N'attendez pas un pape moderne

Jean-Louis Schlegel a apprécié la tribune de Solange Bied-Charreton, dans Le Monde du 3-4 mars,se moquant de nos bobos :

"Écoutez plutôt : elle évoque les « trentenaires d’aujourd’hui, les
bébés bienheureux de la génération Mitterrand
», qui vivent dans un «
monde de droits et d’amusement, si terriblement libre
». Elle parle de «
cette absence de transcendance qui nous colle à la peau, cet
évanouissement des fondamentaux, cette perte du sens. Cet impératif du
fun qui est notre seul devoir. Ce droit au dialogue permanent qui ne
nous contente pas
».

« Terrible » liberté, qui demande un « pape ringard » […] cet écho venu d’ailleurs, exprimé avec la sensibilité d’une
romancière, est trop rare et suggestif pour être ignoré. Il instruit le
sociologue sur le succès du « pape grand-père » auprès des JMJistes, par
exemple. C’est aussi une « post-post-moderne » qui dit quelque chose
aux modernes raisonnables
, aux théoriciens de « foi et raison » que nous
sommes. Elle nous dit, au fond, que le pape « moderne » si nécessaire,
et que nous attendons, ne suffira pas à la tâche avec sa modernité
,
qu’il lui faudra bien d’autres qualités pour être à la hauteur de la
jeunesse et de la diversité du monde, et de la « crise de la culture »
en un temps de libéralisme euphorique."

4 réflexions au sujet de « N'attendez pas un pape moderne »

  1. ricoh

    En effet, pour ceux qui ont suivi les déclarations de Benoit XVI avant sa renonciation, il a mis en garde les catholiques contre le mirage de la modernité et du relativisme. Le successeur de l’apôtre Pierre n’est pas là pour inventer une nouvelle foi mais transmettre, évangéliser et garder le troupeau que le Seigneur lui a confié.

Laisser un commentaire