Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Nicolas Sarkozy s’écrase devant la gauche

Il cède à la revendication de la gauche, qui voulait que le 23 mai devienne la journée commémorative de l’abolition de l’esclavage.

MJ

Partager cet article

8 commentaires

  1. Amuseur populaire …!

  2. c’est trés étrange,il ressemble à Jacques Chirac, plein de bonnes intentions, mais, au moment de les mettre en acte,on a l’impression que quelqu’un lui pointe un pistolet sur la tempe
    la question est: qui est ce quelqu’un?

  3. Le “quelqu’un” n’est pas seul : les fonctionnaires français et européens.

  4. Quelqu’un a-t-il un problème avec l’abolition de l’esclavage.

  5. @Michel
    Oui, c’est çà
    Lorsque Louis XIV a créé la haute fonction publique, elle obéissait au Pouvoir
    Désormais,c’est elle le Pouvoir, et elle n’obéit pas aux élus

  6. Au lieu de faire 36 chapitres différents sur la repentance française dans tous domaines pour les classes de primaire, je propose à notre président d’en faire un seul sur la honte d’être français, puisque cela semble correspondre à ses prises de position.
    Au fait quels furent lse thèmes de sa campagne pour être élu ?
    “Ils jurèrent mais un peu tard qu’on ne les y prendraient plus”comme dirait le poète.

  7. A Breta,
    Non Breta, personne n’a de problème avec l’abolition de l’esclavage. Des Saints ont lutté contre l’esclavage, bien avant la déclaration des droits de l’homme, et de tout temps. Par contre une certaine utilisation de l’histoire n’est pas bonne car au lieu d’apaiser et de permettre la réflexion elle jette de l’huile sur le feu. Ainsi, à l’échelle de la France (Dom, Tom, immigration,…) répéter à des jeunes dont des éditorialistes connus expliquent maintenant doctement qu’ils sont “inemployables” que leur situation est dû uniquement à l’esclavage est une grave manipulation, même si cela a pu avoir un rôle. Et comme d’habitude ce sont les plus pauvres et déstructurés qui vont en pâtir. Je dirais même que ces manifestations, sans contester la réalité de l’esclavage, sont des pièges communautaristes. Quand on voit comment certains groupes ont été manipulés par François M. et le résultat absolument contre productif sur le vie des gens on ne peut que s’étonner que de nouveaux groupes communautaires se jettent dans la brèche. Comme je l’ai déjà dit ici : suite à l’affaire de Carpentras dont on sait aujourd’hui qu’elle a été exploité (livre de l’ancien directeur des RG) et que des zones d’ombre demeurent (“La mort mystérieuse du chef des profanateurs de Carpentras”, Le Monde, fin août 1996 (pour le jour j’ai la flemme d’ouvrir mon tiroir)) il y a eut presque 1 millions de personnes dans la rue. Suite à l’affaire Halimi / Fofana c’est presque 100 fois moins qui ont fait la démarche alors que cela aurait mérité 1 million de personne. Que c’est il passé entre ces deux dates ?

  8. Ce qui est scandaleux, ce n’est évidemment pas qu’on dénonce l’esclavage, ni qu’on le commémore c’est :
    – qu’on en fasse l’occasion d’accusations et de revendications politiques racistes contre l’ensemble de la race blanche alors que ce sont des blancs qui ont aboli l’esclavage à l’ancienne manière, et
    – qu’on tolère que la gauche donne des leçons à qui que ce soit en la matière alors que son socialisme, dont le nazisme anti-blancs n’est qu’une variante, est LA forme moderne de l’esclavage.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services