Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Ne dites pas que vous vous ennuyez dans l’administration

Sous le pseudonyme Zoé Shepard, auteur d'"Absolument débordée!", un pamphlet contre le conseil régional d'Aquitaine, se cache une femme, haut fonctionnaire de 30 ans, entrée en 2007 comme chargée de mission à la délégation internationale du conseil régional. Elle est passée devant le conseil de discipline. Le Conseil régional d'Aquitaine demandait sa révocation. La commission de discipline, qui n'est qu'une instance consultative, a proposé une suspension de deux ans.  Elle raconte pourquoi elle a écrit ce livre :

"Ce livre est né d'un grand désespoir professionnel car je n'ai jamais réussi à faire ce pour quoi j'avais été embauchée (…) je me sentais mal dans ce travail". "C'est le fait de ne pas servir l'intérêt général qui a commencé à me faire déprimer". "Un jour, on m'a laissé cinq jours pour changer la police (de caractère) d'un document, il y a aussi les réunions qui durent sans objectif (…) le gaspillage m'a heurtée".

Après une prépa en lettres, cette fille de fonctionnaires est entrée à l'Institut d'études politiques de Bordeaux avant d'intégrer l'Institut national des études territoriales (INET). Elle trouvait "très pénible de rester sept heures derrière un ordi et de se dire je pourrais être utile ailleurs". Alors, elle commence par tenir un blog avant de se mettre à écrire un livre, sous la forme d'un journal et sur un ton léger. Mais des collègues et anciens camarades de classe reconnaissent sa plume et son caractère mordant. Elle a déjà vendu 10.000 exemplaires de son ouvrage.

Le conseil régional d'Aquitaine, présidé par le socialiste Alain Rousset, considère, qu'elle a outrepassé son devoir de réserve et de discrétion et que certains passages du livre sont injurieux, grossiers et diffamatoires notamment quand elle parle d'"un regard d'une vacuité qu'une vache trisomique ne renierait pas" ou d'un "cerveau atrophié de Simplet".

Partager cet article

16 commentaires

  1. Petite imprudente,on vous condamne à recopier 100fois la fable du Loup et l’Agneau…La raison du plus fort est toujours la meilleure..

  2. On peut dire des horreurs inqualifiables sur le Saint-Père et sur la religion catholique, mais si vous touchez à un fonctionnaire,alors vous tombez sous le coup d’une réprobation immédiate.

  3. Ce “regard d’une vacuité qu’une vache trisomique ne renierait pas”, c’est franchement mauvais. La vache trisomique n’est pas du meilleur goût, mais “ne renierait pas” est absurde. “Un regard de vache trisomique” aurait été suffisant, ou “un regard aussi vide que celui d’une vache trisomique”, à la rigueur.

  4. “un regard d’une vacuité qu’une vache trisomique”
    Effectivement l’utilisation de l’adjectif trisomique n’est pas heureux, le reste aurait été largement suffisamment pour faire comprendre le gouffre abyssal de vacuité dont il est question.
    Par compte il est évident que l’auteur n’est pas attaqué pour son racisme chromosomique!
    J’espère que cette dame, sans doute fort sympathique, à vous lire, va pouvoir mettre son énergie et sa pugnacité au service d’une bonne cause. On peut lui donner des adresses et l’on compte sur elle.
    C’est très bien qu’elle puisse quitter son administration, car les premières années, elle peut s’ennuyer, se révolter, puis avec le temps se résigner et enfin être incapable de faire autre chose que de ne rien faire sous peine de “stress” au travail, sur une personne en profonde dépression existentielle. Qu’elle quitte à temps cet enfer “doux” idéologique!

  5. Le contribuable/employeur pourrait considerer que M. Rousset a outrepassé les limites du parasitisme admissible.

  6. J’ai lu son livre et je ne peux que vous le recommander. c’est tout à fait bien écrit.
    Je reproche juste à cette dame un certain manque d’humilité dans son ouvrage.
    Mais je la pense sincère, et quand à la fin du livre, elle dit partir 6 mois pour s’engager dans l’humanitaire, je trouve sa démarche plutôt courageuse. C’est mieux que ceux qui restent et passent 20-40 ans de leur carrière a médire par derrière de leur boss et de l’administration qui les emploie.

