Ne tolérons plus les discours de l’ADMD

D'Emmanuel Hirsch, professeur d'éthique médicale à l'université de Paris-Sud XI :

H "Après des mois de polémiques habilement fomentées par l'Association pour le droit de mourir dans la dignité, sera officiellement rendu public, mercredi, le rapport d'évaluation de la loi relative aux droits des malades et à la fin de vie. Le temps des vaines controverses doit prendre fin. […]

[L]a revendication, par certains, de l'euthanasie pour mettre fin aux «vies indignes d'être vécues», provoque nos valeurs et surprend nos mentalités. Au mépris des leçons de l'histoire et des combats menés par les personnes malades et leurs proches afin d'être reconnus dans leur aspiration à pouvoir enfin vivre leur vie en société sans discriminations, cette idéologisation d'une liberté ultime, affirmée dans le recours à la mort médicalement administrée […] nous livre en toute innocence aux dérives d'une évidente barbarie.

On ne saurait tolérer davantage le discours des quelques beaux esprits qui proclament comme une conquête morale l'urgence de dépénaliser l'euthanasie, sans consacrer la moindre attention à ceux, plus vulnérables que d'autres, qui éprouvent de tels arguments comme une injure, une imposture, l'insupportable manifestation d'un rejet qui révoque leur humanité même. Les propagandistes actuels du suicide […] confortent les logiques de l'indifférence, du renoncement ou de l'abandon et justifient ainsi les relégations de nos malades aux marges de la cité, dans un état de précarité et d'errance chroniques, au domicile ou dans des institutions vécues comme des lieux de ségrégation. La délivrance anticipée d'une vie à ce point indigne de la vie leur semble alors préférable à l'expérience quotidienne d'une forme subreptice, anonyme, indifférenciée d'euthanasie sociale. […]

J'en appelle à une mobilisation éthique : elle […] sollicite […] un engagement auprès de celles et de ceux qui attendent de notre société d'autres réponses que la solution finale d'une mort assistée."

MJ

Une réflexion au sujet de « Ne tolérons plus les discours de l’ADMD »

Laisser un commentaire