Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Ne rien choisir, c’est encore choisir

De l'abbé de Tanoüarn sur l'abstention :

"L’abstinent ne voit pas que le vote en démocratie c’est comme le salut en religion. On ne peut pas ne rien faire. Ne rien choisir, c’est encore choisir : choisir celui qui est donné pour majoritaire, le laisser accéder au pouvoir, en l’y aidant par son non-vote.

Pour effrayer le bourgeois et le forcer à rester chez lui dimanche (la solution la plus facile d’ailleurs), le clerc putatif et anonyme […] nous raconte une histoire de nazi. Voter, pour lui, c’est comme tuer une petite fille pour ne pas provoquer l’exécution de 100 otages. Et omnes rigolaverunt. […] Talleyrand, clerc et mondain, aurait dit, lui, en parfait français : « Tout ce qui est excessif est insignifiant ».

La comparaison, avec sa prétention à porter les choses à l’absolu, avec sa curieuse pratique de la reductio ad Hitlerum, voudrait nous faire croire que voter est un acte intrinsèquement mauvais. Mais voter est en soi un acte indifférent, d’autant plus que ne pas voter constitue un autre acte, tout aussi indifférent en soi. Je suis au regret d’avoir à écrire de pareilles lapalissades, mais enfin : voter n’est pas tuer. Tuer est un acte intrinsèquement mauvais, ce qui n’est évidemment pas le cas du vote. […] Et pourquoi citer Jean-Paul II et sa critique du conséquentialisme moral, alors qu’on ne sait pas soi-même discerner entre un acte qui peut être mauvais et un acte qui l’est intrinsèquement ?"

Partager cet article

10 commentaires

  1. J’ai relu la tribune d’hier qui fait polémique. J’y ai lu ceci qui prouve qu’il s’agit en fait d’une tribune POLITIQUE :
    “on donne pour évident d’écarter un pire qui n’existe pas encore, qui n’est pas encore advenu et qui n’adviendra peut-être pas -Dieu est grand- et on promeut ouvertement un mal qui est bien réel celui-là, puisqu’il est mis en oeuvre depuis cinq ans”.
    C’est cette phrase qui condamne explicitement le vote pour Sarkozy dans le raisonnement de l’auteur : elle n’a rien à voir avec de la théologie morale. Elle exprime qu’une opinion subjective qui juge les deux candidats d’une façon inégalitaire voire partisane. D’un coté on doute que le candidat applique réellement le programme qui parait le pire, alors qu’on serait certain que l’autre applique réellement le sien, et cela justifierait qu’on ne vote pas pour lui.
    A plusieurs reprises encore il compare un programme d’un coté avec un bilan de l’autre, et jamais deux programmes entre eux. Il oublie aussi qu’il existe un bilan du socialisme, au niveau local et même au niveau des gouvernements antérieurs.
    Mais on est là en plein relativisme. Si l’auteur était logique il irait au bout de son raisonnement en disant : “comme j’ai encore un doute que Hollande applique son programme, même s’il est plus mauvais je vote pour lui” !
    Et si cette tribune était une campagne de désinformation du camp Hollande ?

  2. Merci pour cet éclairage.
    PAX.

  3. Ne vous lavez pas les mains comme Ponce Pilate, qui a quand même envoyé un innocent sur la Croix, en se lavant les mains du sang de ce juste!!!
    Et n’oubliez pas
    “LA FRANCE EST CHRÉTIENNE ET DOIT LE RESTER!”
    C’est la police sous Sarko qui nous a permis de le clamer partout en France, ce qui est à peine croyable et n’est pas prêt de se reproduire si Hollande passe!

  4. c’est de la quatrocapillisection savante…

  5. Bravo à l’abbé de Tanouarn

  6. C’est cela qui n’était pas clair du tout et que @gasman a mis en lumière : il s’agissait de comparer un bilan et un programme, et forcément l’intervention était bancale.
    Jadis on apprenait à l’école de ne pas peser une pomme avec une poire, mais maintenant que les enfants doivent le trouver tous seuls, c’est devenu “clivant” selon le dernier mot tendance répété à sasiété.

  7. Ce commentaire de “la tribune qui fait polémique” est d’une rare mauvaise foi. Il est à rapprocher du commentaire du même auteur sur les discours du premier Mai…
    Il n’est jamais permis de contribuer consciemment à un mal : avec le bilan de Sarko on sait à quoi s’en tenir et avec le programme de Hollande on ne peut espérer que sa politique soit à l’opposé de ce programme.
    Voté blanc serait encore approuver un système d’essence sataniste.
    Il ne reste qu’à s’abstenir.

  8. Je ne dit pas que le vote démocratique est le salut de la religion, mais c’est évidement très important, même si ce n’est pas la démocratie qui va nous sortir de là.

  9. Nous sommes tous globalement d’accord mais là où X et beaucoup d’autres ont raison c’est que depuis une semaine le phénomène de culpabilisation de ceux qui vont s’abstenir ou voter blanc devient lourd : en clair nous sommes des suppôts du Mal.
    Cela est lourd, de la part de gens qui se sont souvent faits avoir.

  10. Merci aux honorables lecteurs de voir le site MetaBlog de l’Abbé de Tanouarn, esprit distingué et prêtre traditionnel, ce site reprend “Voter n’est pas tuer”
    et le complète.
    Dont le Salon Beige,merci à lui,nous a fait découvrir l’intérêt

Publier une réponse