Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement / L'Eglise : L'Eglise en France

Nos évêques se penchent sur “le phénomène social de l’avortement”

A Lourdes, les évêques ont voté la création d’un nouveau groupe de travail sur « Le phénomène social de l’avortement et l’éducation des jeunes ». Mgr Guy de Kerimel,
évêque de Grenoble, en a été élu.
Constitué d’évêques et d’experts, ce groupe de travail sera amené à
animer la réflexion sur ce sujet lors des prochaines Assemblées
plénières des évêques.

Partager cet article

7 commentaires

  1. un nouveau cru d’évêques arrive enfin! Réjouissons nous! Alleluia! Ils n’ont plus peur!

  2. C’est bien. Mieux vaut tard que jamais.
    Peut-être finiront-ils par découvrir que les racines du mal sont dans la contraception (ce que l’Eglise dit depuis 1969), et qu’il faut donc diffuser les méthodes de régulation naturelles des naissances dans les familles pour faire disparaitre la contraception, puis l’avortement des familles, puis de la société, celle-ci étant fécondée par les familles…

  3. Il est très important que les évêques contrôlent directement ou en nommant des délégués fiables(des diacres mariés par exemple) la façon dont est dispensée l’éducation sexuelle et affective auprès des jeunes des écoles catholiques.Je connais des parents qui sont scandalisés de ce qu’on enseigne comme normal et même recommandable dans ces écoles, au mépris le plus évident de l’enseignement magistériel de l’Eglise.Si l’on veut prévenir les divorces et les avortements il est nécessaire d’éduquer les jeunes sainement et de leur enseigner sérieusement les exigences et la valeur du sacrement du mariage.On constate des dérives effarantes dans ces écoles sans aucune réaction des évêques, qui ne sont peut-être même pas au courant(ce qui n’est pas une excuse).Les directeurs de ces écoles(qui invitent des organisations aussi douteuses que le Planning familial) n’écoutent pas forcément les protestations des parents. Que dire des jeunes catholiques de l’enseignement public qui fréquentent les aumôneries? Est-il sûr qu’ils reçoivent une formation digne de ce nom dans ce domaine? Il est heureux que les évêques se penchent sur ces questions.

  4. Depuis fort longtemps je n’aurais pas l’idée d’aborder certains sujets essentiels avec mon voisin d’église.Car je ne serais pas sûr d’être de son avis.
    Dans “le livre noir des évêques de France”, il est rapporté qu’en 1974 l’intention du projet de ce qui sera la loi Veil fût communiqué à l’Eglise de France et selon les auteurs et initiateurs de cette loi, si l’Eglise avait ouvertement manifesté un refus , la loi n’aurait pas été présentée.

  5. C’est le signe d’un double changement.
    Celui que tout le monde remarque, c’est que les évêques recommencent à parler des questions de la morale en société ; qu’ils s’apprêtent à le faire sur l’avortement est plus qu’encourageant.
    L’autre changement est plus discret, mais non moins significatif. On dirait qu’aux commissions épiscopales permanentes qui fonctionnent et publient sans forcément en référer à l’assemblée de la conférence des évêques, ceux-ci préfèrent désormais confier à des groupes limités dans le temps la préparation des textes qui seront ensuite discutés en assemblée. C’est peut-être enfin une façon théologiquement fondée de faire fonctionner la “collégialité”.
    Abbé Bernard Pellabeuf

  6. Désolé de revenir sur le sujet, mais je vais me faire plus précis : si déjà les évêques refusaient de nommer à la tête de la pastorale familiale quelqu’un qui coopère (avec parcimonie tout de même ! mais bien en étant un élément indispensable) aux avortements dits médicaux.
    PS : ce n’est pas de la délation de ma part, plutôt du desespoir de voir ces situations perdurer dans l’indifférence générale.
    [Avez-vous signalé la chose :
    – à votre évêque ?
    – à l’Académie pontificale pour la vie ?
    – à la Congrégation des évêques ?
    – …
    MJ]

  7. Créer un “groupe de travail” sur “le phénomène social de l’avortement”, ça me glace le sang, et ça me rappelle justement un article de Serge de Beketch : “Les vieillards glacés”.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services

Aidez le Salon beige à financer son développement informatique pour agir le plus efficacement possible contre les dérives de la loi prétendument bioéthique.

Aidez le Salon beige à préparer les prochains combats pour la loi de bioéthique