Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / Homosexualité : revendication du lobby gay

Ne dites ni Madame le ministre, ni père ou mère

Petite escarmouche cet après-midi à l'Assemblée nationale entre Cécile Duflot, ministre chargée du logement et Bernard Accoyer, député (UMP).

«Je voudrais interroger Madame le ministre sur cette idée qui
consisterait à vouloir faire de la France un pays où les citoyens
seraient tous des locataires de logements sociaux […]

Mme Duflot a lancé
au député de Haute-Savoie:

«C'est ça, je ne connais absolument pas le problème du logement.
En revanche, ce que je sais M. Accoyer, c'est que je suis une femme. Je
vous prierai donc de m'appeler Madame la ministre
».

L'abbé Grosjean a réalisé ce petit croquis bien senti :

L

Partager cet article

21 commentaires

  1. OK. Et moi, je suis un person humain.

  2. Peut-on lui proposer de choisir entre “madame LE ministre” (qui la fâche mais qui est correct, la fonction n’ayant pas de sexe mais seulement un GENRE GRAMMATICAL) et un néologisme qui pourrait être “madame la ministresse” (forgé sur le modèle de “maître/maîtresse)?

  3. Etre premier de classe étant toujours mieux qu’être 2e, alors être parent 1 sera toujours perçu comme étant supérieur à parent 2, donc il n’y aura pas égalité. Quand il y a un père et une mère, chacun a un rôle différent mais complémentaire.Et là il peut y avoir égalité dans la différence.

  4. “La ministre” est une expression fautive./
    C’est une faute de français qui se généralise, même sur la radio du pays réel et de la francophonie.

  5. Quel manque de dignité.
    Quelle vanité.
    Quelle superficialité.
    Duflot aurait voulu démontrer que les femmes sont des têtes de linotte auxquelles on n’aurait jamais dû donner le droit de vote qu’elle n’aurait pas fait mieux.

  6. A l’époque ou Marylise Lebranchu était Ministre de la Justice, lors d’un débat au Sénat auquel elle était présente, Josselin de Rohan avait commencé son intervention par:”M. le président, Mme le Ministre, mes chers collègues…”. Le reprenant immédiatement Mme Lebranchu lui demandait “Mme LA ministre, s’il vous plaît”. A nouveau, Josselin de Rohan l’appelait Mme le Ministre, et à nouveau elle le repris. La troisièe (et dernière!) fois, le sénateur UMP reprit: “Mme LA branchue…”
    ça passe moins bien, mais on peut tenter le “de La Flot”, éventuellement…

  7. Elle aurait pu mettre son masque Pussy Riot, son jean et fumer un pétard, madame la ministre.
    Enfin la ministre, le ministre, tout ça est une question de GENRE, mais qu’a-t-elle donc appris à l’école ?
    A part ça, on pourrait espérer qu’UNE ministre soit plus gracieuse qu’un ministre…

  8. Embauchez l’abbé comme dessinateur humoristique : il est meilleur que celui de l’Immonde. M. l’abbé ne s’est pas Plantu ;-).

  9. Quand on connaît le français académique, on dit “Madame le Ministre”, mais ça doit échapper à Madame le Ministre Cécile Dufflot qui parle un français politique et non un français académique !
    La république aura tout détruit, même la langue française ! Quelle pitié !

  10. cela pose un problème extrémement grave et qui devrait occuper le gouvernement et les députés pour les 5 ans à venir, car en précisant qu’elle est une femme et qu’elle veut qu’on l’appelle “la” elle brave à la fois l’Académie et la théorie du genre ! on ne sait plus à quels saints (seins?) se vouer

  11. @ Barbara
    Je n’y avais pas pensé! Dans ce cas, pourquoi pas parent jaune et parent vert, pour rester dans l’égalité ? (et pas rose ou bleu, cela ferait trop référence des sexes bien connus!)

  12. Devrait-on dire “N… ton parent n° 2” ?
    Mais si les 2 “parents” sont des femmes, laquelle est le n° 2 ?
    Imaginez l’embrouille dans le 9-3 !!!

  13. Au lieu de les appeler M ou Mme le ministre, il faut les appeler ni monsieur, ni madame (encore moins mademoiselle, bien sûr) mais “n ième Ministre”, n étant leur rang protocolaire dans le gouvernement.

  14. Heureusement pour elle que Mme “de la flot” n’est pas manequin ! Dans aucun magasine “féminin”, je n’ai encore lu ce mot au féminin.

  15. Mme Duflot est la personne qui convient dans ce gouvernement pour nous permettre de sourire (et plus !)en ces moments difficiles
    …ce qui est tout de même un avantage !
    De surcroit ,sa présence est un apport non négligeable pour les citoyens de base que nous sommes tous : elle est la preuve qu’être Ministre est à la portée de tout un chacun dans notre beau pays et qu’en conséquence le rêve est permis : merci Madame!!!!!

  16. C’est idiot, comment sait-elle qu’elle est une femme? Aussi bien, elle deviendra peut-être un homme demain? On devrait supprimer les genres dans la grammaire: ni “madame”, ni “la”, ni “le”, mais “ministre”, un peu comme sous la Révolution “citoyen-n-e Duflot”.
    Finalement d’ailleurs, la folie de l’égalité aujourd’hui, c’est le retour à la guillotine: on égalisait en coupant les têtes.

  17. Suite aux commentaires qui affirment que «LA ministre» est une expression fautive, je me dois de nuancer cette fausse évidence. Selon contexte on doit utiliser LA ou LE ministre.
    On utilise LA lorsqu’on s’adresse à la personne en tant que femme, personnalité entière. On utilise LE lorsque la fonction est mentionnée (comme ici puisqu’à l’Assemblée Nationale, Madame Dufflot n’est pas présente en tant que personnalité intéressante mais en tant que ministre).
    http://www.culture.gouv.fr/culture/dglf/cogeter/feminisation/6juridique.html#ancre1129612

  18. Il est évident que l’armée doit se plier à cette si belle expression de la “parité”
    Ainsi, un homme en faction sera un sentinelle, un homme envoyé porteur d’un courrier sera un estafette, un homme du rang auprès d’un officier sera un ordonnance…
    Ils ou elles sont fous ou folles !!!!!!
    Et je suis un victime de cette folie !!!

  19. @ supélec
    Le gouvernement n’a pas autorité sur les questions de langue. Voyez ce document de l’Académie: http://www.academie-francaise.fr/la-langue-francaise/questions-de-langue#38_strong-em-fminisation-des-noms-de-mtier-de-titres-etc-em-strong .
    La règle reste donc LE ministre, quel que soit le sexe.

  20. Je dirais plutôt “un sentinel”, “un estafet” et “un ordonnanc”
    Et la militaire de faction sans armes…c’est une plantonne !
    Un homme qui pose pour des magazines est un mannequin, une femme est une mannequine !

  21. Cher PK,
    Tant qu’à faire d’envoyer un lien (excellent et fort utile soit dit en passant et je le renvoie pour les autres lecteurs http://www.academie-francaise.fr/la-langue-francaise/questions-de-langue#38_strong-em-fminisation-des-noms-de-mtier-de-titres-etc-em-strong ),il est de bon ton de le lire en entier.
    En effet, ce commentaire de l’Académie française renvoie vers… le rapport de la commission que je vous avais proposé !
    Alors séparer le ministère de la Culture et l’Institut est prudent, mais il faut prendre garde à ne pas en faire d’irréductibles ennemis !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]