Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : L'Islam en France / France : Laïcité à la française

« Ni rouges ni maures »

Dans un rapport de 11 pages, l'abbé de Pommerol, aumonier du 2e REP, dénonce la "déférence" envers l'Islam qui est exigée des militaires français servant en Afghanistan :

A "Il y a en Afghanistan une volonté de l'armée française de créer un état d'esprit tout à fait déférent et bienveillant face à l'islam. Une crainte presque servile de déplaire à l'islam. Les informations, consignes, et règles de vies qui nous sont données sont parsemées de détails visant surtout à respecter la république islamique d'Afghanistan dans ses coutumes et ses lois. Ses consignes ne seraient jamais données en France car elles choqueraient les mentalités. Mais sous prétexte que "ils sont chez eux", nous assistons à une démission de l'intelligence, une trahison de l'esprit, un bannissement effrayant de la conscience".

L'abbé raconte l'inaction des militaires devant une femme battue par son mari ou devant une fillette de moins de 10 ans mariée. "Ils sont chez eux". Plusieurs affaires ont provoquées de vrais conflits, notamment, celle du voile : un sergent-chef féminin a reçu l'ordre de se voiler alors qu'elle se promenait nue tête, afin "de ne pas choquer les Afghans". Elle a du se couvrir avec son chèche. Le "padre" considère qu'il s'agit d'un "ordre illégal" et "avilissant"  :

I "le fait d’imposer un usage de la religion musulmane à une personne qui n’est pas de cette religion et qui le refuse porte atteinte à sa liberté.(…) Il s’agit ici d’un viol de conscience, mêlé d’une infraction grave à la laïcité".

Autre épisode "très douloureux" : celle de la présence d'Afghans aux cérémonies militaires organisées à la suite de la mort de légionnaires au combat.

"Lors de l’enterrement […] de nombreux maleks et autres dignitaires locaux étaient présents à la prise d’armes. Tous sont restés assis, discutant et plaisantant durant la cérémonie. A la fin de la prise d’armes, plusieurs personnes, légionnaire et sous officiers sont venu me voir pour « me confier une mission », me disaient-ils. « Padre, si on meurt ici, on ne veut pas de ces gens à notre enterrement".

Le titre de ce post est la conclusion du rapport du Padre.

Partager cet article

19 commentaires

  1. Vaillant « padre » ! Il nous en faut beaucoup comme lui. Les concessions à la tyrannie ne servent pas la cause de la paix. Nos armées doivent avoir conscience de leur mission civilisatrice quand elles sont appelées à intervenir dans des pays moralement arriérés.

  2. Encore des arguments pour dénoncer les crimes de nos dirigeants qui envoient nos soldats au massacre uniquement pour conforter leur carrière auprès des étatsuniens.

  3. Les adversaires de la féminisation des unités projetables ont longtemps tiré la sonnette d’alarme sur les problemes tels que ceux décrits par le Padre – car mis a part le témoignage sur le comportement des maleks aux obseques, l’essentiel de son propos porte sur le décalage quant a la place de la femme.
    Les autorités militaires sont donc effectivement prises dans le piege : ou elles ménagent d’une maniere ou d’une autre les sensibilités de la population, ou bien elles se les mettent définitivement la population a dos, ce qui vouerait a l’échec toute stratégie de contre-insurrection efficace – et a ce moment-la, autant rapatrier nos troupes.
    Si le gouvernement veut que nos troupes restent, il leur reste le choix: (1) de renoncer a la « laicité », comme le dénonce l’abbé; (2) de renoncer au politiquement correct en dé-féminisant les unités déployables, si la présence de personnel féminin pose des problemes vraiment insurmontables.

  4. Autant j’aurais été outré de l’attitude de ces Afghans aux obsèques des légionnaires,autant je ne suis pas d’accord pour ce qui concerna le sergent chef tête nue. Je pense qu’au delà de la religion, la tradition en Afghanistan veut que les femmes ne soient pas tête nue. cela se respecte.Le fait que la femme en question ait été un militaire ne change rien pour moi. L’uniforme comprend une coiffure, elle est faite pour cela.
    Lorsque nous étions enfants, les plages espagnoles étaient interdites aux maillots de bain deux pièces. Nos mères trouvaient tout naturel de respecter cette interdiction.

  5. L’aumonerie catholique dit qu’il est « un peu trop militaire et pas assez aumonier »
    @Hv tiens , c’est une bonne idée de rapatrier nos troupes ,ils souffrent et se font massacrer .
    Chapeau à ce prêtre dont on ne nous dit pas le nom qui a le courage ,quitte à déplaire, de parler .
    [Heu… j’ai pourtant mis son nom. MJ]

  6. Le texte intégral et encore plus intéressant se trouve sur :
    http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=581066

  7. « un sergent-chef féminin a reçu l’ordre de se voiler alors qu’elle se promenait nue tête, afin « de ne pas choquer les Afghans ». Elle a du se couvrir avec son chèche. »
    J’ai du mal à comprendre:
    -elle se promenait où?
    -elle était en uniforme ou en tenue civile?
    -si elle était en uniforme, cet uniforme ne comporte aucun couvre-chef, ou bien elle n’avait pas mis le couvre-chef d’uniforme, ou bien on lui a demandé de couvrir d’un « voile » le couvre-chef?

