Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : L'Eglise en France

Non possumus – Le cri de détresse d’un prêtre adressé aux Evêques de l’Eglise qui est en France

Non possumus – Le cri de détresse d’un prêtre adressé aux  Evêques de l’Eglise qui est en France

Un ami prêtre nous envoie ce texte sur sa souffrance de ne pouvoir célébrer le Saint-Sacrifice en présence des fidèles.

«Non possumus.» Telle était la parole ferme des premiers chrétiens qui refusaient de renier le Christ et de marcher sur la Croix et qui préféraient le martyre à tous les honneurs humains. «Non possumus sine dominico vivere.» Telle était la parole pleine de fierté de ces premiers chrétiens qui rappelaient à leurs persécuteurs que l’Essentiel pour eux résidait dans le Sacrement de Vie.

Je ne pensais pas un jour devoir pousser ce même cri, mais en l’adressant non à nos politiques (qui sont bien incapables d’en mesurer le sens et la portée), mais à nos Evêques, ceux qui sont nos Pasteurs chargés de veiller sur le Troupeau du Christ Roi et de le guider vers le Royaume.

«Non possumus.» Ce cri est celui d’un simple prêtre de France, un parmi beaucoup d’autres qui, en ces heures, pleure (au sens strict), seul dans son presbytère, après avoir célébré seul la solennité du Christ Roi de l’univers devant un écran pour essayer de rejoindre les brebis qui lui sont confiées, et après avoir dû dire à certaines qu’elle ne pouvaient venir assister à la Messe, la porte de son église étant fermée. A-t-on souvent vu dans notre histoire un Curé dire à ses ouailles de ne pas venir à la Messe? Le comble. Et après cette Messe célébrée seul, mais heureusement pour moi avec l’Unique, je me suis retrouvé seul devant mon assiette comme sans doute beaucoup de mes confrères. Et en mangeant ce repas de fête (rions un peu) je me disais: Mais comment nos Evêques en sont-ils arrivés là?

Oui, «non possumus». Nous ne pouvons pas et nous n’en pouvons plus. Nous ne pouvons pas vous suivre et nous n’en pouvons plus de vos atermoiements, à quelques glorieuses exceptions près mais que je ne vois que de loin car il ne s’agit pas de mon Evêque, et nous n’en pouvons plus d’être quasiment abandonnés par ceux qui pourtant exigent de nous notre obéissance, laquelle d’ailleurs je n’ai pas l’intention de récuser. Je suis triste d’avoir comme beaucoup de mes confrères reçu un coup de poignard dans le dos par l’Archevêque de Paris (que pourtant j’estime) lorsqu’il a invoqué l’obéissance prononcée le jour de l’ordination pour dire qu’il savait que certains prêtres en prenaient à leurs aises avec les règles sanitaires (que c’est beau la délation, car sinon il se serait adressé directement au prêtre). Je ne me souviens pas, le jour de mon ordination, avoir entendu l’Evêque qui m’a imposé les mains me demander si j’obéirais aux règles sanitaires. Par contre, je l’ai entendu me demander: «Voulez-vous devenir prêtre, collaborateur des évêques dans le sacerdoce, pour servir et guider le peuple de Dieu sous la conduite de l’Esprit Saint? Voulez-vous accomplir fidèlement le ministère de la Parole, c’est-à-dire annoncer l’Évangile et exposer la foi catholique? Voulez-vous célébrer avec foi les mystères du Christ, selon la Tradition de l’Église, pour la louange de Dieu et la sanctification du peuple chrétien? Voulez-vous, de jour en jour, vous unir davantage au souverain prêtre Jésus Christ qui s’est offert pour nous à son Père, et avec lui vous consacrer à Dieu pour le salut des hommes?»

