Bannière Salon Beige

Partager cet article

Bioéthique

Nous avons collectivement le devoir de nous opposer au projet de loi de bioéthique

Nous avons collectivement le devoir de nous opposer au projet de loi de bioéthique

Communiqué du député Emmanuelle Ménard :

« C’est dur psychologiquement d’avoir l’impression d’être hors-la-loi » explique ce matin dans un média une mère qui a eu recours à la PMA à l’étranger… Je serais tentée d’interroger cette mère, dont je ne sous-estime pas la douleur, au sujet de celle de son enfant qui lui dira peut-être un jour : « C’est dur de devoir grandir sans père… »

C’est d’ailleurs le sentiment profond des Français puisqu’en juin 2019, l’IFOP constatait que 82% des Français pensaient que l’enfant né par PMA a le droit d’avoir un père et une mère.

Aujourd’hui, par une inversion de nos valeurs, au nom d’un droit à l’enfant, le Gouvernement propose un modèle de société auquel je m’oppose totalement ! Une société déconnectée du réel où l’on voudrait inscrire dans le marbre qu’un enfant peut naître sans père. Une société qui contractualise tout, qui marchande tout et qui nous fait croire à un Eldorado où tout le monde pourrait avoir un enfant quand il le veut, qui plus est aux frais des contribuables français !

Plus inquiétant encore, il faut rappeler qu’actuellement en France, on ne recense qu’une centaine de donneurs de gamètes. Où trouverons-nous de nouveaux donneurs pour permettre à ces milliers de couples de femmes qui, nous dit-on, voudraient avoir un enfant? Nul doute qu’immanquablement, nous irons les acheter à l’étranger ! Et si les couples de femmes ont demain le droit d’avoir des enfants, au nom de quoi pourrions-nous refuser ce « droit » aux couples d’hommes ? Dans très peu de temps, c’est certain, nous débattrons de la GPA alors que le Gouvernement nous promet, la main sur le cœur, qu’il n’en est pas question !

Nous sommes en train de franchir le Rubicon. Sous l’impulsion d’une minorité qui veut imposer son modèle de société et nous prendre en otage avec elle. Nous avons collectivement le devoir de nous y opposer…

Vous souhaitez que votre patrimoine serve à défendre vos convictions, plutôt qu'être dilapidé par un Etat prédateur et dispendieux ?

Savez-vous que le Salon beige est habilité à recevoir des legs ?

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

6 commentaires

  1. Oui chère Emmanuelle Ménard, c’est notre devoir collectif de nous opposer à ce projet de loi pour commencer. Si nous sommes entendus il faudra poursuivre notre effort contre la loi du mariage homo, puis enfin de la loi Veil autorisant l’avortement.
    Si nous ne la faisons pas, le peuple français disparaîtra, c’est facile à comprendre: bébés avortés remplacés par des immigrés, multiplication des naissances de père inconnu, destruction définitive de la famille.
    J’espère que nos chers Evêques vont lire votre communiqué et avoir le courage de compléter leur longue déclaration en disant clairement que tout catholique doit s’opposer à cette loi.

  2. Bon courage aux profs de SVT qui devront parler de la reproduction humaine, et qui vont mettre dans l’embarras (à tout le moins) les enfants qui ne pourront qu’être très perplexes sur l’origine du spermatozoïde à qui ils doivent la vie…
    Bon courage par ailleurs aux femmes qui vont se retrouver un jour ou l’autre avec un compagnon-géniteur qui aura tout intérêt à affirmer qu’il n’a aucun “projet parental” sur l’enfant, donc aucune obligation à contribuer aux frais; après tout, ne lit-on pas souvent (hors du Salon Beige, bien sûr) que les gens qui font des enfants n’ont qu’à en assumer les frais…

  3. pourquoi une loi sur la bioéthique si ce n’est pour contourner les “interdits”, on a à faire à des hommes immatures, c’est quand je veux, comme je veux. un monde sans contrainte donc sans valeur

    la loi naturelle c’est trop simple, le procureur Molins a posé la finalité du projet; on ne peut sacraliser la vie.

    on en arrivera au trafic de gamètes et ses conséquences, des êtres faibles sans défense immunitaire et avec des pathologies lourdes

  4. Nous n’entendons pas ou très peu d’oppositions masculines dans cette histoire.C’est bizarre.

  5. @a.hourquette d’are.
    Vous avez l’ouïe sélective…

  6. “……
    la GPA alors que le Gouvernement nous promet, la main sur le cœur, qu’il n’en est pas question !”

    C’est à hurler de rire. Ils nous prennent pour des idiots.

    Taubira la marieuse aussi avait promis…

    Des pervers menteurs, ces gens du gouvernement.

    Il faut poursuivre la lutte contre ces démolisseurs.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services