Bannière Salon Beige

Partager cet article

Europe : politique / France : Politique en France

Nicolas Sarkozy accuse l’UE qu’il a imposée

La contradiction ne l'étrangle pas. Dans sa Lettre aux Français, le candidat UMP écrit :

"L’Europe devait nous protéger, elle a aggravé notre exposition à la mondialisation. Dans l’euphorie de la chute du mur de Berlin, l’Europe a cru à la fin de l’histoire. La Commission, qui avait joué un rôle essentiel pour construire l’Union européenne, s’est transformée en un cénacle technocratique et coupé des peuples. Elle s’est mise à accumuler les normes sans que les pays puissent réagir, divisés qu’ils étaient par un élargissement trop rapide qui les avait mis trop nombreux et trop hétérogènes autour de la table. L’Europe s’est crue investie du devoir d’être le meilleur élève de la mondialisation, celui dont les frontières devaient être les plus ouvertes et l’économie la plus dérégulée.

Je suis un Européen convaincu. Toute ma vie, je me suis battu en faveur de la construction européenne. Je ne connais pas de plus grand projet politique et de plus bel idéal humaniste que celui qui a conduit les Européens à surmonter leurs haines et leurs souffrances pour faire de leur continent meurtri par les guerres un continent de paix et de culture. Mais si pendant tant d’années, l’Europe a soulevé tant d’espérance, c’est parce qu’elle incarnait pour les peuples plus de sécurité et plus de prospérité. Il faut retrouver le but initial du projet européen."

Imposer le traité constitutionnel européen rejeté par le peuple français en 2005, consacrant la toute-puissance de la Commission européenne, était-ce vraiment "retrouver le but initial du projet européen ?"

Partager cet article

15 commentaires

  1. Que ne ferait-il pas pour piéger nos voix ! N’oublions pas que le jour-même de sa prise de fonction, en 2007, il a couru faire allégeance à l’ue en la personne de Mme Merkel, alors présidente tournante…

  2. L’occupation-barrage de la place de l’Obélisque à Paris, au profit d’un candidat, est rendue possible grâce à la complicité inadmissible du ministre de l’intérieur. Cette opération dite « Concordia » pourrait très mal tourner pour ceux qui se proposent d’y venir hurler « on a gagné, on a gagné ! » La sécurité sera problématique.

  3. Son culot est incroyable! Quand il est arrrivé au pouvoir il disposait du résultat d’un referendum: 55% de Français disaient NON à cette Europe-là. Il lui était facile alors de renégocier tout ce qu’il voulait avec nos partenaires, en toute légalité. Hélas il a foulé au pieds la volonté du peuple et lui a imposé le carcan dont il se plaint aujourd’hui. Voilà qu’aujourd’hui il double sa forfaiture d’un mensonge piteux. Quelle tristesse de voir ça!

  4. un moulin à paroles
    c’est pas de la novlangue, c’est de la bouillie

  5. Cette lettre aux français est bien écrite et je suis à peu près d’accord avec tout ce qui y est dit. Maintenant, de la paroles aux actes…

  6. plus le mensonge est gros mieux il passe

  7. La politique, c’est comme tout, on préfère toujours l’original à la copie !
    Sarkozy à la retraite, le FN au pouvoir !

  8. Encore un texte qu’il n’a pas écrit lui-même, un texte rédigé par des experts en marketing.
    la France est une des quatre plus grandes puissances européennes. Sans elle rien ne peut se faire. Il serait intéressant de regarder quels commissaires Nicolas Sarkozy a nommé à la commission européenne, et quelle était leur idéologie.
    “un cénacle technocratique et coupé des peuples.” : les gouvernements français sont également complètement coupés du peuple, à l’image de Nicolas Sarkozy lui-même. Si l’Europe n’est qu’un cénacle technocratique, dont les technocrates ont été nommés par tous les gouvernements européens dont celui de Nicolas Sarkozy, le gouvernement Sarkozy est un cénacle technocratique doublé d’un cénacle idéologique qui nous impose la propagande homosexuelle du “Baiser de la Lune”, l’idéologie du genre, la disparition de la liberté d’expression…
    “Elle s’est mise à accumuler les normes sans que les pays puissent réagir” : dans un pays ultra développé comme le nôtre, il est logique que les normes se multiplient, ne serait-ce que pour des questions juridiques. C’est aussi le cas en France, il suffit de consulter le catalogue AFNOR. Et cela contribue à une unification des normes qui facilite le commerce européen : c’est la première chose que les révolutionnaires français ont faite en France pour favoriser le commerce interne.
    Accuser l’Europe permet à Nicolas Sarkozy de se dédouaner de toute responsabilité dans la gestion de la crise : il a trouvé un bouc émissaire commode.
    Un mensonge de plus

  9. Je ne sais plus quel homme d’esprit disait d’un quidam : “il ment avec tellement de fantaisie qu’on ne peut meme pas croire le contraire de ce qu’il dit !”
    C’est le fil conducteur des discours-Sarkozy depuis 2 mois …

  10. Le “but initial du projet europeen”, c’est la course ininterrompue vers le federalisme – une “union toujours plus etroite”, selon les termes du Traite de Rome. Avec des l’origine, dans l’esprit de Jean Monnet, une part assumee de dissimulation et de manipulation des peuples.

  11. Quand le candidat sortant de la 5ème puissance mondiale se fend d’une lettre aux citoyens pour les entretenir du permis de conduire et de la date de versement des retraites, l’Europe ricane.

  12. Il y a quelque chose de réconfortant là-dedans, c’est la quasi-obligation qu’ont les candidats, s’ils veulent percer, d’exalter la France à grands coups de marseillaises, de drapeaux tricolores et de discours-cocorico. Preuve que pour une grande partie de l’électorat, la patrie, ça compte encore. Et que même ceux qui s’en contre-fichent sont obligés d’en tenir compte. Malheureusement, on peut être patriote et idiot utile…jusqu’à la prise de conscience finale ? Espérons.

  13. Juste après la diffusion des résultats du référendum de 2005, Sarkozy a insisté en disant que les Français avaient dit non, tentant de faire croire qu’il avait aussi défendu cette position. Ce type n’a aucun vergogne ! Mais ce n’est pas étonnant, quand on n’aime pas son pays, on peut lui mentir…

  14. Comme dirait l’autre, “les c..s, ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît”…
    En tout cas, quel culot de la part de celui qui a avalisé Maastricht contre la volonté du peuple !
    Mais comme le dit Elzéar, c’est d’une certaine façon “rassurant” parce que cela veut dire que la majorité du peuple français rejette cette Europe fédéraliste. Si ce n’était pas le cas, Sarkozy ne parlerait pas ainsi.
    Autre conclusion : il faut croire que le résultat des vrais sondages penche d’un certain côté… pas du côté du front de gauche, mais plutôt du côté opposé.

  15. Et comme pour confirmer la dernière phrase de mon message ci-dessus, voici cet article Reuters : http://fr.news.yahoo.com/nicolas-sarkozy-appelle-les-%C3%A9lecteurs-fn-au-vote-123303209.html
    En meeting dans le Var, Sarkozy appelle les électeurs du FN au vote utile (pour lui, bien sûr). Il ne doute de rien, celui-là !
    Mais cela veut dire clairement que, dans les vrais sondages, “ça pue” pour le candidat sortant.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]