Et c’est justement cela que l’on m’empêche aujourd’hui d’accomplir non seulement parce qu’un Etat laïc nous l’impose, et de quel droit, mais en plus parce que nos Evêques se font le ‘bras armé’ de ce pouvoir contre les prêtres et les fidèles. Il paraît, à entendre l’Archevêque, qu’un des grands vecteurs de la propagation du virus est la communion dans la bouche. Outre le fait qu’aucune étude scientifique n’est venue à ce jour apporter la preuve de cette affirmation, il me semble très détestable qu’un Pasteur jette le discrédit non seulement sur une pratique multiséculaire et respectée par de saintes âmes aujourd’hui comme hier (je ne noterai que Ste Mère Térésa et St Jean Paul II), mais qui, en plus, est une loi universelle de l’Eglise, la communion dans la main n’étant à ce jour qu’un indult. Or une décision épiscopale locale ne peut remettre en cause une loi universelle de l’Eglise, à moins que l’autorité supérieure ne l’approuve, en l’occurrence le Pape par l’intermédiaire du Préfet du Culte divin, le Cardinal Robert Sarah, ce qui ne me semble pas avoir été le cas.

Mais ce «non possumus» je le clame également lorsque je constate votre quasi réprobation des nombreux rassemblements qui ont lieu ces jours-ci, notamment devant certaines de vos cathédrales, pour demander le retour de la Messe. Et pour vous donner bonne conscience, vous dites: «Ce sont les traditionalistes». Mais quand aurez-vous fini de diviser le Troupeau qui vous est confié? Non, ce ne sont pas des traditionalistes, voire même des intégristes pour certains, mais des catholiques. Car je suis prêtre et Curé d’une paroisse tout à fait ordinaire de France et je sais que nombre de mes paroissiens sont à prier devant la cathédrale de mon Diocèse. Mais à vous entendre, traiter aujourd’hui quelqu’un de traditionaliste, c’est en fait simplement dire qu’il est catholique! Oui, vous êtes en train de diviser profondément l’Eglise encore plus qu’elle ne l’est, en montant les catholiques les uns contre les autres, comme s’il y avait d’un côté les bons : ceux qui ne disent rien et restent sagement chez eux; et les mauvais, qui braillent en récitant le chapelet devant les églises pour réclamer un droit qui, non seulement est constitutionnel dans notre pays, mais qui surtout est essentiel pour un croyant. Dans cette affaire, il n’y a ni bon ni mauvais dans la mesure où chacun agit selon sa conscience. Et pour une fois que les laïcs prennent les choses en main dans le domaine qui est le leur, on leur dit de se taire. Cléricalisme quand tu nous tiens !

«Non possumus.» Je le dis aux gouvernants de notre pauvre pays. Je ne sais ce que nous réserve le gouvernement qui en prend tellement à son aise avec nos libertés (et je pense en ces heures à tous ces Français qui souffrent, non d’un virus, mais d’une situation de laquelle ils ne se relèveront pas et que je risque avec mes confrères de retrouver dans les cercueils après leur suicide, ce qui est déjà le cas). Mais je le dis surtout à nos Evêques: pourquoi n’avoir pas rappelé fermement à ces gouvernants que l’Essentiel ne se trouve ni dans l’argent ni dans la nourriture, mais dans le Ciel ? Et de l’avoir rappelé sans crainte des rugissements des médias, voire d’une inévitable incompréhension. Mais depuis l’Incarnation, le Christ est la pierre sur laquelle on achoppe. Il sera toujours un signe de contradiction et encore plus lorsque l’on s’éloigne de la Vérité. La solennité du Christ Roi est là pour nous le rappeler.

Oui c’est un prêtre qui n’en peut plus, sans être désespéré, qui vous envoie ce cri. Et l’époque est telle qu’il ne peut signer ce cri sans risque, non pour sa carrière, mais pour ne pas devoir un jour finir dans le cercueil de la même façon que ceux évoqués plus haut, même s’il sait qu’il doit se préparer chaque jour à la grande rencontre avec l’Autre, avec l’Essentiel, en espérant que le divin Roi lui dira: «Ce que tu as fait à l’un de ces petits, c’est à moi que tu l’as fait.»

