. Et ensuite on est graduellement monté vers 200 000.
    A l’époque, l’INED qui avait fait les études apocalyptiques pour Simone Veil a dit que les chiffres d’après1976 était sous-estimés car les médecins ne déclaraient pas les avortements.
    Le 31 décembre 1981, La loi Roudy a permis le remboursement de l’avortement par la secu. En 1982, le nombre d’avortements a peu bougé, ce qui indiquait que tous les avortements étaient bien déclarés.
    Il faut aussi se rappeler que la France vivait un énorme boum démographique au début des années 70.

  3. Ces jeunes nous donnent le bon exemple: quel réconfort, et quelle incitation à ne pas baisser les bras. Honneur à eux.

  4. Effrayant d’en arriver à ce que des étudiants soient obligés de réaffirmer de simples vérités premières comme si cela n’allait pas de soi !
    Et ils ne sont que 500 ! Cela en dit long sur l’état de délabrement de notre médecine…
    Je ne parle même pas [de ceux] qui constituent ce que l’on ose appeler un Conseil de l’Ordre !

Publier une réponse