  8. Rien n’a changé donc depuis que je me suis barré de cette « armée ». J’ai connu, en 1985, dans un régiment que je nommerai pas, un algérien qui sortait son tapis de prière pendant le lever de drapeau . La consigne? « Laissez faire »… Il avait la double nationalité. Petite anecdote : un jour que je lui demandai pourquoi il ne faisait pas son service en Algérie(puisqu’il nous « aimait si peu »..), il m’a répondu : « parceque là-bas, ils nous frappent et sont trop sévères »…. Sans commentaires !
    Il y a une hiérarchie aux ordres d’un politiquement correct, et qui répercute ces « ordres bidons » sur les sous-officiers qui doivent se forcer à les mettre en oeuvre . Telle est la réalité.

  9. Couvre-chef et uniforme
    Toutes les tenues répertoriées de l’Armée Françaises ne comportent pas le port systématique d’un couvre-chef (la prise d’arme du 14 juillet est un cas assez exceptionnel). De plus, en campagne, on peut admettre une certaine tolérance à ce sujet : il y a d’autres exigences dans l’ambiance vécue qui provoquent suffisamment de stress ; inutile d’en rajouter !
    Toute l’ambigüité de la présence française est là : mission de combat dans un cadre politique ou croisade culturelle ?
    Quand on pense au tollé actuel contre les Croisades…

  10. @ jejomau: votre exemple de 1985 en France est hors-sujet, puisque tout le débat est de savoir si mener une contre-insurrection dans un pays islamique impose les compromis que le Padré réprouve.
    Il serait bien plus pertinent (mutatis mutandis) d’avoir des témoignages sur comment cette question était traitée en Algérie.

  11. Hors-sujet? Si vous voulez … Parceque vous pensez que de savoir comment elle était traitée en Algérie, c-à-d il y a 50 ans fera avancer le schmilblick ?
    C’est le fait que des ordres soient donnés en ce sens qui posent problème, oui !Pourquoi ?
    Parceque c’est le fait qu’ils faillent s’y soumettre qui posent question. Non parce qu’il faudrait aller contre le principe d’obéissance… Mais surtout et d’abord parce qu’il paraît NATUREL au politique de courber la tête et d’obliger l’armée (= la représentation visible de la nation dans l’uniforme) à faire de même…
    Mais pour mieux me faire comprendre, voilà l’exemple d’un homme politique qui en a ras la casquette et qui l’explique en langage diplomatique à quelqu’un qui avait trop chargé la mule… Mais évidemment, il n’est pas français, hélas…
    http://www.gloria.tv/?media=122305

  12. « la conscience reformatée pour les 6 mois de mission »
     » « ils sont chez eux ». Cette base à toute discussion venait interdire totalement et définitivement la possibilité d’évaluer la pertinence, le bien fondé, la valeur morale ou même la perniciosité de certains usages des habitants de ce pays, et nous obligeait à les regarder de manière neutre, voire bienveillante, puisque nous devions y souscrire en ayant une conduite conforme à ces usages.
    Et cela en chassant toute autre référence de nos esprits, de façon à ne pas interférer avec ce fameux respect de l’islam.
    L’aboutissement de tels comportements s’apparentait beaucoup, chez certains, au « syndrome de Stockholm ».  »
    Les nazis étaient chez eux, et à ce titre il aurait fallu les laisser commettre leurs crimes ?
    Qu’a-t-on donc reproché à Papon si ce n’est d’avoir obéi aux ordres au lieu de désobéir ? En est-on si loin ici ?
    L’armé française ne se fait-elle pas collaborationniste des crimes commis par les afghans au nom de l’islam ?

  13. et personne ne se pose la question sur ce qu’est devenu cet aumonier suite à cette longue lettre ?
    curieux!

  14. Tout ceci prouve bien que nous n’avons rien à f….. en Afghanistan.

  15. J’ai son frère ici qui vient d’arriver cet été pour 4 ans aussi.
    Il m’avait parlé de son frère qui était particulier!
    Ils en ont reparlé ce matin car il y a eu des suites à cette affaire…. je crois qu’il dérange… mais moi ca ne me dérangerai pas de l’avoir ici…

  16. Durant la guerre du Golfe, nous avons dû occulter les croix rouges sur nos ambulances et ceux qui se sont fait envoyer quelques cochonnailles ont été purement et simplement rapatrier avec punition à la clé.
    20 ans plus tard hélas même constat…

  17. Cela me rappelle les paroles de Charles de Foucault

  18. Résultat du choc des civilisations. C’était prévisible. Et le problème n’est pas près de se résoudre.
    Les musulmans haïssent les occidentaux autant que les occidentaux haïssent les islamistes.
    Que faire ? Se retirer ? les laisser appliquer la charia et attendre que leurs peuples se révoltent ?
    Souhaitons que les tunisiens réussissent à reconquérir par eux-mêmes leur liberté : un exemple probable pour la France.
    Car chez nous, les islamistes appliquent déjà la subversion.
    Un commencement d’explication :
    Islamistes. Comment ils nous voient. d’Anne Nivat Editions Fayard 2006.
    Pakistan, Afganistan, Irak.

  19. Un exemple de plus de la trahison de nos « élites » qui,en plus, n’ont pas compris que les musulmans ont beaucoup de respect envers ceux qui croient en leurs valeurs, leur religion et, plus généralement, leur civilisation et de mépris, parfois envers ceux qui s’avilissent devant eux en reniant ce qu’ils sont pour soit disant se faire accepter (jusqu’à les assassiner).
    Face à la détermination de l’Islam qui grappille tous les jours avec la lâche complicité de nos dirigeants, la civilisation occidentale sent de plus en plus le sapin.

Publier une réponse