Partager cet article

23 commentaires

  1. Merci mon père!

  2. Excellent plaidoyer, excellente synthèse. Quant les évêques deviendront-ils catholiques ? Curieusement, dans la liste triple des articles liés, en bas du présent article, apparaît pour moi (et pour cette seule fois) le renvoi à cet autre article du SB du 24 mai 2013 “On ne peut exercer son ministère de prêtre et être franc-maçon” ; il s’agit dans ce cas d’un simple prêtre, mais combien d’évêques ont une position ambigüe, combien passent à la trappe (mauvaise, sans majuscule) l’enseignement de Saint Paul et du Christ ? Combien professent que toutes les religions se valent, voire sont voulues par Dieu ?

  3. Très beau texte.
    Merci M. l’Abbé.

  4. De tout coeur, merci mon père! Vous trouvez les mots que beaucoup de catholiques ne savent pas exprimer.
    Oui, c’est très dur quand on mesure (même imparfaitement) le don que nous fait le Seigneur par l’Eucharistie.
    Celle-ci est nous rends témoins et partie prenante dans l’amour, de son sacrifice de rédemption et de sa glorieuse Résurrection (prémices de la nôtre),
    et également, ou plutôt conjointement, elle transforme notre union humaine par l’Esprit-Saint, en communion en Lui et entre-nous.

    Suivons la très sainte Vierge-Marie. Sa foi n’a jamais failli alors qu’elle a traversé les ténèbres les plus noires de toute l’histoire humaine: la mort de son Fils qu’elle savait être Dieu, le Sauveur de l’univers.
    Suivons-là, prions -là, aimons-là de tout notre coeur!
    Courage monsieur l’Abbé!
    Courage à tous!

  5. Mon Père,

    Nous comprenons votre souffrance, et oui, la grande majorité des évêques et des prélats sont des vendus.
    Aussi nous, simples fidèles, avons besoin localement de vrais bons prêtres qui ont compris que, si on peut parfois obéir contre son intelligence, on ne doit jamais obéir contre sa conscience.

    Comme Mauriac avait répondu à l’époque à de Gaulle, qui lui ordonnait d’abandonner pieds-noirs et harkis “merde mon général”, vous êtes en droit d’envoyer paître votre évêque et de faire entrer vos fidèles par la petite, la grande porte de l’église ou d’aller célébrer les messes chez vos plus fidèles fidèles.

    Grâce à Dieu, nous avons ici des prêtres courageux qui ne nous privent pas de messe et disent 2 à 3 messes par jour.
    Nous même risquons les PV tous les dimanche pour aller à la messe ou recevoir prêtre et fidèles à la maison comptant sur nos anges gardiens pour nous préserver de la délation.

    Courage, esperance “à la fin, mon Cœur Immaculé triomphera”.

  6. Non possumus. Alors allons tous à la messe, tout simplement.

  7. “Il paraît, à entendre l’Archevêque, qu’un des grands vecteurs de la propagation du virus est la communion dans la bouche.” (sic)

    Ceci est totalement faux.
    Avant cette prétendue pandémie, le monde scientifique s’accordait à dire que les virus se transmettent par les mains. On n’a jamais vu de médecins avec des masques, mis à part les chirurgiens ou les dentistes qui le font essentiellement pour se protéger des projections qu’ils créent.
    Par contre tout le monde, a pu voir au cours de sa vie les médecins se laver les mains avant auscultation et à nouveau après cela. Pour les chirurgiens le lavage est même long et très codifié.
    A l’IHU de Marseille ils se lavent les mains en entrant et en sortant de chaque chambre !

    Évidemment on parle de lavage, c’est à dire avec de l’eau et du savon et non d’étaler la crasse avec du gel hydroalcoolique qui ne sert à rien. A défaut de pouvoir utiliser un lavabo il est préférable d’utiliser de l’alcool pur dilué d’eau.

    En conclusion il est probable que la communion dans la main constitue un risque majeur.
    La bouche, elle, est un environnement protégé car constitué naturellement de très nombreux germes et il est bien connu qu’une importante population permanente s’oppose à l’implantation de nouveaux germes. D’autre part le système salivaire évacue les germes vers l’estomac ou ils sont détruits.

