Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : L'Eglise en France

Notre-Dame de Chrétienté lance un appel à l’aide

Partager cet article

12 commentaires

  1. Le pélé devient de plus en plus cher pour les familles, il m’est arrivé de ne pas y aller faute de budget, il faudrait peut-être que les organisateurs arrêtent la surenchère logistique et retrouvent un peu de simplicité : ils auront moins besoin d’argent et tout le monde pourra venir avec ou sans bracelet au poignet.
    Cette année je vais repartir à Chartres avec mes enfants mais pas à la Pentecote : on n’a pas forcément besoin d’être encadré par des centaines de bonhommes en bleu pour prier sur les routes de Chartres : seuls les prêtres et la messe dans la cathédrale me manqueront.

  2. Gwenatao a raison. Ces pèlerinages de Pentecôte font de la surenchère et il est temps de revenir à plus de simplicité. Par exemple, à l’esprit MJCF d’avant la politisation par “Romain Marie”. Sans oublier les chapitres enfants qui sont une vraie réussite. L’esprit JMJ est à bannir.

  3. Les ornements liturgiques sont fatigués et ND de Chrétienté le découvrirait aujourd’hui??? Quelques jours avant le Pélé?
    De qui se moque-t-on?
    Il est encore possible de créer un ouvroir: je suis sûr que des mères de familles, des grand-mères et des jeunes-filles peuvent tenir une aiguille pour les réparer fissa.
    Mais j’imagine que non: avec 10 000 Euros, ce sera l’occasion pour ND de Chrétienté d’acheter des ornements liturgiques du Barroux (que je trouve très laids pour ma part: le manque d’inspiration de leurs auteurs masculins??).
    Employer des méthodes de “communication de crise” au sein du mouvement tradi: je trouve cela déplorable.

  4. Tout à fait d’accord avec gwenatao.
    Tout cela manque de simplicité et il est peut-être temps de retrouver l’essentiel.
    Je ne serai pas en mesure non plus de payer les inscriptions pour toute la famille cette année, alors seulement trois de mes enfants s’inscriront dans des chapitres.
    Le reste de la famille rejoindra pour la Messe en forêt de Rambouillet et à la Cathédrale de Chartres et dormira à la maison les deux nuits.

  5. En toute rigueur comptable, les ornements liturgiques tout comme les tentes sont des immobilisations corporelles qui peuvent être amorties sur 5 à 10 ans.
    Ces amortissements, grevant le résultat, auraient pu ainsi permettre de prévoir les besoins futurs tout comme les cinq vierges sages (Mt 25, 1-13).
    Un ouvroir bénévole permet, en effet, d’augmenter la durée de vie. Je me demande aussi dans quelle condition le matériel est transporté pour s’user aussi vite. Une charité bien ordonnée passe par le respect des choses.

  6. Je trouve les premiers commentaires assez injustes.
    Certes le pélé représente un coût, certes c’est une énorme machine. Seulement NDC est obligé de s’adapter au nombre d’inscrit et a l’OBLIGATION de mettre en place la logistique nécessaire.
    Je pense que bon nombre de ceux qui marchent sur les routes beauceronnes à la Pentecôte ne réalisent pas le travail réalisé par tous les bénévoles qui toute l’année oeuvrent pour cette belle aventure.
    On peu regretter la grosseur de la machine, mais il m’apparait difficile de faire moins.
    Merci aux organisateurs de ce beau pélé

  7. à Gwaetano et Richemont :
    ah il vous manquerait si peu de chose:” la messe et des prêtres” qui donnent leu vie au bon Dieu !?
    il faut oser le dire et à tout le moins être des enfants du Bon Dieu un peu trop gâtés.
    Ne peut-on pas dire très simplement qu’on a pas les moyens, si c’est le cas très possible,ou même que l’on “fait trop riche” en terme de logistique , ce qui n’est peut-être pas exclu, plutôt que de se sentir obligé d’être aussi inélégant en particulier pour les prêtres et les bénévoles ?

  8. ben dis donc!je garde le souvenir ou j ai assuré la logistique avec mon break, l essence et l assurance de ma poche..;la reflexion de gwenatao est assez juste;de plus..enfin mieux vaut se taire!

  9. Bien que je partage les premières réflexions, il n’en est pas de même pour celui de PEB. En effet, le matériel est très bien entretenu et entreposé dans l’ordre. J’en suis personnellement témoin.
    Pour sanglier fou, effectivement le travail demandé aux bénévoles est très important, mais ce n’est pas caché. Si nous ne sommes pas d’accord, nous ne sommes pas obligé d’aider. Ne vous déplaise.
    Enfin, les organisateurs sont des chefs de famille qu’il convient de remercier et non d’enfoncer. Que Dieu les préserve d’un investissement mettant en danger leur devoir d’état !

  10. Quelques précisions :
    – Ce trou financier ne vient pas d’être découvert.
    – Cet appel a justement pour but, pour objectif, de faire participer d’abord des personnes qui ne sont pas des pèlerins-marcheurs, et d’éviter d’accroitre la pression sur les marcheurs.
    – la référence aux temps des “pionniers” est inopérante pour la logistique (elle reste très bonne pour l’esprit missionnaire !). Les contraintes légales qui pèsent sur cette manifestation en 2011 sont sans commune mesure avec le cadre juridique quasi inexistant de 1983 … tous ceux qui sont dans des situations similaires (le scoutisme par exemple … ) en font l’expérience. Le cadre “à la bonne franquette” serait suicidaire aujourd’hui, alors qu’il y a une tolérance zéro pour les incidents (je pense en particulier à l’encadrement des chapitres enfants)
    – un pèlerinage familial à Chartres, c’est très bien; un pèlerinage amical ou paroissial c’est aussi très bien. Mais c’est la seule association (avec les “cousins” de Chartres-Paris) à organiser un pèlerinage social et politique, qui est de fait la plus grande manifestation de notre famille de pensée.

  11. Compte tenu du thème – et de la photo sur l’affiche – de cette année , il faudrait demander à Mère Térésa un petit miracle…

  12. Chers amis,
    La lecture de ces commentaires me rend triste, car j’ai participé pendant plus de 10 ans au pélé de Chartres, d’abord en tant que chef de chapitre, ensuite pendant 7 ans dans la logistique. Des deux côtés, j’ai pu admirer le dévouement inlassable de pères de famille, ajoutant à leurs activités professionnelles, familiales et associatives cette lourde charge d’organiser, diriger, veiller et encadrer des milliers de pèlerins.
    Certes, ce n’est pas parfait, mais que celui qui n’a jamais péché lui jette la première pierre. L’Eglise seule est une institution parfaite et elle est composée d’êtres imparfaits.
    Le Beau, le Vrai et le Bien se font, se transmettent quand bien même certaines de vos remarques sont vraies.
    Je précise toutefois qu’il existe des pèlerinages sans aucun logistique et qui rassemblent de nombreuses personnes.
    Regardez le pèlerinage de Cotignac, des mères puis des pères de familles. Toute la simplicité, l’humilité et la discrétion de St Joseph sont là et pourtant l’année dernière les mères de familles étaient 1200 et les père 900. Vous me direz que ce n’est pas le même chiffre, mais tout de même.
    Que chacun fasse le pèlerinage qui lui convient le mieux. Un pèlerinage quel qu’il soit n’est pas une fin en soit mais un moyen de se convertir.
    Choisissez celui qui vous semble le plus propice pour rentrer en soi-même et cheminer avec Dieu.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services