Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / Immigration

« Nous avons commis l’erreur d’abandonner la politique d’assimilation »

Valeurs actuelles consacre un reportage à Xavier Lemoine, maire de Montfermeil. Celui-ci déclare notamment :

"On ne pourra pas résoudre la crise sans conduire une réflexion globale sur l'homme et sur les institutions sociales : l'économie a besoin de stabilité et de morale et l'on ne peut pas être vertueux en économie si l'on s'affirme libertaire par ailleurs. Tout se tient. La crise de l'école, par exemple, est aussi la conséquence de la désagrégation des liens familiaux."

"Beaucoup de concessions ont été faites à des revendications catégorielles au cours de ce quinquennat. Je pense au travail dominical comme à la théorie du genre. Christine s'efforce de promouvoir une culture de vie. J'ai la certitude qu'elle ne cédera ni sur l'euthanasie ni sur le mariage homosexuel".

"Il est faux de croire que rien n'a été fait sur l'humain. La République n'a pas abandonné les banlieues : 12 milliards d'euros ont été engagés par l'État dans le cadre de la rénovation urbaine depuis 2004. Mais nous avons fait fausse route en érigeant le droit à la différence en absolu. Le problème est d'ordre culturel. Plus de quarante nationalités cohabitent à Montfermeil. Certaines personnes, qui sont là depuis dix, quinze ou vingt ans, ne parlent toujours pas français. Comment pourraient-elles suivre la scolarité de leurs enfants ? Nous avons commis l'erreur d'abandonner la politique d'assimilation, traditionnellement pratiquée par la France à l'égard des étrangers, au moment même où s'affirmait un islam politique, minoritaire mais déterminé. De sorte que des communautés à la démographie dynamique s'organisent en autarcie autour de règles et de valeurs qui ne sont pas les nôtres."

Partager cet article

8 commentaires

  1. L’assimilation est impossible. Assimiler: rendre semblable, adopter les même signes. Comment un musulman peut-il s’assimiler? Quand il doit ne pas adopter les « vêtements des impis »? Ni leur morale? Comment adopter la même cuisine?
    En Algérie, en 132 ans, il n’y eut pas d’assimilation, alors que la société française y était plus attrayante que dans la France des années récentes.
    Soustelle ne parla que d’intégration. Il s’agissait d’intégrer la province d’Algérie, c’est à dire son administration et la faire bénéficier des avantages sociaux dont jouissait – déjà – la métropole.
    Jamais il n’a pensé à l’abandon par les musulmans d’Algérie de leurs moeurs.
    Xavier Lemoine est un naïf décillé. C’est mieux qu’un naïf aveugle, mais ce n’est pas suffisant.

  2. C`est pour cela que les frontieres ont été inventées. Mais les mondialistes cherchent a les détruires.

  3. « nous avons fait fausse route en érigeant le droit à la différence en absolu. Le problème est d’ordre culturel. (…) Nous avons commis l’erreur d’abandonner la politique d’assimilation » : pas « nous », mais les intellectuels de gauche et autres associations « antiraciste », pour diaboliser le camp d’en face.