    A priori les rares études qui ont été menées laissent penser que le risque est équivalent dans la bouche ou dans la main mais il ne serait pas surprenant que des études plus approfondies ne démontrent que c’est dans la main que c’est le plus dangereux, car dans ce cas il y a la main du prêtre puis la main du fidèle, soit 2 mains au lieu d’une seule dans le cas de la communion dans la bouche.

  8. Il a dit la vérité !

  9. Cher père, cette souffrance que vous vivez est celle de tous les catholiques ayant compris l’importance de la Messe. Elle n’est que l’écho de celle d’un évêque qui avait annoncé qu’en touchant à la Messe on touchait à la Foi et au sacerdoce. Il a eu le tort d’avoir vu clair trop tôt et c’est pourquoi il a été crucifié à la suite de son divin Maître. C’est là le signe de ceux qui sont fidèles : la Croix…

  10. Avec un peu de”chance”, Christophe Barbier négociera avec les évêques de n’accepter à la messe les personnes vaccinées! Il y aura alors des vrais choix à faire…..

  11. Que cela fait plaisir de voir un prêtre monter au créneau et faire la leçon à ces lâches que sont la plupart des épiscopes de ce pays, ce ne sont pas des pasteurs ce sont des mercenaires à la solde d’un gouvernement pourri jusqu’à la moëlle. En 1905, l’état a volé nos églises, nos monastères, tous nos biens. Aujourd’hui les évêques se font voler le droit de célébrer la Messe et ils acquiescent comme des idiots utiles et l’archevêque de Paris que je croyais intelligent mais qui est au même niveau que les autres dénonce les tradis parce qu’ils communient sur la langue, alors que des médecins, des prélats se sont élevés contre cette caricature.Je suis tradi et fier de l’être. Non je ne suis pas tradi, je suis catholique point barre comme disait Mgr Lefèvre. Mais eux sont-ils catholiques? J’en connais au moins un qui est hérétique, combien sont-ils dans ce cas? combien sont FM ? et ceux qui le sont devraient être excommuniés, le sont-ils? Ils n’ont pas compris que leur cirque est terminé, ils sont finis, il n’y a plus que des vieux dans ces églises conciliaires. Alors je dis à ce prêtre rejoignez la tradition la vraie et vous serez un prêtre heureux, parce que vous pourrez dire la Messe devant une assemblée et les gens communieront tous sur la langue et n’auront pas peur des oukases d’un pseudo-gouvernement qui laisse la charia s’imposer partout et veut interdire l’Eglise Catholique. et vous verrez des catholiques heureux d’assister à vos Messes sans trembler devant la gestapo mise en place par un psychopathe nauséabond

  12. L’époque a les martyrs qu’elle mérite.

  13. Premier confinement. Reniement des évêques.
    Deuxième confinement. Reniement des évêques.
    Le troisième à venir. Y aura t-il encore un reniement au chant du coq gaulois qui fait son travail ?

  14. Voilà qui est bien parlé, merci mon Père ! C’est réconfortant d’entendre ce discours face à la démission de tant d’évêques qui nous laissent abandonnés sur les Parvis des cathédrales. Mais nous sommes là, chaque dimanche, et nous continuerons à nous lever pour la Messe.
    Et Dieu merci des prêtres extrêmement courageux continuent à célébrer la Messe, comme jadis lorsqu’il fallait se cacher des révolutionnaires…même si, pour le moment, notre vie n’est pas encore en jeu !
    Mais en attendant toutes ces polémiques autour de la communion sur la langue (forme à laquelle je suis attachée) ou sur la main, la seule question qui me vient est celle-ci : ces prêtres ou ceux qui posent justement cette question, croient ils en Dieu ? Croient ils que Jésus est vraiment présent dans l’hostie ? Si la réponse est oui (et c’est le cas !) croyez vous vraiment que Jésus nous contaminerait par le Sacrement de Son Amour ?… Pour info, c’est la remarque que m’a faite spontanément un de mes enfants âgé de 10 ans….
    Ou on y croit ou on y croit pas….en Dieu! Et j’ai bien peur que bon nombre de nos prélats n’y croient plus !
    Vive Dieu, vive le Christ Roi !