  7. Mais j’espère bien que l’accusation de racisme porte sur cette utilisation, aux relents presque diffamatoires, de la vacuité trisomique, fût-elle bovine !
    Cela prouverait que cette bonne Administration se décide enfin à défendre l’honneur des trisomiques avant de leur aménager l’accueil et l’environnement dus à des enfants de Dieu, au lieu de les évacuer au sens propre du terme dans d’innombrables poubelles !
    Madame, pour employer votre temps enfin libre, attachez-vous à la défense des trisomiques, ils vous le rendront bien (certains prient déjà pour vous) et le sentiment de votre utilité vous comblera comme jamais auparavant.
    PS : Notez que je n’ai rien contre l’application de termes “céliniens” envers la dite Administration ! Elle en mérite parfois l’utilisation des plus crus.

  8. Ce “trisomique” est vraiment de trop.Et témoigne d’une passion déréglée pour sa propre intelligence.Il est aussi de bon ton,de nos jours d’employer comme injure des termes médicaux comme ” autiste, schizophrène”Ces mots caractérisent dans la réalité des états de grande souffrance pour les sujets qui en sont atteints et leur entourage.Respectons-les.

  9. L’expression “vache trisomique” est consternante et démontre combien un eugénisme rampant a infiltré toute la société. Il discrédite tout le propos de cette dame qui semble surtout éprise de sa propre valeur.

  10. Cette dame crache dans la soupe!
    Ce n’est pas correct.
    Elle profite du système et se permet de le critiquer.
    Une attitude responsable et courageuse aurait été de démissionner, ce qu’elle n’a pas voulu faire!
    Elle se contentait de remplir une fonction sans rien chercher d’autre!
    Un esprit fonctionnaire, par opposition à l’esprit missionnaire de celui qui rempli une mission.
    Ne pleurons pas sur elle, quelque soit ses capacités intellectuelles qui dans ces circonstances, sont plutôt aggravantes!

  11. @HB
    Allons, allons, il est plus honorable d’être viré parce qu’on a parlé que de s’esbigner en catimini parce qu’on s’est ennuyé pendant huit jours !
    Un peu m’as-tu-vu… peut-être, mais au moins le témoignage existe et les intentions de service sont louables !

  12. C’est la même histoire, le même procédé que pour Saint-Eloi à Bordeaux, non? Et ceux qui ont a-do-ré les infiltrés (suivez mon regard), se scandalisent maintenant, ils crient à la malhonnêteté. Vous avez dit bizarre?

  13. @ HB,
    Cette fois ci je ne vous suis pas.
    Il faut connaître le “management” moderne avant de juger.
    Et puis cette personne a fait un excellent travail d’infiltration…même inconscient au début.

  14. trahoir,
    plus de quinze années de management font que je sais de quoi je parle.
    Je connais et désapprouve certaines méthodes.
    Pour avoir refusé de les appliquer, je les ai aussi subies.
    Je suis donc maintenant au chômage.
    Mais si c’était à refaire, je serai certainement plus stratégique pour changer d’entreprise, mais jamais je n’ai critiqué l’entreprise ou j’étais, ni à l’époque, ni maintenant.
    On ne crache pas dans la soupe qu’on a accepter de manger !
    Elle mérite donc d’être virée, même si sur le fond , je peux la comprendre, et partager certaines de ses idées.

  15. Ce qui est formidable c’est que les gens se soient reconnus tout seuls, et qu’ils soient assez contents d’eux pour le faire savoir. Ça m’épate.
    Cette dame a donc fait du bon boulot.
    Quant à l’emploi malheureux d’un mot inapproprié… nobody is perfect!

  16. Pour l’auteur de ce livre que je n’ai pas lu : je suis désolé que vos collègues manquent à ce point d’humilité pour se sentir blessés par ce pamphlet. J’espère qu’avec un brin d’intelligence, les politiques qui dirigent ce petit monde sauront amoindrir les bêtises qu’ils ont annoncés (une suspension de deux ans… du délire pur!).
    bref, bon courage.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]