  4. Etonnant, ce commentaire de Clément!
    On croirait un commentaire visant des protestants à l’époque de la révocation de l’Edith de Nantes!
    Totalement surréaliste!
    D’abord il serait temps une fois de plus de cesser d’amalgamer musulman et maghrébin, mais là n’est pas le coeur du sujet!
    Parler de la « société française » en Algérie d’il y a 132 ans est … amusant!
    Il faudrait dire d’abord de quoi était composée la première génération civile de migrants français des années 1850: quelques militaires et quelques fonctionnaires, certes, mais surtout des bagnards, des relégués et des transportés, avec plusieur contingents de prostituées en vue du peuplement européen de la colonie…Exactement ce qui s’est passé à la même époque dans toutes les zones de colonisation, notamment en Australie, la terre des fameux « convicts » britanniques…
    A ceux là s’adjoignirent d’authentiques colons étrangers dont le fameux Henri Dunand, suisse, qui poursuivra Napoléon III – pour obtenir la création d’un canal d’irrigation – jusque sur les champs de bataille d’Italie, avec les conséquences que l’on sait…
    La société « française » en Algérie était donc alors quelque peu « disparate », on le comprendra aisément…
    C’est alors que la France a pris la plus odieuse décision qui soit, qui allait définitivement créer un fossé, avant toute tentative d’assimilation, entre les naturels algériens et les migrants: le monstrueux décret Crémieux!
    Là, en pleine Algérie, française en devenir, le colonisateur a pris la décision d’offrir la nationalité française à tous les étrangers qui s’y trouvaient notamment les juifs, mais pas seulement: espagnols, maltais, etc, furent ainsi « francisés »…aux dépens des indigènes, les seuls exclus!
    C’est un cas unique dans l’histoire des colonisations occidentales!
    Une des plus grandes fautes politiques de l’histoire moderne…
    La société algérienne en cours d’élaboration au début des années 1880 ne s’en remettra pas, et se construisit sur cette fracture d’apartheid!
    Et ce premier refus de la France d’intégrer les populations locales allait être un premier pas vers le refus d’assimilation…
    Ajoutons que ce refus est aujourd’hui promu en France comme une doctrine où l’on se doit d’enseigner des « racines africaines » à des bambins, certes foncés, mais nés à Nogent, de parents nés à Saint Denis pour qui les rives du Niger sont beaucoup plus étrangères que les quais de Gennevilliers!
    Gaston Kelman, le camerounais « bourguigon », l’a magistralement dénoncé dans son pamphlet: « Je suis noir mais je n’aime pas le manioc »
    Cela fait cinquante ans que nos bonnes consciences de la gôche française font tout pour empêcher ces immigrés là de s’assimiler au nom du respect de la sauvegarde d’une culture qui n’est pas la leur: c’est celle que certains veulent leur imposer en raison de leurs origines!
    Finalement les vrais racistes, ce sont les anti-racistes qui font de la lutte contre l’assimilation le fer de lance de leur action de soit disant « intégration ».
    Que cela soit un échec est une évidence dénoncée depuis déjà des décennies.
    Que monsieur Lemoine le rappelle est une bonne chose au vu de sa position…
    Que d’aucuns s’imaginent qu’une sénégalaise de souche ne pourrait pas cuisiner un excellent coq au vin est totalement navrant et totalement contraire à la réalité…
    Alors de grâce, n’empêchons pas des gens, parfaitement capables d’assimilation, de le faire, au nom de préjugés que nous leur portons!
    Il est évident que comme partout il y a une frange de marginaux qui feront le lit de la délinquence, et il est évident que cette frange, dans le contexte d’une immigration incontrôlée de désespérados déjà incapables de s’intégrer dans leur propre sociéte, va être plus importante qu’on ne le souhaiterait…Et qu’on ne peut la maîtriser facilement…
    Et c’est pourtant le premier souci des communautés concernées: un peu comme les rapports entre les napolitains et les mafieux…
    Mais refuser à ces communautés la capacité d’assimilation que beaucoup de leurs membres aspirent à obtenir, c’est totalement injuste et extrêmement dangereux: cela ne peut que conduire à rejeter la fraction très majoritaire assimilable et productive dans les bras de l’extrêmisme…
    On l’a déjà fait…il y a 131 ans…

  5. Je souscris aux commentaires de Clément.
    A l’heure où une véritable politique de substitution de population est imposée à la France par ses gouvernements successifs, et ce depuis 36 ans,
    – par immigration allogène/avortement autochtone,
    – par intimidations et spoliations aboutissant à un véritable nettoyage éthnique sur des pans entiers du
    territoire,
    – par discrimination couverte légalement et brimades institutionnelles des réactions naturelles de défense
    – par abandon du cadre moral et culturel proprement français, quoique déjà continument anticatholique,
    et ce depuis des lustres,
    – par cessions sauvages des parcelles de la terre des ancêtres, de la patrie, pour les prochaines 72000
    mosquées-casernes ?
    – Etc,
    l’unicité de la France est condamnée, sinon déjà brisée. Les Français doivent par conséquent se préparer à vaincre pour survivre ou… Nous le savons.
    Je salue le courage de M.LEMOINE, il ne doit pas avoir que des amis à l’UMPS…
    Mais l’assimilation est aussi illusoire que l’intégration puisque c’est nous Français de type caucasien qui devons nous intégrer de force aujourd’hui et non les invités, voire les indésirables.
    Oui, le fossé est culturel, et, par voie de conséquence, il ne peut être comblé : le ravin est IN-FRAN-CHI-SSA-BLE.
    Un exemple, Monsieur le Maire : Le fondement de notre culture est basé sur le pardon évangélique. Or, pour un musulman, ce pardon n’existe pas. L’involution perpétuelle qu’impose l’islam fait que nous tous Gaulois, pris individuellement ou collectivement, sommes des croisés, des فر kafirs, nous sommes les mains de nos ancêtres qui se sont résolument opposés par le glaive et la Croix à eux, envahisseurs, infidèles et assassins . Les musulmans sont instruits dans la haine du roumi dès le plus jeune âge en vue de la pratique de la vengeance de ce que nos ancêtres leur ont infligé.
    Leur « hier » est un « aujourd’hui » dont nous n’avons pas conscience. Sinon, pourquoi une petite fille musulmane de mère Gauloise aurait-elle récemment dit à la mienne, en classe, que les Francs n’ont jamais battu les Arabes à Poitiers et que le cours du maître est mensonger? Ou encore, lors du convoi d’un « céfranc », cette insulte terrible :  » un chien de moins » lâchée sur le parcours vers le cimétière par un jeune allogène?
    La construction de mosquées, véritables écoles de guerre pour le jihad, a pour effet d’accélérer la réislamisation de ceux qui, finalement ne le demandaient pas. Et c’est la république qui assassina ses Vendéens pour leur foi qui incite à cette horreur?
    Petit enfant dans les années 60, maman m’avait dit qu’ « un jour ces gens-là allaient nous dominer ». D’instinct, Maman savait, ce que ni sa culture, ni ses fonctions ne pouvaient démentir.
    Les faits non plus.
    Las.