    • Pour ceux que la question intéresse (communion sur la langue vs dans la main), une étude très complète (13 pages) a été réalisée par Mgr Christophe KRUIJEN (prêtre du diocèse de Metz) et a été publiée par le Couvent de Chéméré dans la dernière livraison de Sedes Sapientiae (n°153 d’octobre 2020). On ne peut que la recommander, elle va dans le bon sens …
      On peut ajouter, dans le sens de la remarque de Semperparati, que Dieu ne permettrait pas à un virus de s’attaquer à Son Fils, pas plus qu’à l’eau bénite !

    • Votre remarque est vrai concernant l’ostie consacrée qui ne peut certainement pas être contaminante mais le problème vient du fait que l’on peut se contaminer par la main.

      Celui qui reçoit la communion dans sa main et la reprend de son autre main multiplie les risques de contamination en la portant à sa bouche.
      Il faut également noter que lorsque le prêtre donne la communion il n’y a que l’extrémité de 2 doigts qui touche l’ostie.

  15. Le combat pour la messe est aussi, inséparablement, un combat pour transmettre la Parole, la Parole de Dieu. L’enseignement des apôtres nous donne 4 conditions, 4 fidélités, de la vie chrétienne (ACTES DES APÔTRES 2, 42 “Ils -les 1ers chrétiens- étaient assidus à l’enseignement des Apôtres et à la communion fraternelle, à la fraction du pain et aux prières.) Ces conditions de la fidélité chrétienne se vivent et sont toutes contenue dans la messe:
    1- L’Enseignement (apostolique)
    2- Le Rassemblement
    3- Le Sacrement (et tous les sacrements)
    4- L’Embrasement – de la prière.

    Depuis qu’Il s’est intronisé “grand prêtre de la République”, près de la pyramide du Louvre / c’est Lui seul qui à le droit de parole publique, certes paarfois après un simulacre de consultations. Ainsi, lors de la rencontre des Bernardins, avec les cathos, il nous a tendrement affirmé que la dernière parole appartient à la République et aux “valeurs de la République”.
    L’ancienne école des évêques de la R. F. est favorable à la discussion-négociation ( j’ai connu la même chose au Québec et/ou au Canada) Mais ils n’ont pas compris que nous n’en sommes plus à la même époque historique …
    En Pologne Karol Wojtila, et les évêques, savaient parler / négocier/ persévérer et taper du point sur la table face au pouvoir communiste…. Peu ont compris que nous en sommes arrivés à un régime similaire, Lucie de Fatima avait dit : “la Russie répandra ses erreurs”; elles sont là partout. Il semble que nos évêques croient encore à “Sainte Tolérance”, et négocient avec ces autorités politique en croyant à leur loyauté. Pourtant les mensonges qui pleuvent à gogo (concernant les chiffres par exemples) devraient sauter aux yeux; négocier est une illusion.

    En face de nos gouvernants n’aurions nous pas des “chiens muets” ? [Isaïe 56, 10 les guetteurs d’Israël sont tous des aveugles, ils ne connaissent rien ; ce sont tous des chiens muets, incapables d’aboyer ; à bout de souffle, … + Isaïe 57; 01 Le juste périt, et nul n’y prête attention ; les hommes fidèles sont enlevés, et personne n’y prend garde.]

    EN INTERDISANT LA MESSE ON EMPÊCHE aussi D’ENTENDRE LA PAROLE DU SEIGNEUR QUE DOIT PROCLAMER LE PRÊTRE DE PAR SON ORDINATION; PAROLE DU SEIGNEUR QUI DONNE LE DISCERNEMENT DE LA VÉRITÉ ET MET EN CAUSE TOUS LES TOTALITARISMES MULTIFORMES (LES 10 têtes DANS L’Apocalypse) DE NOTRE MONDE. ” LA VÉRITÉ VOUS RENDRA LIBRE” Jn 8,32.
    Priez pour que vos prêtres aient la grâce d’être fidèle au service de la Vérité, donc à Jésus Lui-même.
    Un prêtre missionnaire.

