Bannière Salon Beige

Partager cet article

Bioéthique

Mères porteuses ou “GPA” : un formatage des esprits à marche forcée

Communiqué de Laissez-les-vivre :

Femmeenceinte_2 "Le 25 juin, le rapport ANDRE, qui fait la une de la presse audio-visuelle de mercredi et de la presse écrite de jeudi 26 est unanimement présenté comme « équilibré, bien encadré, et présentant de solides garanties éthiques », comme si la loi venait d’être votée. Or, il ne s’agit encore ni d’une loi, ni même d’une proposition de loi mais seulement du rapport d’un groupe de travail sénatorial. Toutefois, si nous ne nous mobilisons pas, il ne fait aucun doute qu’elle sera votée telle que !

En effet, les obédiences maçonniques restent fidèles à leur bonne vieille méthodologie :

1)     trouver une terminologie acceptable voire positive :

·        I.V.G.  (interruption volontaire de grossesse) pour avortement,

·        D.M.D. (droit à mourir dans la dignité) pour euthanasie,

·        T.N. (transposition nucléaire) pour clonage,

·        G.P.A. (gestation pour autrui) pour mère porteuse…

2)     Dénoncer le caractère traumatisant du voyage à l’étranger en train (tendant à être assimilé à une déportation) ou en avion

·         avortements tardifs : Espagne ou Angleterre

·         insémination artificielle : Pays-Bas (« Bébés Thalys »)

·         euthanasie : Belgique ou Pays-Bas

·         suicide assisté : Suisse

·         mère porteuse : Californie

3)     organiser la violation de la loi

  • afin d’apitoyer sur le sort des délinquants ainsi « victimisés »
  • tout en dénonçant le caractère inhumain et obsolète de la loi

·        avortement : manifeste des 343, procès de Bobigny

·        euthanasie : affaires Humbert et Sébire

·        mères porteuses : affaire Mennesson

En ce qui concerne les mères porteuses, il faut reconnaître que la locution de « gestation pour autrui » est un pur chef d’œuvre car c’est le caractère altruiste qui prédomine nettement dans cette expression.

4)     proposer une législation d’exception encadrée de superbes « garanties éthiques » et pour une durée probatoire (5 ans pour la loi Veil de 1975 et pour les lois bioéthique de 1994 et 2004)

      Ainsi le groupe de travail de Michèle ANDRE  actuellement sénatrice socialiste du Puy de Dôme et  ex-secrétaire d’Etat chargée du droit des femmes du gouvernement Rocard (1988-1991) garantit « une pratique très encadrée, qui pourrait s’appliquer à une quarantaine de couples par an ». Il s’agit donc bien d’une législation d’exception qui n’a aucun lieu d’exister dans cette grande démocratie républicaine qu’est la France ; car la loi, l’expression de la volonté générale, doit concerner, si ce n’est la majorité, au moins une proportion significative des concitoyens, mais sûrement pas seulement 80 personnes sur une population de 64 millions !

A noter que le lendemain même de sa nomination comme secrétaire d’Etat à la famille, Mme Nadine MORANO (Grande Loge Féminine), exploitant avec talent l’émotion de l’affaire Sébire, proposait, ce 19 mars 2008, une loi d’exception d’euthanasie.

5) généraliser la soi-disant législation d’exception tout en supprimant progressivement toutes les pseudo-garanties initiales.

De même que le délit d’avortement qui, en 1974, ne devait être dépénalisé qu’à titre exceptionnel a fini par disparaître complètement du code pénal en 1994, on finirait par aboutir en vingt, dix ou même seulement cinq ans à un droit opposable à la gestation pour autrui. Reconnaissons toutefois que les socialistes savent parfois faire preuve de loyauté : ainsi, le député socialiste Alain CLAEYS, pourtant auteur d’un monstrueux rapport parlementaire en décembre 2006 prévoyant la légalisation du clonage humain rebaptisé « transposition nucléaire » évoque le risque de « marchandisation du corps » que pourrait engendrer la légalisation des mères porteuses.

Les premières lois bioéthique ont été votées en 1994 puis aggravées en 2004. C’est véritablement une nouvelle civilisation qu’annonce le renouvellement des lois bioéthique de 2009, avec sa phase préparatoire que vont constituer les assises de la bioéthique dans quelques mois.

Les enjeux sont considérables : préparons notre mobilisation dès à présent !"

MJ

Partager cet article

4 commentaires

  1. Pourquoi appeler ces femmes “mères porteuses”, ce ne sont pas des mères tout juste un “contenant” !!!

  2. Je propose de faire comme eux et tout d’aborb le sigle MAL (Meutre Avalisé par la Loi) à la place d’avortement !

  3. Morano qui interpelle par les émotions et les images : elle serait prête, si besoin était, à porter un enfant qui ne serait pas d’elle !
    http://news.fr.msn.com/article.aspx?cp-documentid=8725253
    Plus rien n’est étonnant de la part de cette femme qui ose se dire chrétienne ! Me fera-t-on croire qu’une secrétaire d’Etat qui parle autant n’est pas bénie de l’Elysée ? Elle sonde le terrain. Et ça, pour le pouvoir, ce n’est pas un couac alors qu’elle passe son temps à forcer la main de la majorité !

  4. Suite, notamment, aux propos de Morano, Mme Boutin annonce que le FRS va lancer une “pétition afin d’alerter l’opinion sur les conséquences d’une légalisation des mères porteuses”.
    http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/politique/20080627.OBS0345/meres_porteuses__vers_un_nouveau_couac_a_lump_.html?idfx=RSS_notr

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]