Nette hausse des indemnités d'Agnès Bénassy-Quéré

Depuis un arrêté de 2003, le montant de l’indemnité forfaitaire mensuelle allouée au président délégué du
Conseil d’analyse économique est fixé à 1 800€.

Par un arrêté du 5 mars, le montant brut mensuel de l’indemnité forfaitaire est fixé à 3 000 €.

Il ne s’agit pas d’un salaire mais d’une indemnité. Nommée à ce poste le 1er octobre 2012, Agnès Bénassy-Quéré est une économiste française, membre du Cercle des économistes, professeur à l’Université de Paris I.

7 réflexions au sujet de « Nette hausse des indemnités d'Agnès Bénassy-Quéré »

  1. Grincheux

    Haaaa ! comme j’aimerai avoir moi aussi un copain socialiste……… Il me trouverait un poste sympa, avec de GROOOSSSSEEES indemnités à la clé. Et voilà comment la gauche et ses amis s’engraissent sur le dos des contribuables français

  2. yf

    pardon mais le procédé n’est pas convaincant : cous ne dîtes rien de ce en quoi consiste sa mission, du temps hebdomadaire qu’elle y consacre, de sa rémunération cumulée, de la rémunération comparée des personnes occupant des fonctions similaires dans d’autres structures publiques, bref rien d’autre que le constat d’une augmentation : et si l’indemnité précédente était notoirement insuffisante, le rattrapage serait-il en lui-même choquant ?

  3. C.B.

    Sur http://www.cae.gouv.fr/Presentation.html
    on apprend que “[le CAE] comporte des membres nommés à titre personnel pour leurs travaux de recherche en économie et des correspondants venant plutôt du secteur économique des entreprises. Ils ne perçoivent aucune rémunération pour leur participation au Conseil.”
    ——————————————–
    Il faut donc aller fouiller sur Legifrance pour savoir que ce bénévolat est moins bénévole qu’il n’y paraît:
    -décret n° 98-1052 du 23 novembre 1998 relatif aux conditions d’indemnisation du président délégué, des membres et des collaborateurs du Conseil d’analyse économique
    -un arrêté du 17 juin 2003 fixant le montant de l’indemnité susceptible d’être allouée au président délégué du Conseil d’analyse économique a été abrogé par l’arrêté du 7 août 2003 fixant à 1800 € le montant de cette indemnité forfaitaire mensuelle
    et la modification de ce mois s’appuie sur trois décrets (décret n° 98-1052 du 23 novembre 1998, décret n° 2003-522 du 17 juin 2003, décret n° 2012-1226 du 5 novembre 2012).
    Le traitement brut mensuel (hors primes) d’un professeur des universités varie de 3000 à un peu plus de 6000 € selon le grade et l’échelon.
    Plus sur cette dame ici http://www.parisschoolofeconomics.com/benassy-quere-agnes/agnesb.html
    (parmi ses activités rémunérées: France Culture)

Laisser un commentaire