  16. Bravo, cher Confrère !
    Quand Monsieur Darmanin a justifié l’interdiction des messes par le fait que certains prêtres l’ont dite sans porter de masque, pourquoi ne lui a-t-on pas rappelé que la porte-parole du gouvernement a déclaré qu’ils ne servent à rien ? Et pourquoi ne lui a-t-on pas rappelé non plus que la même personne a revendiqué de mentir pour protéger le président, sans qu’aucun ministre ne s’en indigne ? Pourquoi ne lui a-t-on pas demandé quand le gouvernement a menti : quand il a dit que le masque était inutile, ou quand il l’a imposé ? Pourquoi n’a-t-on pas rappelé qu’un ministre de la santé a déclaré que le confinement ne servait à rien, avant de dire qu’il fallait l’imposer : quand a-t-il menti ? Pourquoi n’a-t-on pas dit que pour être digne d’obéissance, un gouvernement doit être franc, honnête, compétent et cohérent ?
    Et quand le même a parlé de la façon de recevoir la communion, comment ne s’est-il trouvé personne pour lui dire que son gouvernement n’en ayant pas parlé, l’affaire était interne à l’Eglise et qu’il n’avait par conséquent aucun titre à s’en mêler ?
    Et pourquoi notre épiscopat, qui au cours de sa visio-conférence-des-évêques-de-France a décidé de contester l’interdiction de la messe, manifestant par là qu’ils la jugeaient injuste, ne soutient-il pas massivement les fidèles qui par leurs manifestations demandent la levée de cette interdiction ?
    Et pourquoi n’a-t-on pas vu d’évêque rappeler à ses prêtres l’importance de la messe quotidienne, et la possibilité de la dire même si l’on est seul ?
    Abbé Bernard Pellabeuf

  17. Cher Monsieur l’Abbé, comment ne pas compatir à votre immense souffrance et à celle de nombreux Prêtres! Je demande à la Petite Thérèse de Lisieux de vous entourer ,particulièrement, de son coeur de petite Soeur, elle qui aime tant les Prêtres! Aujourd’hui, plus que jamais, elle les aime et redit à chacun d’entre-eux et à vous spécialement: “J’ai trouvé ma place dans l’Eglise et cette place, ô mon Dieu, c’est Vous qui me l’avez donnée(…) Dans le Coeur de l’Eglise, ma Mère, je serai l’Amour (…)” Au plus profond de votre souffrance, Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus est là, et, soyez certain, on peut le penser, lorsque vous célébrez le Saint Sacrifice de la Messe, du Ciel, elle accourt et prend sa place de fidèle Carmélite auprès de son Frère Prêtre que vous êtes. Vous n’êtes pas seul, Monsieur l’Abbé, toutes les âmes des fidèles sont en son âme de Missionnaire et toutes leurs prières vous accompagnent. Une Bonne-Maman qui vous assure de son humble prière.

  18. Je pense avoir un énorme problème avec le logiciel de mon ordinateur ou alors….
    J’ai écrit dans un précédent commentaire sur un autre article, que je m’étais rendue compte du regard triste de nos chers Prêtres lors de leurs sermons….
    A la lecture de tous ces commentaires, je constate que vous êtes dans les prières de chacun et chacune. Effectivement si nous demandons dans nos prières à Ste Thérèse de l’Enfant Jésus, au Saint Curé d’Ars et Padre Pio d’intercéder auprès de Jésus LE PRETRE PAR EXCELLENCE et si nous ajoutons des supplications à Notre Mère du Ciel vous aurez chers Prêtres les aides nécessaires pour continuer votre apostolat. Nous prierons également pour tous ces épiscopes qui ne pensent pas aux dégâts qu’ils provoquent en vous abandonnant et nous avec vous.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services