Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Vie de l'Eglise

“N’ayons pas peur de la richesse”

Un article de la revue Palabra Nueva (Nouvelle Parole), de l'archevêché de La Havane, dirigé par le cardinal Jaime Ortega s'intitule "N'ayons pas peur de la richesse" :

O "L'émergence de nouveaux riches peut représenter un défi d'ordre éthique, mais l'étendue de la pauvreté n'en présente pas moins un défi, voire un danger pour notre société".

"S'opposer au riche seulement parce qu'il est riche – alors qu'il n'est pas si riche que cela, qu'on ignore comment il l'est devenu ou ce qu'il fait de cette richesse – peut provenir d'une conviction idéologique erronée ou tout simplement de la jalousie, entre autres raisons".

"le plus petit écart du modèle économique général représente pour certains un péché social terrible, un vice répugnant qui mérite punition ou, au moins, la mise en doute de l'honnêteté de la personne concernée".

[Pourtant] "le mal n'est pas dans la richesse ou dans la pauvreté mais dans la façon de vivre ces réalités […] si l'on peut douter de l'origine de beaucoup de richesses, il ne convient pas de douter de la bonne origine de tant d'autres et du bon usage qu'en font leurs propriétaires".

Partager cet article

3 commentaires

  1. Il y a peut-être des richesses mal acquises (vol, spéculation, exploitation économique, jetons de présence etc.).. Mais il y a tout autant de pauvretés mal acquises : pauvreté causée par l’alcolisme, la paresse, le jeu, les femmes, la spéculation “perdante” etc. !
    En tout cas, il faut sortir du mensonge classique : “c’est à cause des riches qu’il y a des pauvres”.

  2. C’est le simple bon sens. Un riche n’est pas mauvais parce qu’il est riche et un pauvre n’est pas bon parce qu’il est pauvre. Il y a de bons riches et de mauvais pauvres. D’ailleurs, richesse et pauvreté sont des notions toutes relatives : un pauvre est un riche en comparaison d’un plus pauvre que lui, un riche est un pauvre en comparaison d’un plus riche que lui. La pauvreté absolue (la richesse “0”), ce serait de n’avoir rien du tout. Mais un être qui n’a rien du tout N’EST RIEN DU TOUT. Même la vie peut être considérée comme une propriété, et elle est, de fait, un avantage sur le mode d’existence des damnés. “A ceux qui n’ont pas, il leur sera enlevé même ce qu’ils ont”.

  3. pour donner, il faut d’abord posséder

Publier une réponse