  6. Je souscris au commentaire de Clément, aussi.
    Comme je souscris au commentaire de Ethos.
    L’Islam est une religion de conquête. En conséquence, elle ne peut pas s’assimiler.
    Prétendre le contraire relève d’un angélisme suicidaire.
    Si les précédentes vagues d’immigration se sont assimilées, c’est parce qu’il s’agissait de chrétiens, catholiques, protestants, orthodoxes ou autres.
    Et aussi que les français de souche ont été moins tolérants avec eux.
    Exception faite pour les asiatiques, dont la religion est tolérante, et qui ont une capacité d’adaptation extraordinaire.
    @ Saint-Plaix,
    Malheureusement, ce n’est pas une frange de marginaux qui ne s’intègre pas. Il s’agit bel et bien d’une majorité. Il suffit de regarder les rues de nos grandes villes.
    Sans même parler du taux de délinquance. Et là, il ne s’agit pas d’un résultat de la soi-disant misère dans laquelle ces gens se trouvent.
    La misère n’excuse pas la délinquance.
    Les habitants des banlieues ne sont d’ailleurs pas plus pauvres que beaucoup de jeunes de nos campagnes.
    A mon sens, c’est fichu. On en pourra plus faire marche arrière.

  7. Il faut enfin faire l’exercice de mémoire utile à la compréhension du drame qui s’étale depuis plus de deux siècles sur notre pays et celui qui nous a fait perdre une terre reconquise sur l’obscurantisme et l’arriération islamique à côté desquels le Moyen Âge de l’Occident fut écrasant par sa lumière et ses promesses de modernité épanouie, si j’ose dire, à l’époque moderne et jusqu’à nos jours dans la science même.
    La relecture de feu Georges DUBY est particulièrement utile à cet égard.
    Cette cause, c’est la haine antichrétienne et particulièrement anticatholique qui a frappé si fort avec Voltaire et ses fanatiques de toutes les époques successives.
    En effet, les paroles du Bienheureux Père Charles de Foucault étaient prophétiques puisqu’elles se réalisent tristement maintenant dans le sanctuaire national.
    Ne fut-il pas interdit aux congrégations par la III république maçonne et anticléricale d’en faire des Chrétiens, de rechristianiser en somme ceux des quelques autochtones qui étaient les survivants du génocide perpétré par les Arabes pendant et après la conquête musulmane.
    Et qu’ont faits les Allemands dès les années 30 dans les départements d’Algérie?

  8. je répond à Saint-Plaix:
    ce que vous dites de la colonie française en Algérie en 1850 est faux. Vous confondez le peuplement de l’Algérie avec celui de l’Australie.
    Les monographie de centre de colonisation comme ceux de Saint Leu prés d’Oran, mais aussi de Batna, montre qu’il s’est agi de migrants politique (Les Albuféra, Kling etc…) ou économiques dans les villes (Espagne, Procida, Mahon etc…)
    De plus en 1870 ce sont ajoutés les Alsaciens et les Lorrain. Les seuls déportés furent ceux de la Commune et avant eux ceux du coup d’état de 1851.
    Les uns et les autres ne firent pas long feu en Algérie.

Publier une réponse