Nicolas Sarkozy n’ébranle pas l’unité tchèque

U Lu sur le blog d'Yves Daoudal :

"Au cours du débat au Parlement européen sur le bilan de la présidence française, Nicolas Sarkozy a dénoncé les propos anti-européens du président tchèque Vaclav Klaus, et son refus de hisser le drapeau européen :

«Cela a choqué les membres du Parlement européen qui se sont rendus à Prague il y a deux semaines, de voir que les drapeaux européens ne flottent pas sur tous les bâtiments publics de la République tchèque».

Si Sarkozy croyait pouvoir enfoncer un coin entre Klaus et les plus européistes de son gouvernement, il a raté son coup. Le ministre des Affaires étrangères, Karel Schwarzenberg, a répondu :

«Il n'appartient pas à un autre chef d'Etat de critiquer notre président pour cette raison. Aucune loi n'oblige à hisser le drapeau de l'UE. Même si la plus grande partie de la population et des députés européens veulent que le drapeau soit hissé sur le Château de Prague, c’est seulement au président qu’il revient de décider de le faire ou non.»

Le porte-parole du président, Radim Ochvat, a renchéri :

«Le Château de Prague est un symbole de l'Etat tchèque et non de l'Union européenne. Il n'y a aucune raison de modifier ces traditions historiques.»"

Rappelons que la place des symboles est la principale différence entre le TCE et le Traité de Lisbonne.

MJ

Une réflexion au sujet de « Nicolas Sarkozy n’ébranle pas l’unité tchèque »

  1. Bernard S

    Ce n’est pas un drapeau, ce n’est qu’un logo que l’on nous inflige, puisqu’il n’y a plus ni drapeau ni hymne unionesques avec le remplacement de leur constitution par leur “minitraité” (par lequel nous sommes traités en minus).

Laisser un commentaire