Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

“Moi, président, je vous ai raconté des boniments”

Lu dans Les 4 vérités :

"On se souvient de l’envolée
lyrique : « Mon véritable
adversaire n’a pas de
nom, pas de visage, pas de parti,
il ne présentera jamais sa candidature,
et pourtant il gouverne.
C’est le monde de la finance.
»
C’était le discours du 22 janvier
2012 du candidat Hollande au
Bourget.
Depuis, l’eau a coulé sous les
ponts.
Et, de façon spectaculaire,
François Hollande vient de se
réconcilier avec « le monde de
la finance » en recevant les principaux
banquiers français à l’Élysée,
le 19 juillet
.
Cette réception est d’autant
moins passée inaperçue qu’elle
intervenait le lendemain du
vote définitif de la loi bancaire,
censé répondre aux promesses
du candidat Hollande pour
« domestiquer » la finance.
Pour sceller la parfaite réconciliation,
des membres anonymes
« de l’entourage du chef de l’État
» ont fait savoir à la presse
que « les banques, qui sont une
tour de contrôle formidable,
constatent un frémissement de
l’économie
» et que, si on les
laissait faire, l’économie réelle
serait enfin financée, l’investissement
repartirait et le chômage
ne serait bientôt plus qu’un
mauvais souvenir.
Est-il besoin de dire que je ne
crois pas du tout à ce conte à
l’eau de rose ?

Le scénario offert aux gogos est,
en gros, le suivant : François
Hollande, social-démocrate courageux
et responsable, a su parler
haut à la finance qui, ayant
compris qui était le maître, se
met à sa disposition pour relancer
l’économie. Ce scénario est
doublement faux.
D’une part, François Hollande
n’a évidemment pas parlé en
maître à « la finance » – si tant
est que cela existe !
Sa loi bancaire est un recueil de
pieuses intentions sans portée
normative
. Les grands réseaux
bancaires ne pourront certes plus
pratiquer le « trading à haute
fréquence » avec l’argent des
épargnants, mais ils pourront
encore commercialiser les prêts
subprimes ou… spéculer sur
l’euro!

Inversement, les banques françaises
n’ont rien d’ultra-libéral.
Au contraire, elles sont complètement
asservies à l’idéologie
mondialiste qui est le refus de la
concurrence réelle et, surtout, le
refus de toute responsabilité
.
Pas un des invités de l’Élysée ne
prend le moindre risque avec
son propre argent.
Cette alliance de Hollande et
des grandes banques, c’est donc
l’alliance de l’irresponsabilité et
de l’inefficacité
. Je ne vois pas
ce que cela pourrait apporter
sur le front de l’emploi… mais
je vois très bien les risques en
matière de hausse d’impôt !"

Partager cet article

7 commentaires

  1. A la lecture de votre article, deux phrases de Jean Yanne me reviennent pour qualifier l’attitude de Normal Ier :
    – “Moi y en a vouloir des sous” ;
    – “Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil”.

  2. « trading à haute fréquence » : les grandes banques françaises le pratiqueront au travers de filiales à l’étranger ou par des structures de délégation. L’espace français n’est pas l’espace mondial, même si HOLLANDE est persuadé que la République jacobine est universelle…..

  3. Il y a cette rumeur que maintenant les banksters ont fait main basse sur le Livret A et donc vos économies se seront plus protèger dès que les banksters auront dilapidés votre argent au casino des spéculations pour prédateurs de Walls st au cac40 .
    Un gouvernement qui fait faillite ne peut aucunement garantir vos économies !
    souvenez-vous de Chypre et la Grèce …..ce sera notre tour ensuite à moins de virer les imposteurs qui bradent la France aux banksters par le haut , à l’islam par le bas ….

  4. Taubira savait pour Cahuzac, selon le Canard Enchaîné : http://www.francetvinfo.fr/politique/affaire/cahuzac/affaire-cahuzac-christiane-taubira-etait-informee-toutes-les-48-heures_376374.html
    Et Cahuzac serait en train d’essayer de couvrir Hollande en oubliant sa réunion avec lui.

  5. J’ai entendu à la radio que le couple royal, non je veux dire présidentiel, va passer ses vacances dans les iles des milliardaires de la mer Ionienne et le journaliste d’ajouter “d’ailleurs Le Président est un ami du nouveau ministre des finances grec”.
    Qui se ressemble s’assemble …
    Je me souviens d’un cours de morale dans les années 50, illustré par une image d’Epinal montrant la Vérité ressortie d’un puits avec le visage d’une presque morte mais encore témoin de ce qui c’est passé (il y a 100 ans on se débarrassait des gens en les poussant dans le puits ou dans l’âtre de la cheminée). Oui, la Vérité fini toujours par nous rattraper et elle va rattraper d’ici 1 an toute cette équipe de dogmatiques amateurs qui sont en train de déshumaniser le peuple de France et qui pensent que les mensonges et les invocations de l’espoir vont tout solutionner pendant qu’un pressurise la classe moyenne, non pas pour investir dans l’emploi, mais pour le traitement social du chômage et de la précarité ainsi que le remboursement de la dette aux banques étrangères qui s’empressent d’aller investir ailleurs.

  6. Il faut vraiment être sacrément bête pour dire que son principal ennemi est le monde de la finance : comment peut on dire de pareilles c……. !il voudrait le réduire à quoi? à une société de charité? ou de bisounours ;à quels idiots s’adressait il?
    Il a trouvé une réalité : qu’il s’adapte à celle ci !
    Mon ennemi à moi c’est le mensonge érigé en dogme par tous ces crétins ; en effet
    Nous sommes dirigés par un espèce de pommé qui ne sait pas ou il doit aller! alors en bon socialo il agite le levier de l’envie pour détourner l’attention de ses incapacités ; sauf que l’envie la jalousie cela ne marche plus ;il y a de moins en moins de richesses à partager puisqu’on n’en crée plus; au nom de la justice on a trop ponctionné évidemment, et notre pays décadent et asphyxié est guetté par la faillite !
    La seule chose qu’on attends de lui c’est de l’oxygène pour les petites et moyennes entreprises qui sont la force vive sur laquelle il peut agir mais il ne le fait pas
    en fait il ne fait rien il serre des mains il se promène mais n’agit pas
    vivement le changement !!! vivement

  7. Cet individu grotesque ne peut pas exister car sa seule existence serait une insulte impardonnable à l’intelligence et au bon gout français.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]